LES ACTEURS DU GÉNOCIDE ARTISTIQUE FRANÇAIS SONT TOUJOURS EN PLACE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Et vous les retrouverez, pour la plupart, paradant au sommet de leur triomphante impudence, pour le vernissage de l’expo Jeff Koons en novembre 2014, au Centre Pompidou : un grand théâtre des pires vanités de ce monde, qui continue de plus belle en 2020. Continuer de lire LES ACTEURS DU GÉNOCIDE ARTISTIQUE FRANÇAIS SONT TOUJOURS EN PLACE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

L’ours et le gorille par Nicole Esterolle (Billet D’humeur)

Pour Madame Azimi, qui fait patrie de ces « nouveaux critiques d’art », spécialisés argent, conseillers en placements financiers et qui ne voient l’art que sous l’angle de sa cote, rien ne semble donc exister hors de ces deux « castes » du marché spéculatif….Il n’est pas question en effet dans son article de ces milliers d’artistes véritables et des galeries prospectives sans intérêt pour elle, qui survivent pourtant aux méfaits de cet « lutte des castes » qu’elle décrit, et à l’indifférence des chroniqueurs d’art de sa « spécialité »… Continuer de lire L’ours et le gorille par Nicole Esterolle (Billet D’humeur)