Archives de Catégorie: critique

L’imposture de l’art contemporain / Zones subversives (critique)

Dada et le surréalisme se distinguent de l’art contemporain. Leur utilisation de l’absurde vise à dynamiter les valeurs de l’ordre social. Le non-sens et la fantaisie alimente la créativité artistique. Ces mouvements « étaient animés par cette volonté de libérer les tabous sur l’amour et la politique, tels que l’administraient les dominants », analysent Alain Troyas et Valérie Arrault. L’absurde permet de détruire l’idéologie et les intérêts des capitalistes. L’absurde démasque les hypocrisies et les censures qui répriment les désirs.

500 000 euros détournés au profit de la mafia de l’art financier par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Les 500 000 euros de dotation annuelle pour la FNAGP ( Fondation Nationale pour les Arts Graphiques et plastiques ) détournés régulièrement au profit de la mafia de l’art financier : un scandale parmi tant d’autres dont plus personne ne s’offusque.

Pour Bruno Latour, « le monde est peuplé de fous » et « il n’y aura pas de sortie du tunnel » / Jean-Pierre Tuquoi (Reporterre)

Dans « Face à Gaïa », le penseur iconoclaste Bruno Latour juge que l’Homme, aveuglé par sa folie, est devenu incapable de voir en face la réalité du monde. L’espoir, la dénégation, le dos rond, le fantasme démiurgique… rien n’empêchera l’inéluctable d’advenir.

De l’hégémonie de l’Art contemporain à la concurrence par Aude de Kerros (critique)

En 2017 également, a eu lieu l’annonce du royal cadeau de Jeef Koons à la municipalité de Paris : le concept de fleurs en plastique aux couleurs criardes, à installer devant le Palais de Tokyo. Le but étant d’opérer « un nécessaire travail de rupture et de déconstruction » de l’harmonie visuelle d’une architecture des années trente et d’un ensemble de statues des plus grands sculpteurs du XXème siècle..

De la traçabilité de l’œuvre d’art C’est nouveau. Ça vient de sortir par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

il faut rappeler d’abord l’origine endogamique de cette opération d’autocongratulation au sein d’un système de pensée fermé sur lui-même et aveugle aux réalités extérieures à lui. (voir la liste des « experts de la culture et du droit d’auteurs » intervenants, qui sont tous des rouages de la mécanique …

Quand le pastis Ricard rend fou par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Le quotidien Libération, toujours à la pointe du combat pour la contemporanéité financiaro-bureaucratique de l’art, consacre une demie page de son édition du 4 septembre, au nominés du Prix Ricard 2017, avec un texte du pétillant jeune chroniqueur d’art Judikaël Lavrador, une des valeurs montantes de la critique gaucho-duchampiste française.

ABC de l’art dit contemporain par Nicole Esterolle (Lancement livre)

Cet ouvrage se propose comme remède reconstituant, régénérant, reconstructif, pour panser les plaies vives résultant de quarante années de « déconstruction », de « burénisation », de « désartification » systématique de l’art, et de persécution de la peinture, menées par un appareil d’État d’émanation bureaucratico-financière et aveugle à l’art.

La laideur comme instrument de pouvoir des puissants par Nicole Esterolle (critique)

« La violence symbolique est une domination sociale. C’est un processus de soumission par lequel les dominés perçoivent la hiérarchie sociale comme légitime et naturelle. Les dominés intègrent la vision que les dominants ont du monde. Ce qui les conduit à se faire d’eux-mêmes une représentation négative. » Pierre bourdieu

École de Nice : le retour des vieux bourrins par Nicole Esterolle (Critique)

Il faudrait assurément investiguer sur leurs raisons profondes, leurs intérêts cachés, pour comprendre l’utilité de tels remémorations ou ressassements débilitants. Je me souviens d’un ami qui avait entrepris , il y a 25 ans environ, de faire un livre d’interviews des principaux protagonistes de l’ « école de Nice »

Marcel Duchamp, le béant ontologique Par Nicole Esterolle (Critique)

Un rien intello-gigolo gourou newyorkais pour richissimes douairières emperlousées, prophète donc de la fainéantise aristocratique et de l’art du rien faire mais de le faire savoir, car rien de tel que le rien pour communiquer efficacement. Puisque rien, ce n’est pas rien, si on l’explique abondamment ou si l’on maintient sur le sujet un savant mystère ou une suspicion de signification cachée ou accessible aux seuls initiés…

Bientôt des centres de déradicalisation au duchampisme Par Nicole Esterolle (critique)

