Troy Henriksen – Happy Hours / Galerie W (FR)

Mais rattrapé par l’idylle mercantile entre art et mode, face à l’hyper-personnalisation de l’artiste, Troy serait-il devenu une griffe pour « troyiste » ? Une marque décorative que l’on exhibe dans son salon ? Et non plus la signature d’un artiste qui aurait voulu « tout peindre » pour « peindre un homme libre » ? Continuer de lire Troy Henriksen – Happy Hours / Galerie W (FR)