QUAND L’HUMANITÉ AURA HONTE DE SON ANCIEN « ART CONTEMPORAIN » Par Nicole esterolle (Billet d’humeur)

Ils auront le même regard que nous avons en 2020 sur les coquetteries esthético- intellectuelles françaises des années 70, qui avaient été les complices d’autres terrifiantes atrocités : celles des « révolutions culturelles » maoistes en Chine et au Cambodge…. Continuer de lire QUAND L’HUMANITÉ AURA HONTE DE SON ANCIEN « ART CONTEMPORAIN » Par Nicole esterolle (Billet d’humeur)

À LA GRANDE MESSE DE LA FESSE À L’AIR Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Dans le registre esthétisation de la laideur, intellectualisation de l’inepte, spectacularisation du grotesque et hystérisation de la forme au dépens du contenu ( qui sont comme chacun sait, les caractéristiques de l’art dit contemporain), nous avons aussi les œuvres de Spencer Tunick. Continuer de lire À LA GRANDE MESSE DE LA FESSE À L’AIR Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Dessins, peintures, gravures et sculptures par joelle chateau – Dessins, peintures, gravures et sculptures (FR)

Dessins, peintures, gravures et sculptures jalonnent mon travail. Mes compositions, souvent complexes et habitées par le paradoxe animal chez l’être humain et le choix de mes formats proposent un vocabulaire graphique foisonnant, et évoque le conte illustré. Continuer de lire Dessins, peintures, gravures et sculptures par joelle chateau – Dessins, peintures, gravures et sculptures (FR)

« l’Art contemporain est perçu comme occidentaliste, pour ne pas dire néo-colonial, plus qu’universel » – Politique Magazine

L’énormité des cotes de l’Art contemporain a pour but d’imposer par sidération une norme mondiale de l’art, aux artistes, intellectuels, États et institutions. La force du système réside en ce qu’il rend des services très divers : services économiques, d’une part, grâce aux possibilités de défiscalisation, mais aussi services monétaires et au delà… Continuer de lire « l’Art contemporain est perçu comme occidentaliste, pour ne pas dire néo-colonial, plus qu’universel » – Politique Magazine

LES ACTEURS DU GÉNOCIDE ARTISTIQUE FRANÇAIS SONT TOUJOURS EN PLACE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Et vous les retrouverez, pour la plupart, paradant au sommet de leur triomphante impudence, pour le vernissage de l’expo Jeff Koons en novembre 2014, au Centre Pompidou : un grand théâtre des pires vanités de ce monde, qui continue de plus belle en 2020. Continuer de lire LES ACTEURS DU GÉNOCIDE ARTISTIQUE FRANÇAIS SONT TOUJOURS EN PLACE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Mikaël Faujour, Réplique à l’article « splendeur de l’art du verre » par Nicole Esterolle

Il arrive qu’un hommage mette mal à l’aise : tout à la fois, on est touché de la reconnaissance, mais il semble qu’elle repose sur des malentendus. Mon amie Nicole Esterolle, à qui je dois l’heureuse collaboration que je poursuis avec fierté depuis 2014 avec le magazine Artension, a écrit cette semaine un encouragement à ses lecteurs à acheter et lire le hors-série La vie en verre, que j’ai « piloté ». Un conseil que je ne peux a priori qu’approuver ! Continuer de lire Mikaël Faujour, Réplique à l’article « splendeur de l’art du verre » par Nicole Esterolle

splendeur de l’art du verre par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Je pensais que le verre était moins corrompu que la céramique par la « pensée » ministérielle…qu’il partait moins « en eau de boudin », mais non semble-t-il, comme nous le prouvent ces deux pages incongrues. Ainsi, les textes que j’avais récemment écrits sur la céramique peuvent très bien concerner le verre. Voici les liens vers ces deux textes. Continuer de lire splendeur de l’art du verre par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

ÉDITION DES 8 ANS DE DDESSINPARIS – Cabinet de dessins contemporains, REPORTÉE DU 16 AU 20 SEPTEMBRE 2020 / Atelier Richelieu (FR)

