Archives de Catégorie: critique d’art

Festival d’art conceptualo-bidulaire à la galerie Marcel Duchamp d’Yvetôt (Eure) par Nicole Esterolle

L’exposition présentée à la Galerie Duchamp nous dit encore le DP « réunit un ensemble d’œuvres d’artistes français et internationaux. Certaines sont historiques (notamment un disque de Marcel Duchamp). D’autres, inédites, ont été conçues et fabriquées spécifiquement pour cette exposition…

REFUS GLOBAL 70 ANS – 1948-2018 / ESPACE MUSÉE QUÉBÉCOR (CA)

Entre 1941 et 1946, se forme librement à Montréal un groupe de jeunes artistes liés par leurs études ou leurs amitiés. Plusieurs sont étudiants et étudiantes à l’École des beaux-arts de Montréal ou à l’École du meuble de Montréal où enseigne Paul-Émile Borduas. Certains viennent d et d’institutions universitaires en lettre et en médecine alors que d’autres appartiennent au domaine de la danse et du théâtre.

ANZO (José IRANZO) – ISOLEMENTS et Pierre SOUCHAUD – ARCHITECTURES MÉDITATIVES / Le centre d’Art Contemporain Acentmètresducentredumonde (FR)

Chez Pierre Souchaud (Bezons, 1938) l’univers du dehors s’agence comme un puzzle immense. Des pans de fragile entendue chromatique, vastes et puissants, s’interpénètrent en un tout dynamique, émouvant et mouvant, dense et instable. Tout pourrait basculer vers un autre éphémère, vers un autre possible. L’incertitude ose dire les saisissements du mystère, et l’étrangeté́ neuve du monde. Pierre Souchaud n’aime les mortes réponses de la triste raison, ni les piètres victoires des apparences.

Bernar Venet au MAC- Lyon, ou l’effondrement du sens au nom de « l’intérêt national » ! par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Pour célébrer en fanfare son départ à la retraite, le directeur du MAC –Lyon, qui , depuis qu’il est entré en fonction en 84, a toujours servi au mieux les intérêts privés de l’art- business international en détournant au profit de ce dernier le dispositif muséal public et l’argent du citoyen , nous a organisé une grandiose rétrospective de l’immense Bernar Venet.

Cramponnez-vous au radiateur : L’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne fête ses 40 ans ! par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Avant l’IAC, il y avait le « Nouveau Musée » , école désaffectée de la rue du Docteur Dollard : une structure née de l’amicale complicité entre Jean-Louis Maubant, un activiste local de l’AC, et Charles Hernu, maire de Villeurbanne, et à qui l’on doit aussi , lorsqu’il était ministre des Armées, la célèbre performance aquatique déjà très avant-gardiste , appelée « Rainbow-Warrior ».

LA GAZETTE DE NICOLE no 8

Le choix des 10 artistes figurant dans ce numéro 8, tout comme celui des 4000 figurant dans le nicolemuseum. fr, d’où ces dix présents sont extraits, est certifié par nous sans intervention d’aucun conseiller artistique, inspecteur de la création ou autre sbire du Ministère de la Culture hexagonale. Car il s’agit bien pour nous, de proposer un art de contenu, qui se passe de mots pour exister en soi, au lieu d’un art « ministériel » vide de sens et de substance, qui n’existe aujourd’hui que par son emballage discursif de plus en plus cuistre, insensé et délirant. Il s’agit ici de nous donner du plaisir visuel immédiat… tout simplement. Et de revenir au sens premier…

Aux assises du CIPAC, les agents de l’art d’Etat vont « structurer et consolider la filière » par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Le CIPAC est la Fédération des « professionnels de l’art contemporain », et c’est là, bien sûr, que s’agrègent tous les affidés, patentés, assistés, curatorisés, subventionnés, professionnalisés, professorisés, endoctrinés, radicalisés, de DRAC, de FRAC de MAC et de Ministère , tous perfusés à l’argent public sans lequel ils n’existeraient pas.

Nicole Esterolle entretient avec Marc Rohner (Interview téléphonique)

L’art dit contemporain constitue un danger pour l’avenir de la planète…Voici la video de l’entretien téléphonique que Nicole Esterolle a eu avec Marc Rohner.

