Archives de Catégorie: critique d’art

Contresens sur la culture au sommet de l’Etat Par Jérôme Serri / Suggestion de Nicole Esterolle

L’erreur de nos candidats à la Présidence de la République ne serait-elle pas de s’inscrire à des degrés divers dans une tradition droits-de-l’hommiste qui, ne connaissant plus que des hommes abstraits, sans appartenance, sans tradition, sans enracinement, les empêcherait de s’adresser précisément à des Français, c’est à dire à des hommes et des femmes partageant une même histoire tantôt glorieuse tantôt douloureuse ? A en considérer les effets déplorables dans le domaine culturel, ce droits-de-l’hommisme apparaît comme un dévoiement de l’esprit démocratique qui pense pouvoir tout se permettre et être juge de tout.

Duchamp peintre « L’art, moins il y en a, plus on en parle » par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Un lien joint pour un doc où l’on voit pourquoi Marcel Duchamp, piètre peintre et mauvais plagiaire de différentes écoles d’alors, a compris très vite qu’il ne possédait ni savoir faire, ni sensibilté, ni nécessité interne personnelle, et qu’il devait donc cesser en urgence de peindre…Bravo et respect à lui ! C’était une bonne décision parfaitement justifiée, honorable et explicable..

Facebook jugé en France jeudi pour avoir censuré le tableau l’Origine du monde / LE FIGARO (FR)

Ce jeudi, le réseau social américain comparaîtra devant la justice française pour trancher le litige l’opposant à un internaute dont le compte avait été supprimé au motif que l’utilisateur avait publié une reproduction du tableau de Gustave Courbet.

La très hilarante récupération du scandale des tulipes, ou le comique de retournement… Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Finalement, l’obscène et odieux cadeau de Jeff Koons possède certaines vertus dont il conviendrait plutôt de se féliciter, compte – tenu du service qu’il rend à l’art en France. Il permet en effet de démasquer l’impudence de la gent institutionnelle préposée à l’art contemporain, qui s’avère capable de protester contre un projet auquel elle a largement contribué à ce qu’il puisse être envisagé…

BILAN 2017 / Le Vadrouilleur urbain

Bilan 2017 Le Vadrouilleur urbain, 249 197visiteurs, 886 commentaires, 5800 j’aime. Ton vif et Esprit critique et une vitrine exceptionnelle…

Ces grands malades qui gouvernent l’art en France par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Voici, jointe, une récente séance de décervelage processualo-discursif dans un lieu annexe au FRAC de Dunkerque. Vous y voyez à l’extrême-gauche ce qui ressemble à un professeur, expliquant l’œuvre conceptualo-bidulaire qui est au sol sur tissu bleu, à une quinzaine de ses élèves et adeptes futurs profs, augmentée de quelques pigistes d’art locaux et de post-diplômés émergents en recherche d’insertion dans les réseaux.

Les parpaings du Transpalette par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Il faut dire en effet que sa lourdeur et sa compacité savent compenser l’absence de contenu des œuvres réalisées avec… Ainsi cette œuvre intitulée « home is past » qui a été conçue par l’architecte Saba Innab, au cours de sa résidence d’un mois à la Box, dans le cadre de la première biennale d’architecture…

Guillaume Couffignal et Jean Paul Souvraz / Galerie Licence IV (FR)

Aux cérémonies picturales du premier, incantatoires, fauves, féroces, barbares, se joignent donc en toute connivence les barques improbables , les passerelles volantes, les théâtres magiques du second, pour une navigation rêveuse aux sources mêmes des grands fleuves nourriciers des mythes civilisateurs.

La chronique n° 76 de Nicole Esterolle et la Gazette de Nicole (Billet D’Humeur)

En ce qui concerne la dérision, le ricanement, si sensibles dans les oeuvres que vous dénoncez, la laideur, la fascination pour la destruction et le détruit, omniprésente et désignée comme « création », j’y vois en tant que psychiatre un mécanisme de défense bien connu : la défense maniaque. Un peu comme le sourire du Joker face à Batman. C’est ce qu’on voit apparaître chez certains patients face à l’intolérable douleur mélancolique, douleur induite par une culpabilité quasi délirante et masquée.

Lettre ouverte à Madame La Présidente du FRAC Normandie / Docteur Philippe Fouché-Saillenfest (FR)

Vous m’avez reproché au dernier Frac de ne pas aimer l’art contemporain. Je m’inscris en faux, simplement je n’aime pas l’art conceptuel, dont l’appareil d’état et les Fracs assurent la promotion exclusive en ignorant les infinies facettes et la richesse de nitre création contemporaine.