Rendez-vous incontournable de la semaine du dessin à Paris, la 8ème édition de DDESSINPARIS, DDESSIN{20} , investira du 16 au 20 septembre 2020 les 700 m2 sous verrières de l’Atelier Richelieu, situé entre le Palais de la Bourse et le site historique de la BnF. Continuer de lire ÉDITION DES 8 ANS DE DDESSINPARIS – Cabinet de dessins contemporains, REPORTÉE DU 16 AU 20 SEPTEMBRE 2020 / Atelier Richelieu (FR)

UN FONDS DE SOLIDARITÉ ANTOINE DE GALBERT POUR LES ARTISTES

Chers amis, Les mois à venir vont être très difficiles sur un plan général, et particulièrement pour le monde des arts plastiques. J’ai donc décidé de reporter les actions courantes de la fondation pour créer temporairement un fonds de soutien qui pourra aider plus directement des artistes. Continuer de lire UN FONDS DE SOLIDARITÉ ANTOINE DE GALBERT POUR LES ARTISTES

Edward Hopper : les paysages et la mémoire du monde par Mikaël Faujour (Culture)

Pour Sam Keller, directeur de la Fondation Beyeler, « Edward Hopper résiste à une consommation rapide ». Avec une œuvre comptant 357 aquarelles et 366 huiles sur toile en un demi-siècle de création (d’après le catalogue raisonné de Gail Levin), soit environ sept toiles par an, il faut croire que c’est d’abord l’artiste même qui résistait à la production rapide. Beaucoup de ses toiles laissent d’ailleurs sentir un caractère médité, ni spontané ni impulsif. Continuer de lire Edward Hopper : les paysages et la mémoire du monde par Mikaël Faujour (Culture)

Dans l’intimité des peintres : Auguste Chabaud / Galerie Alexis Pentcheff (FR)

Cette deuxième communication est consacrée à Auguste Chabaud, tout particulièrement à ses liens avec Yvette, prostituée et muse de sa « période parisienne », tandis que le jeune peintre se perd dans les brouillards nocturnes de la capitale. Continuer de lire Dans l’intimité des peintres : Auguste Chabaud / Galerie Alexis Pentcheff (FR)

Cultures et Corona Par Christine Sourgins (Billet d’humeur)

Or le problème des masques est crucial puisqu’il y a des porteurs sains (qui contaminent d’autant mieux !) : il faudrait que nous portions tous des masques en public, ce serait moins drôle qu’un tableau d’Ensor mais constituerait un barrage utile, les asiatiques l’ont compris depuis longtemps. Continuer de lire Cultures et Corona Par Christine Sourgins (Billet d’humeur)

Bilan 2019 du marché international de l’Art contemporain par Aude de Kerros (Billet d’humeur)

Pendant dix ans entre 2008 et 2017, le CA des ventes d’Art en Chine a dépassé celui des États-Unis, ou a été à égalité. Le fait a été peu commenté par les médias tant l’idée d’une « concurrence » faite à l’Amérique par la Chine n’était pas concevable. En 2018, le passage en tête des États-Unis suivi de l’Angleterre et après seulement de la Chine a été bruyamment célébré. Le bilan de l’année 2019, maintient l’Amérique au premier rang avec 39% du marché, suivi de la Chine 29%, la Grande-Bretagne 23%, la France 2,3 %. Continuer de lire Bilan 2019 du marché international de l’Art contemporain par Aude de Kerros (Billet d’humeur)

À L’ENTERREMENT DU RIEN – L’AUTO-VANDALISME ET L’AUTO-DESTRUCTION DE NON-ŒUVRES….COMME ŒUVRE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

« Son travail, qui résiste à la description et surtout aux catégorisations, laisse affleurer des thématiques métaboliques – dynamiques temporelles, mort et destruction, combustion ou énergie – et s’empare d’environnements architecturaux au profit d’une expérience spatio-temporelle s’inscrivant dans une œuvre globale qui serait la trajectoire entre ces œuvres… Continuer de lire À L’ENTERREMENT DU RIEN – L’AUTO-VANDALISME ET L’AUTO-DESTRUCTION DE NON-ŒUVRES….COMME ŒUVRE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)