L’ART DE FRAC COMME INQUIÉTANT SYMPTÔME D’UN GRAVE PATHOS SOCIAL Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur) + La gazette de Nicole n° 22 est en ligne

La treizaine d’ images ci-jointes d’œuvres extraites de la collection en ligne du FRAC Bourgogne (certes le plus férocement délirant de France), sont parfaitement représentatives de cet art de FRAC, et apportent la preuve immédiate de son pathos artistique, qui ne peut être que le produit ou l’expression, à travers le dispositif public , institutionnalisé et étatisé, d’un pathos plus amont, plus global et plus sociétal. Continuer de lire L’ART DE FRAC COMME INQUIÉTANT SYMPTÔME D’UN GRAVE PATHOS SOCIAL Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur) + La gazette de Nicole n° 22 est en ligne

Festival d’Avignon 2019 : la culture ministérielle remplace l’art / Avant-Propos Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Pauvres Jean Vilar et Jeanne Laurent ! S’ils voyaient ce qu’est devenue l’idée qu’ils avaient de la démocratisation de la culture, et s’ils voyaient ce qu’on a fait de leur Festival d’Avignon…Pauvre Jean Fraissex ! S’il voyait ce qu’on a fait de son idée de fonds régional d’art contemporain, telle qu’il l’avait mise en oeuvre dans son Limousin natal… Continuer de lire Festival d’Avignon 2019 : la culture ministérielle remplace l’art / Avant-Propos Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Michel Parmentier – 17 juillet 1989 – 20 février 1990 / Galerie Loevenbruck (FR)

Après avoir mis un terme à son activité de peintre entre 1968 et 1983, Michel Parmentier reprendra son travail sur le même principe, abandonné quinze années plus tôt, avec du noir, qu’il fera durer un peu moins de deux ans. Cette dérogation partielle à l’annualité de la couleur, à laquelle il s’était antérieurement astreint, achèvera le cycle des œuvres sur toile. Continuer de lire Michel Parmentier – 17 juillet 1989 – 20 février 1990 / Galerie Loevenbruck (FR)

Chronique N° 63 de Nicole Esterolle – La critique d’art ne va pas bien…(critique)

En effet, Koons a exigé que ce soit sa propre agence de communication , qui s’occupe des relations presse pour son expo, et non les attachés de presse du centre Pompidou… Continuer de lire Chronique N° 63 de Nicole Esterolle – La critique d’art ne va pas bien…(critique)

Merde à Duchamp Par Nicole Esterolle / chronique n° 61

Arrive enfin pour couronner le tout, l’icône-matricielle de la merde : portrait de sphincter. En février 2007, au Musée Serralves de Porto, musée administré par l’état, un artiste inconnu, et on souhaite qu’il le reste le plus longtemps possible, signe une exposition intitulée Ojo del culo, littéralement l’œil de l’anus, plus prosaïquement… Continuer de lire Merde à Duchamp Par Nicole Esterolle / chronique n° 61