Vénus, Carnets d’Atelier 1993-2002 – Un ouvrage de Marie Sallantin, recommandé par Aude de Kerros

La peinture de Marie Sallantin entretient un dialogue ininterrompu avec l’inconscient collectif : Hésiode, Aphrodite/Vénus, les Trois Grâces, les Muses. C’est-à-dire tout ce qui, en nous, innerve depuis des siècles notre perception du beau, de la transcendance, de ce qui ouvre pour chacun d’entre nous une fenêtre spirituelle sur le dépassement, le sublime et la fragile humanité toujours menacée d’émiettement.

L’argent plus sacré que l’art ? Par Roxana Azimi (Le Monde)

Analyse. La vente scénarisée du « Salvator Mundi », de Léonard de Vinci, au prix de 450,3 millions de dollars, illustre la sacralisation d’objets profanes sous l’influence d’esprits dominants, explique la journaliste spécialiste du marché de l’art, Roxana Azimi.

Une vache crucifiée dans une église en Belgique ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

On avait vu ce type de performance très transgression art contemporain du côté de Perpignan, il y a une dizaine d’années. L’artiste français Bustamente avait fourré un gros camion dans une chapelle. Lequel camion fut très vite enlevé par le maire de la ville (pourtant pas FN) sous les hurlements à la censure des blaireaux culturels locaux.

Quelques réflexions (de plus) sur l’art contemporain à la suite de quelques visites et voyages par Yves Michaud

– Ce régime de production est associé à des formes particulières de tourisme. Tourisme pour se rendre aux destinations incontournables (biennales, foires, événements, créations, vernissages), mais aussi tourisme d’exotisme en ce qui concerne l’origine des œuvres et productions. El Anatsui est nigérien né au Ghana et représente la récup africaine élégantisée. Takashi Murakami est japonais et décline le pop art des mangas et bandes dessinées….

Fiac 2017: une enquête décapante sur les excès de l’art contemporain Par Bertrand Fraysse

Galeristes cyniques, artistes cupides, collectionneurs mégalomanes ou intéressés: dans « Requins, caniches et autres mystificateurs », le journaliste Jean-Gabriel Fredet pointe les excès et dérives de l’art contemporain. Demain la bulle?

les tulipes de la honte suggestion de Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Il apportera, je l’espère, informations et éléments de réflexion, de façon aussi ludique et roborative que possible, afin de nettoyer le paysage de l’art de ses monstrueuses enflures dites contemporaines, lesquelles, en obstruant la vue, la vie de la pensée, et la respiration des citoyens, empêchent la révélation de la création d’aujourd’hui, qui n’a jamais été aussi belle, abondante et diversifiée.

Chronique n°75 par Nicole Esterolle : L’inepte art-contemporain en 92 mots (Billet d’humeur)

C’est simple dans le principe. Je trouve ça assez génial comme idée… Mais, reste la réalisation qui me semble complexe, ne serait-ce que techniquement. Actuellement une version de simulation du calcul de votre cote est déjà en ligne. La réalisation technique de la version intégrale est en cours et toutes les fonctions seront opérationnelles au 1er trimestre 2018.

Art contemporain et coprophagie suggestion de Nicole esterolle (Billet d’humeur)

Ces Zartiss spécialisés en coprophagie y vont à fond si j’ose dire, prédisposés qu’ils sont par leur goût immodéré et insatiable pour les Vespasiennes les chiottes les étrons et autres menstrues. Le tout livré en vrac tout autant qu’en boite ou en flacon millésimé, en « pour-de-vrai », en performance-live, sous vide ou bien gonflable, en photos, films ou vidéos, à emporter ou à consommer sur place. Toute manifestinfection de l’A.C qui se respecte ne saurait faire l’impasse sur cette dimension scatologique.

  • Artension (FR)

  • Dossier de l’art (FR)

  • DADA (FR)

  • TRAKT Magazine brut, africain et singulier (FR)

  • Artpassions (CH)

  • L’Objet d’Art – Hors-série (FR)

  • L’Objet d’Art (FR)

  • Artension Hors-série (FR)

  • Mousse (IT)

  • Nicole Esterolle (FR)

  • 5 au 8 avril 2018

  • 20 au 24 octobre 2016

    8e AVENUE - Salon d’Art Contemporain et d’Art urbain