Emmanuel Le Cerf – I keep hell clean for your return / Galerie Escougnou-Cetraro (FR)

Les œuvres d’Emmanuel Le Cerf organisent des circuits de dérivation perceptive mettant en jeu des phénomènes d’ « infra-voyance » : images auto-engendrées à partir de traductions de signaux et de dialogues entre prothèses photo-réceptives, projections invisibles dont la perception dépend de l’activité interprétante de caméras infra-rouge, ondes imperceptibles traduites en images puis en son, lexique d’images-intensité extraites du flux continu de la béatitude virtuelle.

Emilie Bazus, Laurence Kiberlain et Zoé Rumeau – Sans Tête / No Head / Galerie Laure Roynett (FR)

La Galerie Laure Roynette est heureuse de présenter sa prochaine exposition « Sans Tête / No Head » avec Emilie Bazus, Laurence Kiberlain et Zoé Rumeau du 1er au 26 février 2017. « Sans Tête / No Head » a été choisi en référence aux travaux de Douglas Harding, philosophe du XX ème siècle…

Vincent Gicquel – As-tu vraiment besoin d’aller là-bas ? / Galerie Thomas Bernard (FR)

Un programme comico-tragique, une peinture de la dérision, l’oeuvre de Vincent Gicquel est l’oeuvre d’un comique qui laisse apparaître ou deviner tout ce qu’il y a de ridicule et d’horriblement banal dans l’existence humaine. Dans ces tableaux, l’homme devient alors l’unique sujet, l’unique vestige campé au beau milieu d’un monde où tout semble avoir disparu. Il n’y a là ni paysage, ni décor, rien à quoi nous pourrions nous raccrocher.

PUTPUT, Coffee for Oppenheim / Galerie Esther Woerdehoff‏ (FR)

Coffee for Oppenheim est la seule blague suisso-danoise du monde. Et pour qu’il y ait blague, il faut une relation, du voisinage, une hache de guerre à enterrer, deux versions d’une langue originelle dont l’usage, quand c’est l’autre, est si pittoresque. Un nous, un eux, et une clôture à piéger, déplacer, dégrader, pour tester l’élasticité de ce qui nous relie et nous sépare à la fois. Une blague, c’est un tir à la corde. Pour faire une blague, il faut une intimité…

Wood Land School : Traçant la ligne – janvier à décembre / SBC galerie d’art contemporain (CA)

Durant toute l’année 2017, SBC galerie d’art contemporain sera renommée Wood Land School et opérera comme telle. Ceci marque la continuation d’une conversation déjà entamée et l’élaboration de nouveaux liens.

Sur une invitation de Maude MARIS à Mireille BLANC et Colombe MARCASIANO – 10 ans de résidence à Chamalot / Galerie Isabelle Gounod (FR)

La galerie Isabelle Gounod a le plaisir de présenter “Objets à réaction”, une proposition de Maude Maris à l’occasion des 10 ans de Chamalot-Résidence d’artistes. Maude Maris, Mireille Blanc et Colombe Marcasiano, trois peintres qui ont en commun le recours à l’objet, et dont la pratique est traversée par la sculpture…

Lorraine Simms – Little Deceptions / Occurrence – Espace d’art et d’essai contemporains (CA)

Les peintures récentes de Lorraine Simms oscillent entre désir et détachement. Dans cette série, l’artiste présente des objets, des produits de masse, se concentrant particulièrement sur la représentation de caricatures hyper stylisées, kitsch, d’animaux. Ces œuvres nous invitent à contempler la Disneyfication de la réalité que matérialisent ces objets éphémères de notre affection.

Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

Je m’appelle Mathilde, j’ai 24 ans, bientôt 25 et je vis à Bordeaux. J’ai décidé d’écrire cet article pour revenir sur mon parcours scolaire et dénoncer les pratiques d’un certain cursus. Après avoir obtenu mon bac, je me suis installée à Bordeaux avec ma meilleure amie en collocation. Je me suis inscrite à la fac d’arts plastiques dans laquelle je suis restée trois ou quatre mois. La fac de Bordeaux 3 est une fac avec très peu de moyens, en sale état, un peu à l’abandon…

Marilena Pelosi – Un théâtre de la réparation / Christian Berst art brut klein & berst (FR)

D’un trait sombre, sans artifice, Marilena Pelosi fait jaillir dans ses créations complexes et parfois très colorées, une cruelle féerie emplie de symboles dans laquelle le sens se dérobe, défie la raison, la sienne en premier, même si, admet-elle « ce sont les gens normaux qui deviennent fous. Mais comme je ne l’ai jamais été, je ne risque rien. »

CHIHARU SHIOTA, « Where are we going ? », Le Bon Marché Rive Gauche, Paris, 14 jan. – 18 feb. 2017 (FR)

Le Bon Marché Rive Gauche a l’honneur de recevoir Chiharu Shiota pour une exposition monumentale au cœur du magasin. Célèbre pour ses spectaculaires installations de fils tissés et la puissance d’évocation de ses œuvres, l’artiste s’est engagée dans cette carte blanche avec l’intensité qu’on lui connaît. « Where are we going? » est une invitation à l’émerveillement mais aussi au questionnement, indissociable de l’œuvre de Chiharu Shiota.

