Très peu de gilets jaunes chez les artistes…et pourtant ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Il est le seul à avoir pu remplir les collections publiques avec 80% d’oeuvres formatées à l’inepto-discursif radical et qui ne vaudront plus un kopeck dans 20 ans…. et le seul à taxer l’expression sensible partageable pour mieux subventionner la masturbation cérébrale élitaire. Continuer de lire Très peu de gilets jaunes chez les artistes…et pourtant ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

La laideur comme instrument de pouvoir des puissants par Nicole Esterolle (critique)

« La violence symbolique est une domination sociale. C’est un processus de soumission par lequel les dominés perçoivent la hiérarchie sociale comme légitime et naturelle. Les dominés intègrent la vision que les dominants ont du monde. Ce qui les conduit à se faire d’eux-mêmes une représentation négative. » Pierre bourdieu Continuer de lire La laideur comme instrument de pouvoir des puissants par Nicole Esterolle (critique)

Hirst à Venise : triomphe de la laideur, comme une monstrueuse excroissance tumorale d’un financial art contemporain en phase terminale ? Par Nicole Esterolle

En fait de renflouement d’ “incroyable épave”, il s’agit plutôt de renflouer la cote de Hirst qui plonge dangereusement depuis qu’on sait que son requin plongé dans le formol se décompose en émettant des vapeurs nocives. Continuer de lire Hirst à Venise : triomphe de la laideur, comme une monstrueuse excroissance tumorale d’un financial art contemporain en phase terminale ? Par Nicole Esterolle

La création libre va bien, mais l’art dit contemporain va de plus en plus mal / La chronique n° 73 de Nicole Esterolle (critique)

L’élève sait construire une réflexion centrée sur la formalisation, la formulation, la prospection et la problématisation, qui sont les seuls moyens possibles d’aboutir à une démarche. Il sait contextualiser et décontextualiser ses connaissances personnelles, scolaires ou strictement artistiques, pour les mettre en relation avec des concepts. Il peut alors émettre de nouvelles hypothèses (réponses multiples ou singulières) qui généraliseront ses propositions » Continuer de lire La création libre va bien, mais l’art dit contemporain va de plus en plus mal / La chronique n° 73 de Nicole Esterolle (critique)

J Young et Houston Maludi – Un face-à-face exposé sur le stand de la Galerie Mo.J (F12) / ART PARIS ART FAIR 2017 (FR)

Du 30 mars au 2 avril 2017, la Galerie Mo.J signe sa première participation à ART PARIS ART FAIR avec un stand dédié à l’artiste coréen J Young. Ses œuvres sont mises en résonnance avec une toile d’Houston Maludi qui offre une passerelle entre les scènes artistiques coréenne et congolaise. Continuer de lire J Young et Houston Maludi – Un face-à-face exposé sur le stand de la Galerie Mo.J (F12) / ART PARIS ART FAIR 2017 (FR)

Ça interroge quelque part… Par Nicole Esterolle (critique)

Vous connaissez la formule, qui permet de botter lâchement en touche quand on doit donner son avis sur des œuvres très art contemporain hard : « oui, c’est intéressant, ça interroge, ça questionne, ça interpelle quelque part, ça ne laisse pas indifférent, etc. » car, bien sûr, il serait très mal venu de dire « c’est beau » ou « c’est laid », ou d’invoquer quelque critère d’ordre esthétique, dans un domaine qui n’est pas celui du beau ou du laid, mais de la recherche artistique de pointe. Continuer de lire Ça interroge quelque part… Par Nicole Esterolle (critique)

Le Magazine du Schtroumpf Émergent Par Nicole Esterolle – Édito numéro 71 (Critique)

Les femmes des siècles passés, que sait-on d’elles ?

Je suis très choquée de voir que dans les siècles passés, 95 °/° des femmes ayant accompli de grandes choses dans leur vie ont été mises de côté, totalement effacées de l’histoire de l’humanité au profit des hommes. Les grandes découvertes, l’art, la philosophie, la littérature, la musique, les sciences, les mathématiques, etc. Tout ce que l’humanité a construit, inventé ou créé a historiquement été attribué aux hommes.

