UNE CRUELLA D’ENFER À LA DIRECTION DU POMPIDOU-METZ par Nicole esterolle (Billet d’humeur)

Attention ! Chiara Parisi, la nouvelle promue cheffe du Centre Pompidou-Metz, est une guerrière cyborg génétiquement modifiée et programmée à l’art contemporain le plus radical et cruel, comme la décrit le panégyrique que Mademoiselle Lequeux lui a confectionné avec amour dans le Monde du 16 11 19, dont je vous joins copie. ( une demi-page : ça valait bien ça !) Continuer de lire UNE CRUELLA D’ENFER À LA DIRECTION DU POMPIDOU-METZ par Nicole esterolle (Billet d’humeur)

RAS LE BOL- TANSKI ! – Encore une expo Boltanski au Centre Pompidou ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Boltanski est un faux modeste qui cache une vrai égo-pompe à fric compassionnelle et un compte numéroté chez HSBC pour engranger des gains d’environ un euro par seconde ! Boltanski, l’honnête homme aux petites mains potelées, qui est notre plus grand artiste contemporain français après Buren, figure dans la liste de ceux qui optimisent leur pognon chez HSBC en Suisse… Continuer de lire RAS LE BOL- TANSKI ! – Encore une expo Boltanski au Centre Pompidou ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

À LA FIAC , ÇA MUE, ÇA MUE ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Il semble qu’il se passe quelque chose d’important à la FIAC 2019 : comme une mue, comme un changement de « paradigme » (selon l’expression de la seule sociologue qui se préoccupe un peu d’art, Nathalie Heinich), comme une sorte de divine apostasie. Oui, comme si la FIAC avait perdu la foi en la parole du saint prophète Duchamp et en sa religion du néant transcendantable et titrisable en bourse. Continuer de lire À LA FIAC , ÇA MUE, ÇA MUE ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

L’ART BRUT,  C’EST TENDANCE… Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

De plus en plus de jeunes plasticiens émergents sur la scène artistique internationale, ayant pourtant une solide formation conceptualo-bidulaire en ENSBA, se mettent à faire de l’art brut ou copinent, « dialoguent » ou « communient » même, avec les artistes bruts « malades, mentaux, prisonniers ou autres marginaux » comme le dit la spécialiste du grand marché de l’art, Madame Azimi dans ce supplément M du Monde du 26 10 19. Continuer de lire L’ART BRUT,  C’EST TENDANCE… Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Christine Sourgins : « L’art contemporain, c’est la dictature du quantitatif et de l’éphémère » / Contrepoints (FR)

Il s’agit moins d’un problème de concurrence, que de tolérer, ou pas, un vis-à-vis révélateur : en France – le pays où s’est inventé la peinture moderne, tout de même – maintenir une peinture de qualité dénoncerait le vide et la fatuité d‘un art conceptuel usé jusqu’au rabâchage mais soutenu par les subventions. Continuer de lire Christine Sourgins : « L’art contemporain, c’est la dictature du quantitatif et de l’éphémère » / Contrepoints (FR)

« J’ai beaucoup appris de Duchamp » dit le méga- plasticien chinois , Huang Yong Ping Par Jean-Pierre Cramoisan (Billet d’humeur)

L’artiste contemporain vaut par la nullité de son ressassement tant la nature de ses obsessions est étriquée, bridée, minable, ratatinesque, axée autour de chétifs poncifs brandis comme de pathétiques dénonciations. Est-ce là satire musclée ?! Raillerie civilisatrice ? Créer des œuvres capables de vilipender l’égoïsme de nos sociétés, fustiger le monde marchand, alors qu’elles ne sont que de purs produits frictophages, tels sont les enjeux de l’art contemporain. Sa farce cachée ! Continuer de lire « J’ai beaucoup appris de Duchamp » dit le méga- plasticien chinois , Huang Yong Ping Par Jean-Pierre Cramoisan (Billet d’humeur)

Quand la céramique d’art part en eau de boudin et jus de cerveau par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Vous, les céramistes que j’aime, parce que vous avez une intelligence de la main et du cœur, un savoir –faire, un métier, un connaissance sensible et intime de la matière, une inventivité dans la technique que vous savez maitriser pour qu’elle devienne écriture plastique propre et mise en forme personnelle… Continuer de lire Quand la céramique d’art part en eau de boudin et jus de cerveau par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

La pissoire de Duchamp est-elle ou non l’œuvre de celui-ci ! Avant-propos Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Coup de tonnerre dans PAF (Paysage artistique Français ) en 2014 : la fameuse pissoire ne serait donc pas de Marcel Duchamp, mais de son excellente et très foutraque copine la baronne Elsa von Freytag-Loringhoven, qui aurait fait aussi l’œuvre intitulée « Dieu »(première image jointe) avant de se suicider quelques années après. Importante nouvelle en effet, car avec cette petite d’imposture… Continuer de lire La pissoire de Duchamp est-elle ou non l’œuvre de celui-ci ! Avant-propos Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

Je m’appelle Mathilde, j’ai 24 ans, bientôt 25 et je vis à Bordeaux. J’ai décidé d’écrire cet article pour revenir sur mon parcours scolaire et dénoncer les pratiques d’un certain cursus. Après avoir obtenu mon bac, je me suis installée à Bordeaux avec ma meilleure amie en collocation. Je me suis inscrite à la fac d’arts plastiques dans laquelle je suis restée trois ou quatre mois. La fac de Bordeaux 3 est une fac avec très peu de moyens, en sale état, un peu à l’abandon… Continuer de lire Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

DADA n° 195 – octobre 2014 – Duchamp

Un urinoir, un portemanteau, un tabouret et une roue de bicyclette… Vous n’êtes pas dans un magasin de bricolage, mais bel et bien au musée ! Une simple provocation ? Non, en inventant ces ready-mades, Marcel Duchamp (1887-1968) ouvre la voie à une nouvelle manière de voir l’art. Il faut suivre son parcours depuis ses peintures de jeunesse jusqu’à ses installations les plus étonnantes pour comprendre ce grand tournant de l’histoire de l’art. Voici la clé Duchamp… Continuer de lire DADA n° 195 – octobre 2014 – Duchamp