« L’art est en deuil, Ousmane Sow est mort, Jeff Koons est vivant » / Artension magazine téméraire de l’art vivant

A plus de 75 ans, il se tient aux côtés des jeunes Sénégalais qui manifestent contre la corruption de leur président, Abdulaye Wade. A quelle décennie faut-il remonter en France pour retrouver un tel engagement dans notre propre pays ?- Arrivé à Paris sans rien dans les années 50, il trouve une ville pleine de compassion, où l’agent de faction au commissariat lui ouvre la cellule de dégrisement pour lui éviter une nuit dans la rue.

VALÉRIE KOLAKIS et JEAN-FRANÇOIS LAUDA / Galerie Antoine Ertaskiran (CA)

La Galerie Antoine Ertaskiran est fière d’amorcer une nouvelle collaboration avec deux artistes montréalais, Valérie Kolakis et Jean-François Lauda, qui présenteront leur production récente dans la salle principale de la galerie. Dans la seconde salle d’exposition, la Galerie Antoine Ertaskiran présentera le projet Less is more or… d’Aude Moreau, récente lauréate du Prix Louis-Comtois.

AGATHE MAY – OUTRAGES / Galerie Catherine Putman (FR)

L’homme accumule et le désert croît, par étouffement. Le déchet, ce reste toxique du grand festin contemporain, est l’outil de cette stérilisation. Jerrycan, boîte vide, chaussure usée, plat abandonné, ressort détendu, le monde tel qu’il apparaît dans les derniers travaux d’Agathe May, n’est qu’une immense nature morte, ou, plutôt, une nature en train de mourir à force d’être envahie par ces objets épuisés que l’homme, dans sa course à l’infini, ne cesse de générer.

Notre ami Laurent Danchin (1946-2017) est parti par Nicole Esterolle

Notre ami Laurent Danchin est parti par Nicole Esterolle
J’apprends son décès aujourd’hui. Une information plus que douloureuse…inconcevable, tant sa présence au monde était intense…
Agrégé de lettres et normalien, il aurait pu être professeur d’université : il a préféré rester humble prof de Lycée en secteur « difficile » à Nanterre.

Simon Laureyns & Manor Grunewald : Silence, Genious at work / Galerie Jérôme Pauchant (FR)

Le titre de l’exposition est un clin d’oeil à l’activité artistique même et au mythe ou idée romantique de l’artiste comme être humain sublimé. Pour ce projet, la galerie prend l’apparence d’un laboratoire stérile à l’aspect minimal et clinique, où les sculptures-étagères de Manor Grunewald sont un mobilier standard d’espace de travail évoquant un processus de création maîtrisé, et où les grandes œuvres murales de Simon Laureyns dans lesquelles le bleu ciel des dos d’affiches sont comme des fenêtres vers l’extérieur…

Peybak – Abrakan « Éclat » / Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois (FR)

Un trip. La peinture de Peybak est un trip. Visuel, pictural, chromatique, temporel. Libre à chacun de faire le voyage, de se laisser embarquer sur les « terres abrakiennes » de ce duo de jeunes artistes iraniens, et de consentir à en prendre plein les yeux.

Angela Grauerholz – Écrins écrans / CENTRE CULTUREL CANADIEN (FR)

Angela Grauerholz a reçu en 2015 le prestigieux Scotiabank Photography Award, le plus important prix attribué chaque année à un photographe canadien parmi une liste très sélecte des artistes les plus réputés de la scène canadienne. Cette distinction a donné lieu, en 2016, à un ouvrage majeur portant sur l’ensemble de l’œuvre d’Angela Grauerholz (Steidl, 2016)…

La galerie Jacques Lévy est heureuse de présenter l’exposition collective « Le vide libéré » – Les œuvres de Claude Chaussard, Hélène Durdilly, Jean Degottex et Lars Fredrikson (FR)

La galerie Jacques Lévy est heureuse de présenter l’exposition collective « Le vide libéré ». A cette occasion seront visibles des œuvres de Claude Chaussard, Hélène Durdilly et un ensemble peu montré de briques de Jean Degottex et d’œuvres sur papier de Lars Fredrikson.

  • Palais (FR)

  • DADA (FR)

  • Artension (FR)

  • Dossier de l’art (FR)

  • L’Objet d’Art Hors-série (FR)

  • Artpassions (CH)

  • L’Estampille / L’Objet d’Art (FR)

  • Artension Hors-série (FR)

  • Mousse (IT)

  • Dominique Gilbert – Les Éditions du Littéraire (FR)

  • Nicole Esterolle – La bouffonnerie de l’art contemporain (fr)

  • 20 au 24 octobre 2016

    8e AVENUE - Salon d’Art Contemporain et d’Art urbain

  • 30 mars au 2 avril 2017