Hourrah ! Les colonnes de Buren ont enfin trouvé une utilité ! par Nicole Esterolle

Non, ce n’est pas une commande de Madame la Ministre Nyssen qui aurait fait quelque sympa « coming out » après avoir abusé de tisane anthroposophique….Non, ce n’est seulement, et pour le moment, qu’un habile montage photoshop réalisé par mon ami peintre Gilles Chambon avec les sculptures de mon autre ami Mickaël Bethe-Selassié et avec l’accord de celui-ci. (Merci à vous deux, vous êtes de vrais camarades de lutte contre le totalitarisme artistique d’Etat)

40 ans de consanguinité et d’auto-fellation de la « pensée » artistique institutionnelle par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Çà donne par exemple cette plaque de nature et de forme fromagère probablement, posée sur une armature de fer à béton dans un appartement grand standing ou dans quelque FRAC de province…. Ça donne aussi le texte, qui accompagne cet « œuvre » typiquement conceptualo-bidulaire comme les aiment les agents assermentés de l’art D’Etat, et qui a été écrit par le fameux critique d’art breton, Jean-Marc Huitorel, expert incontesté en art contemporain pour la péninsule armoricaine.

Un agent breton de l’art dit contemporain agresse sauvagement la « Vallée des Mille Saints » par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Le fameux barde critique d’art breton, Jean-Marc Huitorel, curator régional et international, chantre des plus belles inepties d’art contemporain en notre belle Armorique, jette une fatwa sur les sculptures de la « Vallée des mille Saints » en Bretagne , par un article vengeur paru dans Libé, organe officiel de la bien–pensance gaucho-duchampiste, car il y voit « une subtile escroquerie qui confond art et idéologie, tourisme et culture. »

Art Paris 2019 – 4 / 7 Avril – Grand Palais – Save the date (FR)

Art Paris est le rendez vous incontournable du printemps à Paris. Privilégiant une approche thématique et ouverte à tous les médiums artistiques, la 21ème édition réunit 145 galeries d’art moderne et contemporain du 4 au 7 avril 2019 sous la coupole majestueuse du Grand Palais.

À découvrir bientôt Jean-Michel Basquiat – Egon Schiele / Fondation Louis Vuitton (FR)

Tous deux meurent à 28 ans. En moins d’une décennie, ils seront devenus des figures majeures de l’art de leur siècle. Ils sont liés par leur destin et leur fortune, celui d’une œuvre courte dont l’impact comme la permanence a peu d’équivalent.

La question, avec ce gros vomi de cageots de bois du financial international artiste japonais Tadashi Kawamata. Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

La question, avec ce gros vomi de cageots de bois du financial international artiste japonais Tadashi Kawamata, qui en a mis partout dans le monde (1) de ce type d’épanchement ligneux…La question n’est pas d’abord de savoir si c’est « esthétiquement beau » comme dirait Ginette, mais si c’est éthiquement correct….Moralement acceptable en quelque sorte.

L’art porte-bonheur des Grigris de Sophie par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Jamais la flore artistique naturelle, qu’on dit singulière, sauvage, hors-normes, brute, outsider, crue, circuit-court, bio, populaire, folk, etc. , n’a été aussi libre, vivante, abondante, variée, parfumée, inspirée, inventive, surprenante.

Lettre de Frida Kahlo à Nickolas Muray « Ce tas de fils de pute que sont les surréalistes » / Deslettres.fr

D’abord, l’exposition est un sacré bazar. Quand je suis arrivée, les tableaux étaient encore à la douane, parce que ce fils de pute de Breton n’avait pas pris la peine de les en sortir. Il n’a jamais reçu les photos que tu lui as envoyées il y a des lustres, ou du moins c’est ce qu’il prétend ;

La « Fondation du doute », coûteux piège à nigauds culturels – Billet d’humeur de Nicole Esterolle

Mais bon, nul doute que semer le doute est une bonne manière de tuer dans l’œuf toute résistance à cette invasion de l’inepte et du pervers en art, de détruire tout ce qui a du contenu, de la positivité, de la gaité, et de la consistance pour laisser place à une titrisation généralisée de l’immatériel, du négatif, de l’incertitude, du sinistre, du pathos, de l’évanescence et du néant, si utile en matière de spéculation intellectuelle et financière.

Forgive me, distant wars, for bringing flowers home / Corso Castelfidardo (IT)

Forgive me, distant wars, for bringing flowers home, présentée à OGR – Officine Grandi Riparazioni à Turin, vise à dévoiler la pratique artistique de Ramin Haerizadeh, Rokni Haerizadeh et Hesam Rahmanian en se concentrant sur leur méthodologie, communication et la construction de leurs œuvres. Au cours des dernières décennies, Ramin, Rokni et Hesam ont partagé une philosophie de vie permettant une création mutuelle, inspirée par la compréhension et les compétences des autres et dont les pratiques individuelles interagissent avec leurs pratiques collaboratives…

  • Artension (FR)

  • Dossier de l’art (FR)

  • DADA (FR)

  • Artpassions (CH)

  • L’Objet d’Art (FR)

  • Artpassions – Hors-série (CH)

  • L’Objet d’Art – Hors-série (FR)

  • Artension Hors-série (FR)

  • Nicole Esterolle (FR)

  • LE RENDEZ–VOUS PARISIEN DE L’ART MODERNE & CONTEMPORAIN