Une image amusante Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Inquiétante épidémie de streetartose dans le monde de l’art La streetartose qui semble affecter aujourd’hui le monde de l’art, a des effets aussi funestes que le mildiou, l’oïdium, le botrytis, et le black-rot réunis, qui firent des ravages, naguère, dans le monde de la vigne et du vin. (Ses ravages s’ajoutent à ceux de la conceptualose duchampoïde encore plus mortifère pour l’art). Continuer de lire Une image amusante Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Pourquoi les « gilets jaunes » ont fait ce que les artistes n’ont pas pu faire les premiers par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Ils ont réussi à exclure du regard de l’institutionnalité, la quasi totalité des artistes de la mise en forme sensible, de « l’intelligence de la main », et du savoir – faire proprement pictural, pour survaloriser des créations de nature conceptuelle, d’autant mieux médiatisables, internationalisables et « bankables » sur le grand marché spéculatif, qu’elles sont artistiquement misérables et vidées de toute humanité. Continuer de lire Pourquoi les « gilets jaunes » ont fait ce que les artistes n’ont pas pu faire les premiers par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Quel avenir pour les galeries d’art ? Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Le rôle affaibli d’une critique d’art en partie inféodée aux grands réseaux institutionnels et financiers. (les journalistes spécialistes des cours sur le marché et les conseillers en placements bancaires ont remplacé, en tant qu’experts, les vrais critiques d’art qui ont presque tout perdu de leur rôle de chercheurs et de prescripteurs auprès des amateurs et acheteurs.) Continuer de lire Quel avenir pour les galeries d’art ? Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

La biodiversité artistique ne passera pas ! Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

C’est vraiment dommage car le contexte se prêtait à cette vertueuse rupture. Il fallait en effet remplacer, à la tête de cette école, Jean-Marc Bustamante, en poste d’octobre 2015 à juillet dernier, et dont mandat avait été entaché par les témoignages de harcèlement (gestes et propos déplacés, violence morale) recueillis par un collectif d’étudiants, qui avaient nécessité l’intervention du ministère de la Culture, ainsi que par des plaintes pour racisme déposées par le personnel de nettoyage, salariés d’une entreprise externe, qui faisaient état d’humiliations d’une rare violence…Rien que ça ! Continuer de lire La biodiversité artistique ne passera pas ! Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Très peu de gilets jaunes chez les artistes…et pourtant ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Il est le seul à avoir pu remplir les collections publiques avec 80% d’oeuvres formatées à l’inepto-discursif radical et qui ne vaudront plus un kopeck dans 20 ans…. et le seul à taxer l’expression sensible partageable pour mieux subventionner la masturbation cérébrale élitaire. Continuer de lire Très peu de gilets jaunes chez les artistes…et pourtant ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Tiens revoilà le kid des banlieues ! Par Nicole Esterolle / Article Marianne (Billet d’humeur)

Medhi Meklat, animateur du très écouté Bondy Blog pour les jeunes de Banlieue, avait tweeté sous le pseudo Marcellin Deschamps, des propos orduriers, sexistes, racistes, misogynes et homophobes du genre : « Natacha Polony est une grosse pute dont je ferais bien mon mouton de l’Aïd », « Il faut casser les jambes à ce fils de pute de Finkielkraut », etc…Charmant garçon cependant pour la gauche identitaire qui le considérait comme le « porte-voix de la jeunesse des quartiers populaires », « à l’avant-garde d’une nouvelle génération venue de banlieue » Continuer de lire Tiens revoilà le kid des banlieues ! Par Nicole Esterolle / Article Marianne (Billet d’humeur)

Désarroi et fanfaronnade dans la fracosphère du Grand-Est par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Vous trouverez ci-joint copie d’un article de Madame Lequeux du Monde, au sujet du FRAC tricéphale Grand-Est , et qui en dit long sur l’irréversible état de déliquescence de ces Fonds Régionaux. Continuer de lire Désarroi et fanfaronnade dans la fracosphère du Grand-Est par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Ah, « le prix de l’art », quel bel objet de glose journaleuse ! Par Nicole Esterolle

Oui, le prix de l’art, c’est le prix de la vie au Yemen ou en Somalie, c’est le prix de la vie des oiseaux qui disparaissent de nos campagnes. C’est le prix de l’arrogance, de la stupidité, du pathos, de l’ignorance, de la vénalité des acteurs situés à tous les étages de ce système inique de légitimation de l’art d’aujourd’hui… Continuer de lire Ah, « le prix de l’art », quel bel objet de glose journaleuse ! Par Nicole Esterolle

Bonjour la critique d’art ! Par Nicole Esterolle / Marianne Magazine

Je découvre, dans Le Monde du 18 octobre 2018, cette lettre ouverte : « Pour une maison de la liberté de la presse », et pour « la création d’une maison des médias libres », signée par un collectif d’intellectuels et d’artistes, qui nous offre une belle brochette d’agents de la bien-pensance bien-parlante, propre sur elle, politiquement correcte, qui verrouille justement cette presse qu’ils veulent libérer… Continuer de lire Bonjour la critique d’art ! Par Nicole Esterolle / Marianne Magazine

Le piège du grand mécénat culturel par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Avec ce numéro, Marianne, qui ose donc mettre durement son nez dans ce territoire tabou et de dérogation totale à toutes les lois, qu’est l’art dit contemporain, devient la première revue d’art non alignée…( elle a d’ailleurs osé publier mon texte sur Bernar Venet dans son précédent numéro )… Continuer de lire Le piège du grand mécénat culturel par Nicole Esterolle (billet d’humeur)