C’est faux ! Beaucoup de femmes ont lutté pour exister et accomplir des choses considérables. Elles sont d’autant plus exceptionnelles et méritantes qu’elles devaient se battre pour avoir accès à l’éducation et au savoir uniquement réservés au genre masculin. Tout leur était interdit, pourtant, ces femmes d’un immense talent ont mené leur propre combat pour accéder à la culture, au savoir, à l’art… Continuer de lire Le Magazine du Schtroumpf Émergent Par Nicole Esterolle – Édito numéro 71 (Critique)

Arrêtez le carnage ! Il faut fermer en urgence les écoles d’art Par Nicole Esterolle

En illustration voici ce tas de terre ( chauffé par l’interieur) d’un post diplômé de la villa Arson …une œuvre qui « par son appartenance à ces systèmes symboliques spécifiques, contribue à l’accroissement de nos capacités de perception et de connaissance…ainsi que de nos capacités de visualisation et de schématisation »…nous dit Mr Hibloux, Directeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon. Continuer de lire Arrêtez le carnage ! Il faut fermer en urgence les écoles d’art Par Nicole Esterolle

La chronique n° 69 de Nicole Esterolle – Révéler les splendeurs de la peinture d’aujourd’hui

La peinture, figurative ou non a toujours été là… mais occultée par l’asphyxiante fumée produite par les appareils de légitimation du rien spectaculaire, qui pensent qu’il y a trop d’artistes et aimeraient bien qu’ils disparaissent pour laisser le champ libre à leur seule incurie verbeuse et à la rareté lucrative… Continuer de lire La chronique n° 69 de Nicole Esterolle – Révéler les splendeurs de la peinture d’aujourd’hui

Le livre de Nicole Esterolle « La bouffonnerie de l’art contemporain, sous-titré « ses malheureuses victimes, ses heureux bénéficiaires », paraîtra le 15 mai aux éditions Jean-Cyrille Godefroy

Mon livre intitulé « La bouffonnerie de l’art contemporain, sous-titré « ses malheureuses victimes, ses heureux bénéficiaires », paraîtra le 15 mai aux éditions Jean-Cyrille Godefroy. On prévoit son énorme succès de librairie et un film tiré de cette histoire est déjà en préparation avec Gérard Depardieu dans le rôle de Catherine Millet… Continuer de lire Le livre de Nicole Esterolle « La bouffonnerie de l’art contemporain, sous-titré « ses malheureuses victimes, ses heureux bénéficiaires », paraîtra le 15 mai aux éditions Jean-Cyrille Godefroy

Une pandémie mondiale de pop-surréalisme magico-socialiste / La chronique N° 58 de Nicole Esterolle

j’avais déjà grand respect et admiration pour ce néo-réac de gauche comme moi, mais avec son dernier livre « Un candide à sa fenêtre-Gallimard « – ma sympathie pour lui est totale. Il passe en revue tous les sujets d ‘ actualité » et c’est parfait…mais le chapitre qui me comble, parce que le plus brillant et ravageur, c’est bien celui qu’il a intitulé « un art tellement contemporain…» Continuer de lire Une pandémie mondiale de pop-surréalisme magico-socialiste / La chronique N° 58 de Nicole Esterolle

La chronique n° 51 – Nicole Esterolle / Là où Buren passe, l’art trépasse…‏

6 – « Il y a trop de faux artistes, d’escrocs et d’imposteurs dans l’art contemporain »

Sur cette video de 5 minutes Eric Emmanuel Schmitt, dramaturge, romancier, nouvelliste, essayiste, cinéaste, d’origine lyonnaise, qui est un des auteurs français les plus connus dans le monde, nous dresse un tableau implacable de l’art d’aujourd’hui, art du discours, de la transgression et de la provocation systématiques à but publicitaire et financier, etc… et ses analyses rejoignent très exactement les nôtres… Continuer de lire La chronique n° 51 – Nicole Esterolle / Là où Buren passe, l’art trépasse…‏

La céramique est-elle soluble dans l’art contemporain ?‏ / Billet d’humeur Par Nicole Esterolle

Arrêter la promotion des artistes vedettes de l’Art contemporain dans les circuits les plus prestigieux du patrimoine , LE LOUVRE, le musée D’ORSAY , VERSAILLES, BEAUBOURG ETC….. car elle est source majeure de conflits d’intérêts répercutés aux échelons inférieurs , par exemple aujourd’hui l’échelon des FRAC dans trente gares SNCF, et cela gangrène tout le milieu de l’art. Continuer de lire La céramique est-elle soluble dans l’art contemporain ?‏ / Billet d’humeur Par Nicole Esterolle

Damien Hirst / Galerie de Bellefeuille

Damien Hirst naît à Bristol (Angleterre) en 1965. Il grandit à Leeds, puis étudie au Goldsmith’s College, à Londres. L’exposition la plus remarquable dont il est commissaire au cours de ses études est Freeze (1988), où il expose son œuvre et celle de ses contemporains. Il est généralement admis que cette exposition marqua le point de départ du mouvement des Young British Artists (Jeunes artistes britanniques), et que ce grand moment donna un coup de fouet à l’art contemporain britannique. Continuer de lire Damien Hirst / Galerie de Bellefeuille