L’argent plus sacré que l’art ? Par Roxana Azimi (Le Monde)

Analyse. La vente scénarisée du « Salvator Mundi », de Léonard de Vinci, au prix de 450,3 millions de dollars, illustre la sacralisation d’objets profanes sous l’influence d’esprits dominants, explique la journaliste spécialiste du marché de l’art, Roxana Azimi. Continuer de lire L’argent plus sacré que l’art ? Par Roxana Azimi (Le Monde)