Voici de l’art pour les « gilets jaunes » par Nicole Esterolle

Comment ne pas comprendre que, nous, les experts centraux « intelligents et subtils », inféodés à la grande bureaucratie et à la grande spéculation, arrogants et méprisant la périphérie, ringardisant le réel , sommes l’un des facteurs de ce prurit jaunâtre préfigurant le retour de Marine Le Pen ? Continuer de lire Voici de l’art pour les « gilets jaunes » par Nicole Esterolle

Les FRAC à fond la caisse – Les FRAC, ou le royaume de la caisse Par Nicole Esterolle

La caisse est donc envahissante, et on a calculé que , si on place toutes les caisses de FRAC les unes à côté des autres, l’ensemble fera la longueur du périphérique parisien…C’est dire à quel point, en bureaucratie fracosphèrique, on est cerné par les caisses et comment l’enflure du contenant se fait au détriment du contenu ainsi asphyxié… Continuer de lire Les FRAC à fond la caisse – Les FRAC, ou le royaume de la caisse Par Nicole Esterolle

Pourquoi les « gilets jaunes » ont fait ce que les artistes n’ont pas pu faire les premiers par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Ils ont réussi à exclure du regard de l’institutionnalité, la quasi totalité des artistes de la mise en forme sensible, de « l’intelligence de la main », et du savoir – faire proprement pictural, pour survaloriser des créations de nature conceptuelle, d’autant mieux médiatisables, internationalisables et « bankables » sur le grand marché spéculatif, qu’elles sont artistiquement misérables et vidées de toute humanité. Continuer de lire Pourquoi les « gilets jaunes » ont fait ce que les artistes n’ont pas pu faire les premiers par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Désarroi et fanfaronnade dans la fracosphère du Grand-Est par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Vous trouverez ci-joint copie d’un article de Madame Lequeux du Monde, au sujet du FRAC tricéphale Grand-Est , et qui en dit long sur l’irréversible état de déliquescence de ces Fonds Régionaux. Continuer de lire Désarroi et fanfaronnade dans la fracosphère du Grand-Est par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Cramponnez-vous au radiateur : L’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne fête ses 40 ans ! par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Avant l’IAC, il y avait le « Nouveau Musée » , école désaffectée de la rue du Docteur Dollard : une structure née de l’amicale complicité entre Jean-Louis Maubant, un activiste local de l’AC, et Charles Hernu, maire de Villeurbanne, et à qui l’on doit aussi , lorsqu’il était ministre des Armées, la célèbre performance aquatique déjà très avant-gardiste , appelée « Rainbow-Warrior ». Continuer de lire Cramponnez-vous au radiateur : L’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne fête ses 40 ans ! par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

40 ans de consanguinité et d’auto-fellation de la « pensée » artistique institutionnelle par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Çà donne par exemple cette plaque de nature et de forme fromagère probablement, posée sur une armature de fer à béton dans un appartement grand standing ou dans quelque FRAC de province…. Ça donne aussi le texte, qui accompagne cet « œuvre » typiquement conceptualo-bidulaire comme les aiment les agents assermentés de l’art D’Etat, et qui a été écrit par le fameux critique d’art breton, Jean-Marc Huitorel, expert incontesté en art contemporain pour la péninsule armoricaine. Continuer de lire 40 ans de consanguinité et d’auto-fellation de la « pensée » artistique institutionnelle par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Le peintre Rémy Aron démissionne de la présidence de la Maison des Artistes, pour dénoncer la bureaucratie étatique de l’art en France Par Aude de Kerros (billet d’humeur)

Le résultat de cette politique d’État est négatif. Malgré l’importance de son interventionnisme, même les artistes les plus subventionnés ne sont reconnus ni en France ni à l’étranger et ce malgré les innombrables services rendus au grand marché financier des arts. Continuer de lire Le peintre Rémy Aron démissionne de la présidence de la Maison des Artistes, pour dénoncer la bureaucratie étatique de l’art en France Par Aude de Kerros (billet d’humeur)

Artistes dégénérés de tous pays, unissons-nous contre les totalitaires ! Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Sur l’image, on voit le fameux critique d’art curator international André Grobels, inspecteur de la création auprès du ministère de la culture, visitant inopinément et par erreur une exposition de peinture dans une ville de province française, en pensant qu’il allait voir une expo d’art officiel posturalo-conceptuel dans un FRAC…. « Archt ! que c’est mauvais et pas contemporain » dit-il, « enfermez-moi ces peintres ringards et dégénérés, et détruisez-moi ces œuvres »… Continuer de lire Artistes dégénérés de tous pays, unissons-nous contre les totalitaires ! Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

La nouvelle chronique n°77 de Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Dans la série « Ces grands malades qui gouvernent l’art institutionnel en France »

Le MoCo (Mo-ntpellier / Co-ntemporain… on a échappé à Mon/Con ) groupant La Panacée, l’ Ecole des Beaux-Arts et l’ Hôtel Montcalm, est une invention du maire socialiste dissident Saurel et de Nicolas Bourriaud, curator esthéticien relationnel, bien connu pour avoir été viré de son poste de directeur de l’Ecole des Beaux-arts de Paris, à cause des difficultés relationnelles qu’il avait justement avec collègues et éléves. Recrue donc de choix de Mr Saurel pour faire irradier l’art dit contemporain dans la ville et aux alentours. Continuer de lire La nouvelle chronique n°77 de Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Les parpaings du Transpalette par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Il faut dire en effet que sa lourdeur et sa compacité savent compenser l’absence de contenu des œuvres réalisées avec… Ainsi cette œuvre intitulée « home is past » qui a été conçue par l’architecte Saba Innab, au cours de sa résidence d’un mois à la Box, dans le cadre de la première biennale d’architecture… Continuer de lire Les parpaings du Transpalette par Nicole Esterolle (billet d’humeur)