Maria TYL – Mai-68 : Révolution symbolique ou inertie institutionnelle ? / Les Éditions du Littéraire

C’est désormais chose faite : Maria Tyl dresse dans cet essai un panorama général de l’École avec comme point nodal les évènements de Mai-68. Elle choisit d’explorer ce moment historique en posant les bonnes questions : cette révolution étudiante qui impose des ateliers populaires dans une institution canonique est-elle de l’ordre de la révolution symbolique rendue intelligible par Pierrre Bourdieu dans son « Manet » ?

Le Musée McCord s’inscrit dans le projet international Inside Out et dévoile, du 31 janvier au 26 février 2017, vingt et un portraits de Montréalais visionnaires photographiés par Cindy Boyce (CA)

Dans le cadre de l’exposition Notman, photographe visionnaire,le Musée McCord dévoile,du 31 janvier au 26 février 2017, vingt et un portraits de Montréalais visionnaires photographiés par Cindy Boyce , qui a chaleureusement accueilli l’idée de tirer le portrait de ces personnalités . Cette initiative s’inscrit dans le projet international Inside Out,créé en 2011 par le célèbre artiste de rue JR.

J YOUNG – MOMENT / ART PARIS ART FAIR (FR)

Du 30 mars au 2 avril 2017, la Galerie Mo.J signe sa première participation à ART PARIS ART FAIR avec un stand dédié à J Young, dont les œuvres sont mises en regard avec celles de Lee Ufan, Park Seobo; artistes emblématiques de la scène artistique coréenne.

Aurélie Dubois – Voir peut-il rendre fou ? / 24 BEAUBOURG (FR)

« Voir peut-il rendre fou ? » est la première rétrospective d’Aurélie Dubois à Paris. 16 années de création sont ici réunies. Le commissariat de l’exposition est confié à Paul Ardenne, écrivain et historien d’art. L’accent est mis sur le dessin, un étage entier de l’exposition lui est consacré. Photographies et installations complètent ce parcours.

Du 30 mars au 2 avril 2017, la 19e édition d’Art Paris Art Fair accueille quelque 130 galeries d’ art moderne et contemporain au Grand Palais

Du 30 mars au 2 avril 2017, la 19e édition d’Art Paris Art Fair accueille quelque 130 galeries d’ art moderne et contemporain au Grand Palais. Foire généraliste ouverte à toutes les formes d’expression, y compris le design, Art Paris Art Fair offre un aperçu de l’art d’après-guerre à nos jours, tandis que son approche thématique met l’accent sur la découverte : avec un éclairage sur la création artistique issue du continent africain, les expositions monographiques d’artistes avec Solo Show, la création émergente avec le secteur Promesses.

JULIEN BOILY – Paradigme objet / Galerie d’art d’Outremont (CA)

Dans l’exposition Paradigme objet, Julien Boily présente six tableaux, tous réalisés selon une approche figurative traditionnelle de la peinture. Inspirée du genre nature morte, la demi-douzaine d’œuvres picturales plonge le spectateur dans un univers où la surface des objets et leur matérialité nous renvoient le reflet du monde qui nous entoure.

Daniel Templon : «Beaubourg, victime de Marcel Duchamp» Par Valérie Duponchelle / Le Figaro.fr

Je regrette qu’il ait fallu attendre 2013 pour qu’enfin le Centre consacre une rétrospective à Roy Lichtenstein, artiste historique, et encore, ce fut une exposition ‘au rabais’. Pourquoi lui avoir refusé le grand espace prestigieux de 2200 m2 du 6ème étage pour le ‘petit’ espace de 900 m2? Pourquoi le Centre a-t-il toujours tant de réserves vis-à-vis du Pop art et de la figuration? C’est sa grande faiblesse…

Parisian Laundry est heureuses de présenter PDA Lovers à la galerie Four Six One Nine de Los Angeles, avec les œuvres de David Armstrong Six, Gabriele Beveridge, Chris Coy, Celia Perrin Sidarous et Janet Werner (US)

Cette exposition comprend des œuvres qui contribuent à l’aspect romanesque de l’attachement et du désir. Et pourtant, les artistes choisis soulignent simultanément les points de fracture et d’effondrement des trames narratives mielleuses, par différentes formes de médiation et par l’implémentation des clichés. Parisian Laundry souhaite remercier le Conseil des arts du Canada pour son appui à ce projet. Poème par Adam Gill…

Emmanuel Le Cerf – I keep hell clean for your return / Galerie Escougnou-Cetraro (FR)

Les œuvres d’Emmanuel Le Cerf organisent des circuits de dérivation perceptive mettant en jeu des phénomènes d’ « infra-voyance » : images auto-engendrées à partir de traductions de signaux et de dialogues entre prothèses photo-réceptives, projections invisibles dont la perception dépend de l’activité interprétante de caméras infra-rouge, ondes imperceptibles traduites en images puis en son, lexique d’images-intensité extraites du flux continu de la béatitude virtuelle.

