« l’Art contemporain est perçu comme occidentaliste, pour ne pas dire néo-colonial, plus qu’universel » – Politique Magazine

L’énormité des cotes de l’Art contemporain a pour but d’imposer par sidération une norme mondiale de l’art, aux artistes, intellectuels, États et institutions. La force du système réside en ce qu’il rend des services très divers : services économiques, d’une part, grâce aux possibilités de défiscalisation, mais aussi services monétaires et au delà… Continuer de lire « l’Art contemporain est perçu comme occidentaliste, pour ne pas dire néo-colonial, plus qu’universel » – Politique Magazine

Aude de Kerros – Le chant du monde / Gravures (Texte et eaux-fortes)

L’atmosphère, le décor évoquait l’heureuse réminiscence des soirs d’été passés avec les enfants au bord de la Bouble. J’en ressentais le parfum, la lumière, le bruit comme on habite une profondeur. Cependant une multitude de personnages inconnus venaient s’installer dans ce lieu de vive mémoire. Je les distinguais peu à peu et les reconnus un à un. Ils émergeaient du grand flot d’images de l’Apocalypse de Jean. Continuer de lire Aude de Kerros – Le chant du monde / Gravures (Texte et eaux-fortes)

Xerfi Canal a reçu Aude de Kerros, graveur et essayiste, dans le cadre de son livre « Nouvelle Géopolitique de l’Art Contemporain ». Une interview menée par Mounia Van de Casteele

Le Louvre à Abu Dhabi, Art Basel à Miami, les tulipes de Jeff Koons à Paris sont autant de manifestations de l’art contemporain comme outil d’influence. Marqueur de puissance, l’art mesure le degré d’émancipation d’un pays, son pouvoir d’attraction et sa place dans le monde. Continuer de lire Xerfi Canal a reçu Aude de Kerros, graveur et essayiste, dans le cadre de son livre « Nouvelle Géopolitique de l’Art Contemporain ». Une interview menée par Mounia Van de Casteele

New York a sauvé le soldat Koons Par Aude de Kerros (Billet d’humeur)

Entre 2009 et 2017, l’Amérique n’est pas souvent en tête du marché de l’art contemporain. Elle est, le plus souvent, derrière la Chine, parfois à égalité ou très peu devant. Le fait est peu commenté par les grands médias : la domination de New York dans ce domaine ne se discute pas. Cependant, il n’échappe pas aux observateurs attentifs que, si le dynamisme de ce marché ne semble pas avoir faibli pendant les années 2010, une contestation de l’hégémonie américaine dans l’international est un fait qui relativise les diktats de New York en matière d’art. Continuer de lire New York a sauvé le soldat Koons Par Aude de Kerros (Billet d’humeur)

« L’imposture de l’art contemporain – Une utopie financière » par Aude de KERROS (Eyrolles)‏

Dans le sillage de L’Art caché – Les dissidents de l’art contemporain -paru en 2007-, le décryptage de la contribution hexagonale à la « fabrique » d’un « art » contemporain mué en produit financier : un mécanisme aux rouages actionnés en réseau, entre marché et décision publique, au profit exclusif -sonnant et trébuchant- d’une poignée d’investisseurs et d’auteurs, au détriment de la partie immergée, majorité écrasante de la scène artistique, toujours moins silencieuse. Continuer de lire « L’imposture de l’art contemporain – Une utopie financière » par Aude de KERROS (Eyrolles)‏