« Il n’y a d’art que contemporain, et Marcel Duchamp est son prophète ! » hurlent-ils en chœur dans un même élan de ferveur pour celui qui a inventé la roue de vélo et le porte-bouteilles, serrés les uns sur les autres au congrès annuel du CIPAC, les mains jointes et le regard tourné vers la Dokumenta de Cassel, la Mecque du duchampisme à laquelle il se doivent tous d’avoir été au moins une fois…

Bombardement historique du marché de l’art ! Par Aude de Kerros (Critique)

Ses méthodes contribuent à court-circuiter non seulement les galeries moyennes, les institutions administratives et muséales, mais aussi elles mettent à mal la partie opaque du marché de l’art contemporain, c’est-à-dire le sommet de sa pyramide de Madoff ou tout est trust et entente à la fois.

Du terrorisme islamiste au terrorisme duchampiste : même lâcheté du politique par Nicole Esterolle

Du pseudo-artiste qui s’expose à l’islamiste radicalisé qui aujourd’hui s’explose, le terreau qui en a permis l’éclosion est le même : la lâcheté. Après notre patrimoine artistique, ce fut au tour de notre patrimoine républicain de se voir contesté, moqué, bafoué. De même que nos élus ne surent ni flairer l’imposture de l’art contemporain ni critiquer le sophisme dont ses promoteurs se servaient pour asseoir leur respectabilité, de même ils ne surent se méfier de la nocivité de ces droits de l’homme que les fondamentalistes musulmans invoquent en toute occasion.

Du sur-dimensionnement de la crétinerie en art dit contemporain par Nicole Esterolle (critique)

Quantité d’artistes dits contemporains font dans ce registre de l’inepte colossal, mais le plus déterminé et répétitif dans ce domaine, est bien le bourguignon international Lilian Bourgeat, pur produit de Ministère, de FRAC, du Consortium dijonnais et des Presses du réel de la même ville. Il a fait des arrosoirs géants, de bottes géantes, des bancs, des parpaings , des caddies, des ampoules, etc.

Une autre petite friandise Par Nicole Esterolle (critique)

Elles sont l’emblème de l’exception culturelle française dont on se gausse dans le monde entier. Personne, ni a droite, ni au centre, ni à gauche n’ose remettre en question leur utilité malgré leur ineptie patente et leur absence flagrante de public, hormis celui des maigres réseaux de petits post-diplômés des BA, opportunistes artcontemporainolâtres locaux. (et surtout pas à gauche, puisqu’elles sont de senestre origine, et bénéficient encore du soutien de la bien pensance gaucho-buréno-duchampiste des Inrocks, de Libé et du Monde.)

Être artiste aujourd’hui, c’est devoir affronter l’attrait et le dégoût de l’art facile / Deslettres.fr

Cette opération terroriste s’appelle généralement le réalisme. Aussi, quand vous déclarez (dans un entretien avec Godard) : « J’éprouve le besoin d’exprimer la réalité dans des termes qui ne soient pas tout à fait réalistes », vous témoignez d’un sentiment juste du sens : vous ne l’imposez pas, mais vous ne l’abolissez pas.

Sauvons les FRAC ! Par Nicole Esterolle (critique)

Son ex-excellence, Bernard de Faubournet de Montferrant,(ex-ambassadeur de France en Allemagne), président de « Platform », association des directeurs de FRAC, lance un cri d’alarme : « Il nous faut en urgence du sang neuf, car nous allons tous crever de dégénérescence consanguine après quarante ans d’enfermement sous perfusion étatique !… Au secours ! nous sommes asphyxiés sous des montagnes de choses improbables, inregardables, exécrables, inaccrochables, invendables, inaliénables, inrecyclables…

Exposition personnelle – Hom Nguyen / Le Carmel Musée à Tarbes (FR)

Né en 1972, Hom Nguyen est un enfant né d’une famille vietnamienne venue en France dans les années 1960. Menant une carrière artistique riche et variée, Hom Nguyen attache à la représentation de la figure humaine une place prépondérante dans son oeuvre.

  • Artension (FR)

  • DADA (FR)

  • Dossier de l’art (FR)

  • Artpassions (CH)

  • L’Objet d’Art – Hors-série (FR)

  • TRAKT Magazine brut, africain et singulier (FR)

  • L’Estampille / L’Objet d’Art (FR)

  • Artension Hors-série (FR)

  • Mousse (IT)

  • 30 mars au 2 avril 2017

  • 20 au 24 octobre 2016

    8e AVENUE - Salon d’Art Contemporain et d’Art urbain