Archives de Catégorie: réflexion

Honte à la critique d’art française ! Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Parmi les trois pathétiques que vous voyez là, celui du milieu est, me semble-t-il le président de l’AICA-France (Association Internationale des Critiques d’Art) et compagnon de l’exquise Orlan. Ils ne manifestent pas contre le plug anal de Paul Mc Carthy, mais pour lui, et contre l’odieux sabotage dont il fut l’objet. C’était en octobre 2014…C’est dire l’état de délabrement de la critique française..qui n’a fait qu’empirer depuis.

Cari Gonzalez-Casanova – Mimétisme et psychasténie légendaire / Galerie mfc-michèle didier (FR)

L’exposition Mimétisme et psychasténie légendaire se développe autour du livre Home Guard Manual of Camouflage / Manuel de camouflage pour la protection du territoire de Cari Gonzalez-Casanova. Ce livre est inspiré du manuel que Roland Penrose rédige en 1941 pour l’armé britannique.

Kent Monkman – La Belle et la Bête / CENTRE CULTUREL CANADIEN (FR)

L’exposition est le fruit d’une rencontre entre Kent Monkman, artiste de Toronto né au Manitoba, autochtone d’origine Cri, voix singulière et puissante de l’art canadien, et le musée des Confluences de Lyon. L’artiste a prélevé, des collections du musée, dix œuvres et artefacts représentatifs d’objets et d’animaux désormais dépossédés des pouvoirs que leur attribuent les cultures autochtones.

KLASSE LIEBSCHER – « Comment ai-je pu me perdre ? » / Goethe-Institut Paris (FR)

La photographie allemande ne vit pas seulement de l’excellente réputation de ses grands représentants, elle est également et largement portée par la dynamique et la volonté absolue d’innovation de jeunes talents. Depuis quelques années, le Goethe-Institut de Paris en coopération avec de grandes écoles et académies choisies porte son regard sur la jeune scène artistique montante et présente des tendances actuelles de la photographie allemande contemporaine.

Les « tulipes » de Jeff Koons sèment la discorde à Paris : un hommage aux victimes du terrorisme avec une oeuvre discutable ? Aude De Kerros

De plus le cadeau est accompagné d’une leçon, quintessence du discours moralisateur et philanthrope koonsien : l’art se doit de refléter « l’ego de la masse »… bel emballage pour rendre avalable une très concrète prédation du contribuable, car le « cadeau » de « l’artiste vivant le plus coté du monde » est un « don payant » de 3 millions d’euros ! Cher pour une œuvre dont l’emplacement sert la cote du « donateur » et de produit d’appel pour les produits dérivés qu’elle engendrera.

Bernar Venet, bientôt à Lyon, au nom de « l’intérêt national » ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Revendiquant son niveau « bac moins deux » Bernar Venet (Vernar Benet pour les intimes) est néanmoins entré à l’école des Beaux-Arts de Nice, où il se distingue très vite avec des tableaux au goudron très avant-gardistes. Ensuite il va à New York, car il comprend que c’est « là que ça se passe ». Il s’y distingue là-aussi très vite en exposant son fameux tas de charbon (image jointe), précurseur de tous les « tas contemporains de n’importe quoi» à venir.

Les Shadoks ont 50 ans. Une révolution animée / Musée Tomi Ungerer (FR)

Dans le cadre des « Rencontres de l’Illustration » et en partenariat avec le Shadok, Fabrique du Numérique, le Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’Illustration propose de découvrir ou de redécouvrir la fameuse série télévisée d’animation imaginée en 1968 par Jacques Rouxel (1931-2004). Pour la première fois l’œuvre du créateur est exposée dans un musée labellisé « Musée de France » avec l’objectif de l’inscrire dans l’histoire de l’illustration du XXe siècle.

À l’occasion des 20 ans ART PARIS ART FAIR 2018, La Galerie Particulière est heureuse d’annoncer sa participation avec un Solo show de Todd Hido

Durant plus de vingt ans, Todd Hido a travaillé sur plusieurs ensembles d’images, souvent en même temps. Quand chaque ensemble a acquis la densité d’un projet abouti, Hido l’a publié sous forme de livre et exposé comme une suite de tirages. Ce qui est présenté ici est une séquence extraite de toute la profondeur et de l’étendue de son œuvre singulière : Le voyage hasardeux, l’errance, la quête et le retour.

Aude Picault – Plein & Déliés / HUBERTY & BREYNE GALLERY PARIS (FR)

Du 6 avril au 12 mai 2018, Huberty & Breyne Gallery Paris rassemble pour la première fois un panel d’œuvres originales d’Aude Picault alliant légèreté et réflexions fortes. Des pages de L’Air de Rien, nées dans les colonnes de Libération Weekend, à celles d’Idéal Standard, de Parenthèse Patagone à Comtesse, en passant par Transat, Fanfare ou encore Chicou-Chicou, l’exposition Plein & Déliés révèle l’étendue du talent de cette autrice devenue une plume incontournable de la Bande Dessinée contemporaine.

