Sarah Tritz et 29 invité.e.s J’aime le rose pâle et les femmes ingrates / La Manufacture des Œillets (FR)

Vous savez que c’est ce qui se passe continuellement : on juge que c’est laid — c’est ainsi qu’on me juge depuis vingt ans. Et on a parfaitement raison, parce que c’est laid. Pour ma part, je pense que c’est beaucoup plus intéressant quand cela paraît laid, parce qu’on y voit l’élément de la lutte.

Gertrude Stein, « Comment l’écrit s’écrit » in Lectures en Amérique (1935), Paris, Christian Bourgois, Coll. Titres, 2011, p. 211. Continuer de lire Sarah Tritz et 29 invité.e.s J’aime le rose pâle et les femmes ingrates / La Manufacture des Œillets (FR)

La chronique n° 76 de Nicole Esterolle et la Gazette de Nicole (Billet D’Humeur)

En ce qui concerne la dérision, le ricanement, si sensibles dans les oeuvres que vous dénoncez, la laideur, la fascination pour la destruction et le détruit, omniprésente et désignée comme « création », j’y vois en tant que psychiatre un mécanisme de défense bien connu : la défense maniaque. Un peu comme le sourire du Joker face à Batman. C’est ce qu’on voit apparaître chez certains patients face à l’intolérable douleur mélancolique, douleur induite par une culpabilité quasi délirante et masquée. Continuer de lire La chronique n° 76 de Nicole Esterolle et la Gazette de Nicole (Billet D’Humeur)

Lettre ouverte à Madame La Présidente du FRAC Normandie / Docteur Philippe Fouché-Saillenfest (FR)

Vous m’avez reproché au dernier Frac de ne pas aimer l’art contemporain. Je m’inscris en faux, simplement je n’aime pas l’art conceptuel, dont l’appareil d’état et les Fracs assurent la promotion exclusive en ignorant les infinies facettes et la richesse de nitre création contemporaine. Continuer de lire Lettre ouverte à Madame La Présidente du FRAC Normandie / Docteur Philippe Fouché-Saillenfest (FR)