Chronique n° 78 de Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Vous avez dans cette video, une pure excrétion de l’appareil pédagogico-bureaucratico-financier français dédié à l’art dit contemporain…Vous pourrez y écouter un exemplaire enfumage humanitairo-récupérateur…Une terrifiante bouillasse idéologique dont le mode et la posture d’énonciation rappellent étrangement ceux des théocrates les plus radicalisés… On voit dans ce babillage ridicule que l’opportunisme grossier, l’impudence, la stupidité de fond, la morbidité, la démagogie, le cynisme sont de plus en plus qualifiants dans ce champ de ruines laissé par 40 ans de Ministère post-languien. Continuer de lire Chronique n° 78 de Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Ma nouvelle gazette mambo number five est en ligne…Par Nicole Esterolle

Y a du costaud !!! ça décoiffe et ça éructe autant qu’un carnaval enivré. C’est de la ruade dans les gencives en taille XXL. Le médicament qu’il nous faut en ces temps de dictature. » en dit mon ami lyonnais Michel Théry… Continuer de lire Ma nouvelle gazette mambo number five est en ligne…Par Nicole Esterolle

La chronique n° 76 de Nicole Esterolle et la Gazette de Nicole (Billet D’Humeur)

En ce qui concerne la dérision, le ricanement, si sensibles dans les oeuvres que vous dénoncez, la laideur, la fascination pour la destruction et le détruit, omniprésente et désignée comme « création », j’y vois en tant que psychiatre un mécanisme de défense bien connu : la défense maniaque. Un peu comme le sourire du Joker face à Batman. C’est ce qu’on voit apparaître chez certains patients face à l’intolérable douleur mélancolique, douleur induite par une culpabilité quasi délirante et masquée. Continuer de lire La chronique n° 76 de Nicole Esterolle et la Gazette de Nicole (Billet D’Humeur)

Art contemporain et coprophagie suggestion de Nicole esterolle (Billet d’humeur)

Ces Zartiss spécialisés en coprophagie y vont à fond si j’ose dire, prédisposés qu’ils sont par leur goût immodéré et insatiable pour les Vespasiennes les chiottes les étrons et autres menstrues. Le tout livré en vrac tout autant qu’en boite ou en flacon millésimé, en « pour-de-vrai », en performance-live, sous vide ou bien gonflable, en photos, films ou vidéos, à emporter ou à consommer sur place. Toute manifestinfection de l’A.C qui se respecte ne saurait faire l’impasse sur cette dimension scatologique. Continuer de lire Art contemporain et coprophagie suggestion de Nicole esterolle (Billet d’humeur)

On ne fait certes pas de chefs-d’œuvre avec de bons sentiments… Mais on peut en faire du business-art contemporain très lucratif Par Nicole Esterolle (critique)

Et je vous ajoute ce commentaire hyperpertinent de mon ami Michel Théry : “C’est « vendeur » en diable le coup du réfugié et ça marche pratiquement à tous les coups. Continuer de lire On ne fait certes pas de chefs-d’œuvre avec de bons sentiments… Mais on peut en faire du business-art contemporain très lucratif Par Nicole Esterolle (critique)