François Ristori Sans titre 1974 182 x 170 cm

FRANÇOIS RISTORI – ANDRÉ CADERE 1970 / GALERIE PAULINE PAVEC (FR)

Le propos ici n’est pas d’aborder l’histoire du groupe Supports-Surfaces ou de celui qui a rassemblé Buren, Mosset, Parmentier et Toroni au tournant des années 1970, mais d’évoquer brièvement cette génération dont sont issus ces deux mouvements, considérés comme les deux dernières avant-gardes historiques du XXe siècle en France. Continuer de lire FRANÇOIS RISTORI – ANDRÉ CADERE 1970 / GALERIE PAULINE PAVEC (FR)

UNE PÉTITION SANS RÉPONSE DU MINISTÈRE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Ces dysfonctionnements ravageurs pour l’image de la culture française et pour l’art lui-même, en même temps que coûteux en argent public, étant d’origine structurelle, il est nécessaire et urgent que se mette en place une instance extérieure à l’appareil institutionnel. Continuer de lire UNE PÉTITION SANS RÉPONSE DU MINISTÈRE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Que vive Le Plateau, lieu du Frac Île-­de-­France à Paris ! – Lettre ouverte à Anne Hidalgo, Maire de Paris (FR)

Avec Le Plateau, le Frac Île-­de-­France est implanté à Paris depuis 2002 et s’est affirmé comme l’une des institutions majeures de la création contemporaine en France. Multipliant ses activités dans toute la Région, il a su à travers Le Plateau changer le paysage de l’art contemporain à Paris même, grâce au soutien de la Ville de Paris, de l’État et de la Région Île-­de-­France. Supprimer votre soutien au Plateau, n’est-­ce pas prendre le risque de le voir disparaître ? Continuer de lire Que vive Le Plateau, lieu du Frac Île-­de-­France à Paris ! – Lettre ouverte à Anne Hidalgo, Maire de Paris (FR)

Quand fondra la neige, où ira le blanc / Galerie Les filles du calvaire‏ (FR)

Il y est question de disparition du blanc. Est-ce bien une couleur, un monochrome ou un achrone? Les questions restent posées. Quand le blanc disparaît qu’en advient-il de la suite? Une autre couleur ou d’autres couleurs apparaissent-elles en filigrane? Continuer de lire Quand fondra la neige, où ira le blanc / Galerie Les filles du calvaire‏ (FR)

Michel Onfray : Faut-il brûler l’art contemporain ? / Le comptoir

Que répond-il à la légitime interrogation de cet homme qui souligne qu’il n’y a parfois plus rien à quoi se raccrocher dans l’art moderne (ce que Jean-Philippe Domecq nomme une « réserve d’effets » intrinsèque à l’œuvre, c’est-à-dire indépendante des amphigouris théoriques) ? Continuer de lire Michel Onfray : Faut-il brûler l’art contemporain ? / Le comptoir