Du narcissisme de l’art contemporain, d’Alain Troyas et de Valérie Arrault, Editions L’Echappée / Jean Rouzaud Critique

Du libéralisme au nombrilisme

Tous les artistes-faiseurs, conceptuels de salon ou de fonds de tiroir, sont cités et décortiqués, afin que leurs objets ou performances se révèlent, non pas intellectuelles ou esthétiques, mais bien des crises d’égo. Continuer de lire Du narcissisme de l’art contemporain, d’Alain Troyas et de Valérie Arrault, Editions L’Echappée / Jean Rouzaud Critique

De la fonction transcendantoire du tabouret dans l’art du contemporain par Nicolle Esterolle

Le tabouret, comme le parpaing, la brique, le boulet de charbon, le barreau de chaise ou le petit bout de bois dans les oneilles, est un objet récurrent dans la liturgie célébratoire de l’art du contemporain. Continuer de lire De la fonction transcendantoire du tabouret dans l’art du contemporain par Nicolle Esterolle

Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

Je m’appelle Mathilde, j’ai 24 ans, bientôt 25 et je vis à Bordeaux. J’ai décidé d’écrire cet article pour revenir sur mon parcours scolaire et dénoncer les pratiques d’un certain cursus. Après avoir obtenu mon bac, je me suis installée à Bordeaux avec ma meilleure amie en collocation. Je me suis inscrite à la fac d’arts plastiques dans laquelle je suis restée trois ou quatre mois. La fac de Bordeaux 3 est une fac avec très peu de moyens, en sale état, un peu à l’abandon… Continuer de lire Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

La lettre piégée de Marcel Duchamp, que les duchampistes ont du mal à digérer – Suggestion et avant-propos de Nicole Esterolle (FR)

Voici un extrait de la lettre qu’ il écrit en 1928 à son amie artiste Katherine Dreier, avec qui il a fondé le premier musée d’art contemporain, Société Anonyme Inc., : “Plus je vis parmi les artistes, plus je suis convaincu qu’ils sont des imposteurs du moment qu’ils ont le moindre succès… Ceci veut dire aussi que tous les chiens autour de l’artiste sont des escrocs.”… Un peu ébouristoufflant, non?, Continuer de lire La lettre piégée de Marcel Duchamp, que les duchampistes ont du mal à digérer – Suggestion et avant-propos de Nicole Esterolle (FR)

L’Art scandale | ARTE Creative – 9 épisodes

Sapin démesuré ou plug anal géant, machine à déféquer des mets 5 étoiles, icône plongée dans l’urine et mise en scène de la mort… Subversivité, trash, provoc’ ou atteinte ? L’Art scandale rencontre les acteurs de ces œuvres et dévoile les rouages du marché de l’art. Rien ne se perd tout se monnaie !
L’Art scandale est une série pour ARTE Creative en 9 épisodes, sur ces œuvres et leurs créateurs qui repoussent les limites de l’acceptable.
Continuer de lire L’Art scandale | ARTE Creative – 9 épisodes

Le très rigolo Lavier à la Monnaie de Paris Par Nicole Esterolle

C’est parce qu’il est l’artiste le plus marrant sur la place de Paris et le plus fouteur de gueule devant l’Eternel, que Lavier a été reconnu par la critique d’art officielle, comme l’un des 4 ou 5 « plasticiens » les plus « majeurs » de l’art contemporain français… Il était au départ horticulteur, mais « C’est lorsque je me suis aperçu que l’art contemporain n’était pas de l’art que je suis devenu artiste contemporain », dit-il lui-même, farceur comme son maître Duchamp… Continuer de lire Le très rigolo Lavier à la Monnaie de Paris Par Nicole Esterolle

ERRÓ – Paintings from 1959 to 2016 / GALERIE PERROTIN (NEW YORK)

Galerie Perrotin, New York is pleased to present the first exhibition dedicated to Icelandic artist Erró (Ólafsvík, 1932), a prominent figure of Pop art and Figuration Narrative in postwar Europe, with an ensemble of 15 paintings made between 1959 and 2016. Continuer de lire ERRÓ – Paintings from 1959 to 2016 / GALERIE PERROTIN (NEW YORK)

Chronique n°66 : Oui, nous pouvons préserver la flore artistique naturelle / Nicole Esterolle

Le lecteur trouvera donc dans ce volume des clés pour comprendre ce qui s’est passé, ce qui fut dit, comment on a produit et promu pareilles démarches artistiques. C’est expliqué et raconté face aux oeuvres, mais aussi en campant les attitudes et les modes qui les ont entourées… Continuer de lire Chronique n°66 : Oui, nous pouvons préserver la flore artistique naturelle / Nicole Esterolle

« Quand on veut, on pneu » – Marcel Duchamp / Billet d’humeur de Nicole Esterolle

« L’art d’ici qui nous sied travaille les discontinuités, opère sur tous les champs simultanément au risque de n’appartenir à aucun, il est une manière de faire autant qu’un esthétique … Continuer de lire « Quand on veut, on pneu » – Marcel Duchamp / Billet d’humeur de Nicole Esterolle

15 lauréats du Prix Marcel Duchamp pour « le rayonnement international de la scène artistique française » Par Nicolle Esterolle

Ces lauréats ainsi propulsés dans les dispositifs institutionnels et sur le marché spéculatif sont donc des produits frais à forte potentialité lucrative pour leurs « collectionneurs » qui les ont choisis…Ils sont aussi la fierté de l’art et de la culture française sur la scène internationale… Continuer de lire 15 lauréats du Prix Marcel Duchamp pour « le rayonnement international de la scène artistique française » Par Nicolle Esterolle

“ Plus je vis parmi les artistes, plus je suis convaincu qu’ils sont des imposteurs du moment qu’ils ont le moindre succès

Marcel Duchamp ( 28 juillet 1887 – 2 octobre 1968) est considéré comme l’un des artistes les plus novateurs du XXème siècle, ainsi que l’un des plus influents sur les tendances radicales de l’art contemporain, inventeur notamment du « ready-made ». Celui qu’André Breton qualifiait « d’homme le plus intelligent du siècle » est l’un des premiers à avoir qualifié d’ « œuvres d’art » n’importe quel objet, du plus banal soit-il, à l’image de son urinoir retourné, La Fontaine, considéré comme l’œuvre la plus controversée du XXème siècle… Continuer de lire “ Plus je vis parmi les artistes, plus je suis convaincu qu’ils sont des imposteurs du moment qu’ils ont le moindre succès

Merde à Duchamp Par Nicole Esterolle / chronique n° 61

Arrive enfin pour couronner le tout, l’icône-matricielle de la merde : portrait de sphincter. En février 2007, au Musée Serralves de Porto, musée administré par l’état, un artiste inconnu, et on souhaite qu’il le reste le plus longtemps possible, signe une exposition intitulée Ojo del culo, littéralement l’œil de l’anus, plus prosaïquement… Continuer de lire Merde à Duchamp Par Nicole Esterolle / chronique n° 61