L’art peut-il être une réponse à la terreur ? France culture (FR)

Après le temps des polémiques, l'œuvre existe désormais. Mais l'inauguration n'a pas fait disparaître pour autant toutes les questions. Pour répondre à quelques unes d'entre elles, Marc Weitzmann s'entretient avec Jeff Koons, Christophe Girard, adjoint au maire de Paris chargé de la culture, Harry Bellet, critique et historien d'art, et Jean-Philippe Domecq, essayiste.

Nos dirigeants laissent le fléau de l’écriture inclusive se répandre par Jérôme Serri (Billet d’humeur)

Dans son émission Répliques, sur France Culture, Alain Finkielkraut déclara récemment: «Une des formes graphiques du politiquement correct, c’est l’écriture inclusive». Il faisait référence au texte de soutien aux Gilets jaunes publié le 5 mai dernier par Libération et signé par Juliette Binoche, Emmanuelle Béart, et «1400 autres artistes et créat.eur.rices.».

La beauté, un geste politique avec Annie Le Brun / Suggestion Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Annie Le Brun, écrivain, poète, commissaire d’exposition, décrit "l'enlaidissement du monde" qui frappe selon elle notre société depuis l'avènement conjoint du capitalisme financier et d'un art contemporain obsédé par l'argent et affranchi de toute considération esthétique.

Blason du Corps – Cécile Hug / Galerie de la Voûte (FR)

Le monde de Cécile Hug s’apparente à une carte de Tendre qu’elle dessine au fil de ses œuvres. Là où les amants du XVIIe siècle arpentaient les chemins de l’amour à travers une topographie allégorique, l’artiste, elle, dresse sa cartographie amoureuse à partir de différentes parties du corps qu’elle choisit de visiter.

Quand les élites s’amusent entre elles Par Nicolle esterolle (critique)

Je vous ai déjà présenté ce tableau d’un cochon « peint à la bite » d’Arnaud Labelle Rojoux, professeur de rigolade graveleuse ( voir image jointe) à l’Ecole des Beaux-Arts Villa Arson de Nice. Je vous redonne aujourd’hui le lien qui vous permettra de voir, du même Labelle Rojoux, le gag qu’il a réalisé le 30 mais 96, lors de l’émission de minuit de Laure Adler sur France Culture, au cours duquel il a coupé la cravate de JJ Lebel, et versé un arrosoir d’eau sur Laure Adler avant de poser sa tête sur sa poitrine pour y écouter ses battements de cœur…

BLANCHE OU L’OUBLI – Commissariat Léa Bismuth‏ / Galerie Alberta Pane (PARIS)

« Car ce que nous cherchons est tout » N’est-ce pas la possibilité du récit qui rendrait acceptable les parts d’ombre, de secret et d’oubli de toute vie vécue ? C’est bien cette hypothèse qu’Aragon formule dans Blanche ou l’oubli, livre à la recherche de lui-même comme l’est sans doute cette exposition.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :