Archives de Catégorie: lecture

Ma nouvelle gazette mambo number five est en ligne…Par Nicole Esterolle

Y a du costaud !!! ça décoiffe et ça éructe autant qu’un carnaval enivré. C’est de la ruade dans les gencives en taille XXL. Le médicament qu’il nous faut en ces temps de dictature. » en dit mon ami lyonnais Michel Théry…

L’ours et le gorille par Nicole Esterolle (Billet D’humeur)

Pour Madame Azimi, qui fait patrie de ces « nouveaux critiques d’art », spécialisés argent, conseillers en placements financiers et qui ne voient l’art que sous l’angle de sa cote, rien ne semble donc exister hors de ces deux « castes » du marché spéculatif….Il n’est pas question en effet dans son article de ces milliers d’artistes véritables et des galeries prospectives sans intérêt pour elle, qui survivent pourtant aux méfaits de cet « lutte des castes » qu’elle décrit, et à l’indifférence des chroniqueurs d’art de sa « spécialité »…

La plume de Debailleux, le trait de Duhoo ; arrivés même jour, même heure à la Galerie W. Ça se partage (FR)

Extraits d’un texte de Maria Grazia Meda : journaliste freelance (La Repubblica, Vogue Italia) et conseil éditorial.

La chronique n° 76 de Nicole Esterolle et la Gazette de Nicole (Billet D’Humeur)

En ce qui concerne la dérision, le ricanement, si sensibles dans les oeuvres que vous dénoncez, la laideur, la fascination pour la destruction et le détruit, omniprésente et désignée comme « création », j’y vois en tant que psychiatre un mécanisme de défense bien connu : la défense maniaque. Un peu comme le sourire du Joker face à Batman. C’est ce qu’on voit apparaître chez certains patients face à l’intolérable douleur mélancolique, douleur induite par une culpabilité quasi délirante et masquée.

La belle princesse, « reine de la culture » Sheikha al-Mayassa, va-t-elle faire imploser le grand marché spéculatif de l’art contemporain ? Et puis Connaissez-vous la Larry’s list ? Suggestion de Nicole Esterolle

Larry’s list est un site internet bien dans l’esprit de notre temps : fondé par deux jeunes allemands basés à Hong-Kong il dit tout sur les plus gros collectionneurs du monde qui doivent s’y trouver entre eux avec une certaine délectation. Cela intéresse évidemment aussi tous ceux qui cherchent à approcher pour des raisons diverses ces 3.500 personnes disposant d’une fortune minimum de 1 milliard de dollars et qui jouent avec passion au grand jeu de l’art contemporain comme d’autres jouent dans les casinos deLas Vegas.

Samuel DOCK, Marie – France CASTAREDE – Le nouveau malaise dans la civilisation / Éditions PLON

Éditions PLON Samuel DOCK, Marie – France CASTAREDE Le nouveau malaise dans la civilisation Parution le 2 février 2017 En 1930, Freud publiait Le Malaise dans la civilisation, œuvre majeure où il détaillait les fondements de la société et les dangers qui la menaçaient…

Lettre ouverte à Madame La Présidente du FRAC Normandie / Docteur Philippe Fouché-Saillenfest (FR)

Vous m’avez reproché au dernier Frac de ne pas aimer l’art contemporain. Je m’inscris en faux, simplement je n’aime pas l’art conceptuel, dont l’appareil d’état et les Fracs assurent la promotion exclusive en ignorant les infinies facettes et la richesse de nitre création contemporaine.

Vénus, Carnets d’Atelier 1993-2002 – Un ouvrage de Marie Sallantin, recommandé par Aude de Kerros

La peinture de Marie Sallantin entretient un dialogue ininterrompu avec l’inconscient collectif : Hésiode, Aphrodite/Vénus, les Trois Grâces, les Muses. C’est-à-dire tout ce qui, en nous, innerve depuis des siècles notre perception du beau, de la transcendance, de ce qui ouvre pour chacun d’entre nous une fenêtre spirituelle sur le dépassement, le sublime et la fragile humanité toujours menacée d’émiettement.

Une vache crucifiée dans une église en Belgique ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

On avait vu ce type de performance très transgression art contemporain du côté de Perpignan, il y a une dizaine d’années. L’artiste français Bustamente avait fourré un gros camion dans une chapelle. Lequel camion fut très vite enlevé par le maire de la ville (pourtant pas FN) sous les hurlements à la censure des blaireaux culturels locaux.

Fiac 2017: une enquête décapante sur les excès de l’art contemporain Par Bertrand Fraysse

Galeristes cyniques, artistes cupides, collectionneurs mégalomanes ou intéressés: dans « Requins, caniches et autres mystificateurs », le journaliste Jean-Gabriel Fredet pointe les excès et dérives de l’art contemporain. Demain la bulle?

Bienvenue au pays de la vie ordinaire – Mathieu Bélisle (Essai québécois)

Contrairement à ce qu’on croit, la culture québécoise n’est pas dominée par le romantisme, l’idéalisme ni même le lyrisme, entendus comme autant de caractéristiques qui la déconnecteraient du réel. En vérité, le trait constitutif de sa manière de voir, de sentir et de penser, c’est le prosaïsme.

HISTOIRE DE VIVRE de Johanne Jarry – Lancement de la publication durant le Symposium Art & Vieillissement / Université du Québec à Montréal (CA)

« Depuis des années, on ne cesse de constater et de déplorer combien les personnes âgées sont laissées à elles – mêmes, isolées[1]. Quand on pense aux aînés, c’est souvent par le passé dont ils sont dépositaires qu’on valorise leur importance. Comme si la valeur de ces personnes tenait davantage à ce qu’elles ont vécu. Mais qu’en est – il de leur vie aujourd’hui, au jour le jour? Comment réduire l’écart entre elles et nous? Comment partager leur quotidien, le valoriser à leurs yeux, mais aussi aux yeux de la communauté? Avec ce projet, le Centre Turbine propose de réunir des personnes âgées en perte d’autonomie résidant au Pavillon Alfred – DesRochers de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) afin de partager avec elles un rapport au temps présent par le biais de la création photographique et littéraire . »

Pour Bruno Latour, « le monde est peuplé de fous » et « il n’y aura pas de sortie du tunnel » / Jean-Pierre Tuquoi (Reporterre)

Dans « Face à Gaïa », le penseur iconoclaste Bruno Latour juge que l’Homme, aveuglé par sa folie, est devenu incapable de voir en face la réalité du monde. L’espoir, la dénégation, le dos rond, le fantasme démiurgique… rien n’empêchera l’inéluctable d’advenir.

Dominique GILBERT – Une ombre au tableau / Les éditions du littéraire

Chevaliers de la mort, héritiers ennemis, jeune homme maigre, moine gras, Sire et Signora liés par des chaînes de fer, tableau voyageur du temps, jeune femme à frange rencontrée à cause de votre dentiste, qui est sculpteur, dans une salle des ventes où vous vous prenez pour Cary Grant, tels sont les conspirateurs de votre destinée. Vous en personne.

Maria TYL – Mai-68 : Révolution symbolique ou inertie institutionnelle ? / Les Éditions du Littéraire

C’est désormais chose faite : Maria Tyl dresse dans cet essai un panorama général de l’École avec comme point nodal les évènements de Mai-68. Elle choisit d’explorer ce moment historique en posant les bonnes questions : cette révolution étudiante qui impose des ateliers populaires dans une institution canonique est-elle de l’ordre de la révolution symbolique rendue intelligible par Pierrre Bourdieu dans son « Manet » ?

Daniel Templon, une histoire d’art contemporain de Julie Verlaine Éditions Flammarion

Le livre Daniel Templon, une histoire d’art contemporain publié chez Flammarion sera disponible en librairie le 25 mai. Cette enquête historique replace dans son contexte artistique, économique et politique, l’itinéraire d’un marchand d’art français emblématique de sa génération, plongé au cœur de la création artistique et témoin privilégié des transformations du monde de l’art.

Incandescentes, la nouvelle revue féministe et littéraire – Double Vue Editeur

Incandescentes, une nouvelle revue littéraire féministe (mais pas misandre) à parution semestrielle qui entend mettre à l’honneur une artiste plasticienne dans chaque numéro. Autour de ses œuvres, se greffent des textes (poésie, nouvelle, auto-fiction, non-fiction) à caractère féministe, écrits par des hommes aussi bien que des femmes.

​Exposition​​s​ de Marie-Eve MARTEL et d’Hélène DORION / Centre d’exposition de Val-David (CA)

Lieux de connaissance ou connaissance du lieu ? L’espace de la nature et celui de la culture s’entrecroisent au sein de l’installation de Marie-Eve Martel qui met en contrepoint deux constructions symboliques : la mythique cabane du philosophe et poète Thoreau où il écrivit Walden où la vie dans les bois et la bibliothèque Beinecke Rare Book and Manuscript Library de l’Université Yale.

  • Artension (FR)

  • Dossier de l’art (FR)

  • DADA (FR)

  • Artpassions (CH)

  • TRAKT Magazine brut, africain et singulier (FR)

  • L’Objet d’Art (FR)

  • Artpassions – Hors-série (CH)

  • Artension Hors-série (FR)

  • L’Objet d’Art – Hors-série (FR)

  • Nicole Esterolle (FR)

  • 5 au 8 avril 2018

  • 20 au 24 octobre 2016

    8e AVENUE - Salon d’Art Contemporain et d’Art urbain