RIPA – Rencontre interuniversitaire de performance actuelle – Du 14 et 15 avril 2018 / Ancienne École des Beaux-Arts (CA)

Les performances, présentées dans des formats de courte et de longue durée, se succèderont dans les différentes salles de l’Ancienne École des Beaux-Arts et certaines d’entre elles seront présentées en continue.

Renée Chevalier – Journal alternatif II, ou les cahiers d’Ishtar / Maison de la culture de Pointe-aux-Trembles (CA)

La maison de la culture de Pointe-aux-Trembles présente une exposition solo du travail récent de l’artiste Renée Chevalier du 7 avril au 3 juin 2018. Vernissage : samedi 7 avril de 14 à 18 h.

Art Paris Art Fair – Vincent Gicquel / Grand-Palais, Paris (FR)

Vincent Gicquel qualifie certaines de ses peintures d’apophatiques, un terme emprunté à la théologie, qui définit l’existence de la transcendance uniquement par la négative. Là réside l’identité paradoxale de Gicquel, entre idéalisme (de la peinture) et doute radical (vis-à-vis de l’humanité, et de sa représentation), nourrie de Schopenhauer, Cioran et bien sûr de Thomas Bernhard.

Annie Conceicao-Rivet – La rencontre des masses : études et prototypes / Centre d’art Diane-Dufresne (CA)

Du 4 avril au 3 juin 2018, le Centre d’art Diane-Dufresne invite à la découverte d’Annie Conceicao-Rivet, une artiste multidisciplinaire qui s’intéresse à la trace laissée par le corps humain dans son utilisation d’un objet placé au recyclage. La rencontre des masses : études et prototypes comprend des sculptures, des aquarelles, des collages et des dessins. Une exposition à ne pas manquer!

Stop au totalitarisme artistique d’État! Respect de la diversité ! Créée par Nicole esterolle (FR)

Il est urgent qu’un groupe de travail parlementaire réfléchisse sur l’intervention de l’Etat dans la création artistique Il est avéré que 95 % des plasticiens en France sont ignorés des dispositifs institutionnels pour le soutien à la création, au profit des seuls artistes de type conceptuel et/ou postural agréés par une sorte d’esthétique d’État.

Éric Rondepierre – F.I.J. / Galerie Isabelle Gounod (FR)

Le regard se perd dans la cavité d’un front, ses dents semblent luire à côté de son visage ; son cou devient un chaos de formes sous un soleil confus de métamorphoses. Je n’ai rien oublié de ce que fait d’elle le clic de la souris. Ni la vitesse des catastrophes qui l’ont détruite, ni ma main réglant la distance qui la sépare du cadre, ni le point noir à l’horizon de son nez qui grossit jusqu’aux oreilles.

L’HOMME DE L’ISLE de Bruno Boulianne / La Cinémathèque québécoise et CINÉMA CARTIER (CA)

Les Films du 3 mars est fier d’annoncer la sortie en salle du plus récent film documentaire du cinéaste Bruno Boulianne. Avec L’homme de l’Isle, Bruno Boulianne nous ramène au cœur du fleuve Saint-Laurent, sur l’Isle aux Oyes et l’Isle aux Grues nous présentant un chasseur de légende qui découvre la fulgurance de l’art et la beauté de son monde.

Thierry Lagalla – L’Esperança dau Suquet (The Hope of the Top) / Galerie Thomas Bernard (FR)

Dans la quinzaine de toiles présentées dans l’exposition L’Esperança dau Suquet (The Hope of the Top) on y voit toutes sortes de choses : un personnage enrubanné, un cône de chantier en guise de coiffe, des tranches de mortadelle, une tête de lapin dépecée, des bottines surdimensionnées, des boîtes à chaussures pour toutes chaussures, des grilles et des grillages, un hibou défiguré et même un chapeau de bombe à chantilly posé sur une table en bois. Difficile a priori d’y déceler un motif, un sujet.

CLAUDE CHAUSSARD – CONSTRUCTIONS ARCHITECTONIQUES / Galerie Jacques Lévy (FR)

La galerie Jacques Lévy a le plaisir de présenter du 29 mars au 28 avril 2018 un ensemble d’œuvres de CLAUDE CHAUSSARD sur papier carbone ou trait de traçage sur papier Stonehenge réalisé entre 2015 et 2017 sous le titre : « CONSTRUCTIONS ARCHITECTONIQUES »

  • Artension (FR)

  • Dossier de l’art (FR)

  • DADA (FR)

  • Artpassions (CH)

  • TRAKT Magazine brut, africain et singulier (FR)

  • L’Objet d’Art (FR)

  • Artpassions – Hors-série (CH)

  • Artension Hors-série (FR)

  • L’Objet d’Art – Hors-série (FR)

  • Nicole Esterolle (FR)

  • 5 au 8 avril 2018

  • 20 au 24 octobre 2016

    8e AVENUE - Salon d’Art Contemporain et d’Art urbain