Emilie Bazus, Laurence Kiberlain et Zoé Rumeau – Sans Tête / No Head / Galerie Laure Roynett (FR)

La Galerie Laure Roynette est heureuse de présenter sa prochaine exposition « Sans Tête / No Head » avec Emilie Bazus, Laurence Kiberlain et Zoé Rumeau du 1er au 26 février 2017. « Sans Tête / No Head » a été choisi en référence aux travaux de Douglas Harding, philosophe du XX ème siècle…

Vincent Gicquel – As-tu vraiment besoin d’aller là-bas ? / Galerie Thomas Bernard (FR)

Un programme comico-tragique, une peinture de la dérision, l’oeuvre de Vincent Gicquel est l’oeuvre d’un comique qui laisse apparaître ou deviner tout ce qu’il y a de ridicule et d’horriblement banal dans l’existence humaine. Dans ces tableaux, l’homme devient alors l’unique sujet, l’unique vestige campé au beau milieu d’un monde où tout semble avoir disparu. Il n’y a là ni paysage, ni décor, rien à quoi nous pourrions nous raccrocher.

PUTPUT, Coffee for Oppenheim / Galerie Esther Woerdehoff‏ (FR)

Coffee for Oppenheim est la seule blague suisso-danoise du monde. Et pour qu’il y ait blague, il faut une relation, du voisinage, une hache de guerre à enterrer, deux versions d’une langue originelle dont l’usage, quand c’est l’autre, est si pittoresque. Un nous, un eux, et une clôture à piéger, déplacer, dégrader, pour tester l’élasticité de ce qui nous relie et nous sépare à la fois. Une blague, c’est un tir à la corde. Pour faire une blague, il faut une intimité…

Wood Land School : Traçant la ligne – janvier à décembre / SBC galerie d’art contemporain (CA)

Durant toute l’année 2017, SBC galerie d’art contemporain sera renommée Wood Land School et opérera comme telle. Ceci marque la continuation d’une conversation déjà entamée et l’élaboration de nouveaux liens.

Sur une invitation de Maude MARIS à Mireille BLANC et Colombe MARCASIANO – 10 ans de résidence à Chamalot / Galerie Isabelle Gounod (FR)

La galerie Isabelle Gounod a le plaisir de présenter “Objets à réaction”, une proposition de Maude Maris à l’occasion des 10 ans de Chamalot-Résidence d’artistes. Maude Maris, Mireille Blanc et Colombe Marcasiano, trois peintres qui ont en commun le recours à l’objet, et dont la pratique est traversée par la sculpture…

Lorraine Simms – Little Deceptions / Occurrence – Espace d’art et d’essai contemporains (CA)

Les peintures récentes de Lorraine Simms oscillent entre désir et détachement. Dans cette série, l’artiste présente des objets, des produits de masse, se concentrant particulièrement sur la représentation de caricatures hyper stylisées, kitsch, d’animaux. Ces œuvres nous invitent à contempler la Disneyfication de la réalité que matérialisent ces objets éphémères de notre affection.

Le Magazine du Schtroumpf Emergent no 72 par Nicolle Esterolle (Critique)

Je m’appelle Mathilde, j’ai 24 ans, bientôt 25 et je vis à Bordeaux. J’ai décidé d’écrire cet article pour revenir sur mon parcours scolaire et dénoncer les pratiques d’un certain cursus. Après avoir obtenu mon bac, je me suis installée à Bordeaux avec ma meilleure amie en collocation. Je me suis inscrite à la fac d’arts plastiques dans laquelle je suis restée trois ou quatre mois. La fac de Bordeaux 3 est une fac avec très peu de moyens, en sale état, un peu à l’abandon…

Marilena Pelosi – Un théâtre de la réparation / Christian Berst art brut klein & berst (FR)

D’un trait sombre, sans artifice, Marilena Pelosi fait jaillir dans ses créations complexes et parfois très colorées, une cruelle féerie emplie de symboles dans laquelle le sens se dérobe, défie la raison, la sienne en premier, même si, admet-elle « ce sont les gens normaux qui deviennent fous. Mais comme je ne l’ai jamais été, je ne risque rien. »

CHIHARU SHIOTA, « Where are we going ? », Le Bon Marché Rive Gauche, Paris, 14 jan. – 18 feb. 2017 (FR)

Le Bon Marché Rive Gauche a l’honneur de recevoir Chiharu Shiota pour une exposition monumentale au cœur du magasin. Célèbre pour ses spectaculaires installations de fils tissés et la puissance d’évocation de ses œuvres, l’artiste s’est engagée dans cette carte blanche avec l’intensité qu’on lui connaît. « Where are we going? » est une invitation à l’émerveillement mais aussi au questionnement, indissociable de l’œuvre de Chiharu Shiota.

  • Palais (FR)

  • DADA (FR)

  • Artension (FR)

  • Diptyk (MA)

  • Mousse (IT)

  • Dossier de l’art (FR)

  • L’Estampille / L’Objet d’Art (FR)

  • Art Passions (CH)

  • L’Objet d’Art Hors-série (FR)

  • Nicole Esterolle (FR)

  • Aude de KERROS (FR)

  • Artension Hors-série (FR)

  • 20 au 24 octobre 2016

    8e AVENUE - Salon d’Art Contemporain et d’Art urbain

  • 7 au 9 Octobre 2016

  • 12 au 26 mars 2015

  • 30 mars au 2 avril 2017

  • 23 au 26 mars 2017

  • 20 au 24 octobre 2016