Chronique n° 80 de Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Ils sont installés dans la cour de la Bibliothèque Nationale et financé par le Ministère de la Culture… Lequel Ministère devrait être supprimé, car s’il n’existait pas, personne n’aurait financé ces deux grotesqueries , comme des milliers d’autres du même type de modernité, qui parsèment le dispositif public dédié à l’art dit contemporain. Nous sommes ici dans un au-delà de la laideur, dans une méta-laideur signe de distinction de classe, qui pose moins un problème d’ordre esthétique, que moral, politique et surtout juridique… Continuer de lire Chronique n° 80 de Nicole Esterolle (billet d’humeur)

MERDE À DUCHAMP – Jean-Pierre Cramoisan / Avant-propos Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Plus que jamais aujourd’hui Duchamp est un référentiel incontournable, l’icône d’un art rattrapé par l’argent et devenu un pur produit de casino et de spéculation. Comment en est-on venu à rabougrir l’art à ce point, à le transformer en supercherie de masse ? Comment a-t-on pu exiler la beauté sur le tapis vert du business ? Comment a-t-on pu faire du snobisme une pompe à fric ? Continuer de lire MERDE À DUCHAMP – Jean-Pierre Cramoisan / Avant-propos Nicole Esterolle (billet d’humeur)

La chronique n° 76 de Nicole Esterolle et la Gazette de Nicole (Billet D’Humeur)

En ce qui concerne la dérision, le ricanement, si sensibles dans les oeuvres que vous dénoncez, la laideur, la fascination pour la destruction et le détruit, omniprésente et désignée comme « création », j’y vois en tant que psychiatre un mécanisme de défense bien connu : la défense maniaque. Un peu comme le sourire du Joker face à Batman. C’est ce qu’on voit apparaître chez certains patients face à l’intolérable douleur mélancolique, douleur induite par une culpabilité quasi délirante et masquée. Continuer de lire La chronique n° 76 de Nicole Esterolle et la Gazette de Nicole (Billet D’Humeur)

les tulipes de la honte suggestion de Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Il apportera, je l’espère, informations et éléments de réflexion, de façon aussi ludique et roborative que possible, afin de nettoyer le paysage de l’art de ses monstrueuses enflures dites contemporaines, lesquelles, en obstruant la vue, la vie de la pensée, et la respiration des citoyens, empêchent la révélation de la création d’aujourd’hui, qui n’a jamais été aussi belle, abondante et diversifiée. Continuer de lire les tulipes de la honte suggestion de Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Chronique n°75 par Nicole Esterolle : L’inepte art-contemporain en 92 mots (Billet d’humeur)

C’est simple dans le principe. Je trouve ça assez génial comme idée… Mais, reste la réalisation qui me semble complexe, ne serait-ce que techniquement. Actuellement une version de simulation du calcul de votre cote est déjà en ligne. La réalisation technique de la version intégrale est en cours et toutes les fonctions seront opérationnelles au 1er trimestre 2018. Continuer de lire Chronique n°75 par Nicole Esterolle : L’inepte art-contemporain en 92 mots (Billet d’humeur)

De la vie sexuelle du blaireau duchampolâtre par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

L’image ci-dessous fait partie de ces références ou repères visuels historiques, qui structurent la pensée artistique de la secte des blaireaux duchampistes radicaux. C’est une image éminemment symbolique , où l’on voit le sexe et l’intellect pur associès dans un jeu très « art contemporain » Continuer de lire De la vie sexuelle du blaireau duchampolâtre par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

La chronique du mois de Nicole Esterolle Mon livre « l’ABC de l’Art dit Contemporain » vient de paraître aux éditions Jean-Cyrille Godefroy.

La preuve de l’existence et de la richesse de cette création est donnée à la fin de ce livre, avec une liste, non exhaustive, de quelques 2500 artistes que j’ai « cueillis » en me promenant sur internet, et que j’aime. Chacun d’eux est libre, habité, inventif, courageux, généreux, déterminé, sincère, intègre, unique, surprenant, et réellement « contemporain ». Continuer de lire La chronique du mois de Nicole Esterolle Mon livre « l’ABC de l’Art dit Contemporain » vient de paraître aux éditions Jean-Cyrille Godefroy.

