« MON FILS PRÉFÈRE ENKI BILAL À KADER ATTIA » Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Mais qu’à cela ne tienne, ce qui nous laisse surtout pantois, rêveur, abasourdis, muets, désarmés, décontenancés, hébétés, bouche bée, les épaules avachies , les bras ballants, la langue pendante et le strabisme convergent, c’est la candeur, la naïveté , voir l’ébouriffante niaiserie d’un tel aveu (1) ...(et ce n’est pas, bien sûr, que le fils Fuchs, à 45 ans, ne soit pas encore bien fini...).

IMPACT DE LA CRISE SANITAIRE COVID-19 SUR L’ECONOMIE DES GALERIES D’ART (avril 2020) – 1/3 de galeries en moins ? (FR)

La présente note est le résultat d’une étude réalisée en quelques jours sur les 279 galeries du Comité professionnel des galeries d’art afin d’évaluer l’impact de la crise sanitaire sur leur économie. Ces 279 galeries représentent un ensemble de galeries dites « de promotion », c’est à-dire s’investissant dans la production des œuvres de leurs artistes...

De l’irrépressible tropisme à l’international du CPGA ( Comité Professionnel des Galeries d’Art) par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Mais qu’à cela ne tienne, l’agrément du CPGA reste un critère de fréquentabilité incontournable pour les critiques d’art alignés à l’international, et pour les directeurs de FRAC ou de Musées qui ne conçoivent pas d’autres achats que de valeurs internationalisées et pour maintenir cette vertueuse collusion entre argent public et intérêts privés qui fait le sel de cette économie néolibéraliste de l’art, qui a mis sous sa botte un dispositif d’Etat financièrement exsangue...

Peter kapeller – l’œuvre au noir / Christian Berst art brut klein & berst (FR)

Peter Kapeller, né à Vienne en 1969, remet en ordre, lentement, méticuleusement, ses obsessions. Il rumine beaucoup, produit peu. Tout au plus quelques dessins par an, intensément noirs et denses, dans lesquels sédimentent - strate après strate - ses emportements, ses fantômes, ses révoltes et ses espoirs.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :