Ce benêt de Ferry n’aime pas Philippe Poutou, mais n’aime pas Nicole Esterolle non plus (Critique)

L’époux de Marie-Caroline Becq de Fouquières n’aime pas le vulgum pecus. Il vient de flinguer par un tweet vengeur le candidat du nouveau parti anticapitaliste “ ce débraillé en Marcel pour représenter les ouvriers, pas étonnant qu’ils aillent massivement chez Le Pen. Dans les grands mouvements ouvriers du XIXeme siècle, on valorisait l’Education, pas la veulerie et la grossièreté. » Continuer de lire Ce benêt de Ferry n’aime pas Philippe Poutou, mais n’aime pas Nicole Esterolle non plus (Critique)

Du narcissisme de l’art contemporain, d’Alain Troyas et de Valérie Arrault, Editions L’Echappée / Jean Rouzaud Critique

Du libéralisme au nombrilisme

Tous les artistes-faiseurs, conceptuels de salon ou de fonds de tiroir, sont cités et décortiqués, afin que leurs objets ou performances se révèlent, non pas intellectuelles ou esthétiques, mais bien des crises d’égo. Continuer de lire Du narcissisme de l’art contemporain, d’Alain Troyas et de Valérie Arrault, Editions L’Echappée / Jean Rouzaud Critique

Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

Je m’appelle Mathilde, j’ai 24 ans, bientôt 25 et je vis à Bordeaux. J’ai décidé d’écrire cet article pour revenir sur mon parcours scolaire et dénoncer les pratiques d’un certain cursus. Après avoir obtenu mon bac, je me suis installée à Bordeaux avec ma meilleure amie en collocation. Je me suis inscrite à la fac d’arts plastiques dans laquelle je suis restée trois ou quatre mois. La fac de Bordeaux 3 est une fac avec très peu de moyens, en sale état, un peu à l’abandon… Continuer de lire Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

Une belle OPA du Ministère de la Culture sur l’Académie des Beaux-Arts Par Nicole Esterolle

Jean Marc Bustamante succède donc à l’ « esthéticien relationnel », Nicolas Bourriaud, viré justement pour son relationnel catastrophique avec élèves et professeurs. Il a été préféré à Olivier Blanckart , vrai artiste, feu d’artifice d’inventivité verbale et plastique, d’intelligence et de drôlerie, et qui aurait pu ré-enchanter cette vénérable école….Mais Jean-Marc Bustamante, lui, convenait mieux car son travail est plus radical et plus conforme à ce subversivisme questionneur à la fois des codes de la peinture et de la société, qui est tant apprécié chez le rebelles fonctionnarisés peuplant l’appareil institutionnel… Continuer de lire Une belle OPA du Ministère de la Culture sur l’Académie des Beaux-Arts Par Nicole Esterolle

ABOUDIA – LE NOUCHY / INCEPTION GALLERY et LE SALON 8°AVENUE (FR)

J’étais un peu « Hors la Loi » car je ne voulais pas être comme les autres, je ne voulais pas que l’on me canalise ; je voulais être moi même. Pour moi, l’art ne se dirige pas et c’est ce qui vient du plus profond de soi qui est important. » Continuer de lire ABOUDIA – LE NOUCHY / INCEPTION GALLERY et LE SALON 8°AVENUE (FR)

Warhol, idole ad nauseam de la beauferie middle-class brauchouille culturocrasse Par Nicole Esterolle

Il attaque d’emblée très fort, notre éminent gros niqueur d’art : « Figure et fétiche pop par excellence, valeur très sure des ventes aux enchères, objet préféré de détestation de ceux qui font profession, en France particulièrement, de mépriser l’art moderne… »… Et tac ! … Continuer de lire Warhol, idole ad nauseam de la beauferie middle-class brauchouille culturocrasse Par Nicole Esterolle

8e AVENUE, salon d’Art Contemporain et d’Art Urbain un nouveau rendez-vous, avenue des Champs-Élysées du 22 au 26 octobre 2015 (FR)

Une visibilité d’envergure en un lieu emblématique, «la plus belle avenue du monde», l’Avenue des Champs-Élysées. Des dates idéales qui garantissent la présence des amateurs d’art et collectionneurs français et étrangers… Continuer de lire 8e AVENUE, salon d’Art Contemporain et d’Art Urbain un nouveau rendez-vous, avenue des Champs-Élysées du 22 au 26 octobre 2015 (FR)

La France n’aime pas ses peintres – Chronique n° 60 de Nicole Esterolle

La France aime ses cuisiniers, ses chanteurs, ses acteurs de cinéma, ses écrivains, ses philosophes… Mais ses peintres ou artistes plasticiens, non ! Elle les ignore, elle en a honte, elle les oublie, elle ne conçoit même pas leur existence, et, pire encore, elle n’a même plus conscience de cet espèce de trou noir ou de déni des réalités, après tant d’années d’interdiction de la peinture frappée d’une sorte de tabou tel que le décrivent Marie Sallantin, Aude Kerros et Pierre-Marie Ziegler dans le livre publié en 2013 chez Guillaume de Roux « les Années noires de la peinture, 1983-2013 »… Continuer de lire La France n’aime pas ses peintres – Chronique n° 60 de Nicole Esterolle

Pendant que l’inquiétante insignifiance de l’art-argent triomphe au Centre Pompidou‏ / L’opinion de Nicole Esterolle

Cette œuvre comprenant trois aspirateurs et une cireuse à parquet, acquise au début des années 80 pour environ 30 000 euros, en vaut aujourd’hui 100 fois plus… Bravo les administratifs de l’époque, vous avez été de redoutables business-men, et bravo le FRAC qui est donc le plus riche de l’hexagone. Continuer de lire Pendant que l’inquiétante insignifiance de l’art-argent triomphe au Centre Pompidou‏ / L’opinion de Nicole Esterolle

La chronique de Nicole Esterolle n° 54 / Grande débandade dans l’art financier contemporain

Cette exposition de XXX n’est pas une structure signifiante, ni une organisation réfléchie, ni une inspiration spontanée, ni une orchestration, ni une petite musique. Elle est avant tout, dans un pur esprit Deleuzien, « un agencement d’énonciations ». Elle déploie ainsi, dans l’intégralité des espaces, une série de nouvelles productions mises en relation avec des œuvres existantes. Elle est à appréhender comme un agencement d’expériences… Continuer de lire La chronique de Nicole Esterolle n° 54 / Grande débandade dans l’art financier contemporain

Art contemporain, chasse, pêche et tradition / La chronique croquignole de Nicole Esterolle – n° 52

Alors, justement… à propos d’art contemporain comme vecteur de communication, je viens d’apprendre que l’artiste performeur Abraham Poincheval, dont je vous ai déjà parlé, et qui s’est fait une spécialité des happenings d’enfermement hyper-médiatiques : emmuré une semaine durant dans une librairie en mal de publicité ; enterré vivant sous le parvis de l’hôtel de ville de Tours pendant huit jours pour faire de la pub pour le FRAC local, etc., organise aujourd’hui sa réclusion volontaire dans la peau d’un ours noir au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris. Continuer de lire Art contemporain, chasse, pêche et tradition / La chronique croquignole de Nicole Esterolle – n° 52

La chronique n° 51 – Nicole Esterolle / Là où Buren passe, l’art trépasse…‏

6 – « Il y a trop de faux artistes, d’escrocs et d’imposteurs dans l’art contemporain »

Sur cette video de 5 minutes Eric Emmanuel Schmitt, dramaturge, romancier, nouvelliste, essayiste, cinéaste, d’origine lyonnaise, qui est un des auteurs français les plus connus dans le monde, nous dresse un tableau implacable de l’art d’aujourd’hui, art du discours, de la transgression et de la provocation systématiques à but publicitaire et financier, etc… et ses analyses rejoignent très exactement les nôtres… Continuer de lire La chronique n° 51 – Nicole Esterolle / Là où Buren passe, l’art trépasse…‏