ABC de l’art dit contemporain par Nicole Esterolle (Lancement livre)

Cet ouvrage se propose comme remède reconstituant, régénérant, reconstructif, pour panser les plaies vives résultant de quarante années de « déconstruction », de « burénisation », de « désartification » systématique de l’art, et de persécution de la peinture, menées par un appareil d’État d’émanation bureaucratico-financière et aveugle à l’art. Continuer de lire ABC de l’art dit contemporain par Nicole Esterolle (Lancement livre)

fellateurs du néant / Texte de Jean-Pierre Cramoisan (Critique)

Les artistes du grand risque-creux contemporain nous apparaissent souventefois comme des jongleurs de zéros, des dompteurs de concepts. Quand on leur en donne les moyens, ils s’accrochent à tout ce qu’ils peuvent trouver de futile ou d’anodin pour entretenir quelque jeu de métamorphoses fantomales qui s’emparent de toutes sortes d’outrances, pour peu qu’elles siéent à l’exercice d’une attraction vers la mocheté provocatrice. Continuer de lire fellateurs du néant / Texte de Jean-Pierre Cramoisan (Critique)

De la fonction transcendantoire du tabouret dans l’art du contemporain par Nicolle Esterolle

Le tabouret, comme le parpaing, la brique, le boulet de charbon, le barreau de chaise ou le petit bout de bois dans les oneilles, est un objet récurrent dans la liturgie célébratoire de l’art du contemporain. Continuer de lire De la fonction transcendantoire du tabouret dans l’art du contemporain par Nicolle Esterolle

Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

Je m’appelle Mathilde, j’ai 24 ans, bientôt 25 et je vis à Bordeaux. J’ai décidé d’écrire cet article pour revenir sur mon parcours scolaire et dénoncer les pratiques d’un certain cursus. Après avoir obtenu mon bac, je me suis installée à Bordeaux avec ma meilleure amie en collocation. Je me suis inscrite à la fac d’arts plastiques dans laquelle je suis restée trois ou quatre mois. La fac de Bordeaux 3 est une fac avec très peu de moyens, en sale état, un peu à l’abandon… Continuer de lire Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

Le Magazine du Schtroumpf Émergent Par Nicole Esterolle – Édito numéro 71 (Critique)

Les femmes des siècles passés, que sait-on d’elles ?

Je suis très choquée de voir que dans les siècles passés, 95 °/° des femmes ayant accompli de grandes choses dans leur vie ont été mises de côté, totalement effacées de l’histoire de l’humanité au profit des hommes. Les grandes découvertes, l’art, la philosophie, la littérature, la musique, les sciences, les mathématiques, etc. Tout ce que l’humanité a construit, inventé ou créé a historiquement été attribué aux hommes.

C’est faux ! Beaucoup de femmes ont lutté pour exister et accomplir des choses considérables. Elles sont d’autant plus exceptionnelles et méritantes qu’elles devaient se battre pour avoir accès à l’éducation et au savoir uniquement réservés au genre masculin. Tout leur était interdit, pourtant, ces femmes d’un immense talent ont mené leur propre combat pour accéder à la culture, au savoir, à l’art… Continuer de lire Le Magazine du Schtroumpf Émergent Par Nicole Esterolle – Édito numéro 71 (Critique)

Merde à Duchamp Par Nicole Esterolle / chronique n° 61

Arrive enfin pour couronner le tout, l’icône-matricielle de la merde : portrait de sphincter. En février 2007, au Musée Serralves de Porto, musée administré par l’état, un artiste inconnu, et on souhaite qu’il le reste le plus longtemps possible, signe une exposition intitulée Ojo del culo, littéralement l’œil de l’anus, plus prosaïquement… Continuer de lire Merde à Duchamp Par Nicole Esterolle / chronique n° 61