Archives de Catégorie: critique d’art

40 ans de consanguinité et d’auto-fellation de la « pensée » artistique institutionnelle par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Çà donne par exemple cette plaque de nature et de forme fromagère probablement, posée sur une armature de fer à béton dans un appartement grand standing ou dans quelque FRAC de province…. Ça donne aussi le texte, qui accompagne cet « œuvre » typiquement conceptualo-bidulaire comme les aiment les agents assermentés de l’art D’Etat, et qui a été écrit par le fameux critique d’art breton, Jean-Marc Huitorel, expert incontesté en art contemporain pour la péninsule armoricaine.

Un agent breton de l’art dit contemporain agresse sauvagement la « Vallée des Mille Saints » par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Le fameux barde critique d’art breton, Jean-Marc Huitorel, curator régional et international, chantre des plus belles inepties d’art contemporain en notre belle Armorique, jette une fatwa sur les sculptures de la « Vallée des mille Saints » en Bretagne , par un article vengeur paru dans Libé, organe officiel de la bien–pensance gaucho-duchampiste, car il y voit « une subtile escroquerie qui confond art et idéologie, tourisme et culture. »

Art Paris 2019 – 4 / 7 Avril – Grand Palais – Save the date (FR)

Art Paris est le rendez vous incontournable du printemps à Paris. Privilégiant une approche thématique et ouverte à tous les médiums artistiques, la 21ème édition réunit 145 galeries d’art moderne et contemporain du 4 au 7 avril 2019 sous la coupole majestueuse du Grand Palais.

À découvrir bientôt Jean-Michel Basquiat – Egon Schiele / Fondation Louis Vuitton (FR)

Tous deux meurent à 28 ans. En moins d’une décennie, ils seront devenus des figures majeures de l’art de leur siècle. Ils sont liés par leur destin et leur fortune, celui d’une œuvre courte dont l’impact comme la permanence a peu d’équivalent.

La question, avec ce gros vomi de cageots de bois du financial international artiste japonais Tadashi Kawamata. Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

La question, avec ce gros vomi de cageots de bois du financial international artiste japonais Tadashi Kawamata, qui en a mis partout dans le monde (1) de ce type d’épanchement ligneux…La question n’est pas d’abord de savoir si c’est « esthétiquement beau » comme dirait Ginette, mais si c’est éthiquement correct….Moralement acceptable en quelque sorte.

L’art porte-bonheur des Grigris de Sophie par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Jamais la flore artistique naturelle, qu’on dit singulière, sauvage, hors-normes, brute, outsider, crue, circuit-court, bio, populaire, folk, etc. , n’a été aussi libre, vivante, abondante, variée, parfumée, inspirée, inventive, surprenante.

Lettre de Frida Kahlo à Nickolas Muray « Ce tas de fils de pute que sont les surréalistes » / Deslettres.fr

D’abord, l’exposition est un sacré bazar. Quand je suis arrivée, les tableaux étaient encore à la douane, parce que ce fils de pute de Breton n’avait pas pris la peine de les en sortir. Il n’a jamais reçu les photos que tu lui as envoyées il y a des lustres, ou du moins c’est ce qu’il prétend ;

La « Fondation du doute », coûteux piège à nigauds culturels – Billet d’humeur de Nicole Esterolle

Mais bon, nul doute que semer le doute est une bonne manière de tuer dans l’œuf toute résistance à cette invasion de l’inepte et du pervers en art, de détruire tout ce qui a du contenu, de la positivité, de la gaité, et de la consistance pour laisser place à une titrisation généralisée de l’immatériel, du négatif, de l’incertitude, du sinistre, du pathos, de l’évanescence et du néant, si utile en matière de spéculation intellectuelle et financière.

Forgive me, distant wars, for bringing flowers home / Corso Castelfidardo (IT)

Forgive me, distant wars, for bringing flowers home, présentée à OGR – Officine Grandi Riparazioni à Turin, vise à dévoiler la pratique artistique de Ramin Haerizadeh, Rokni Haerizadeh et Hesam Rahmanian en se concentrant sur leur méthodologie, communication et la construction de leurs œuvres. Au cours des dernières décennies, Ramin, Rokni et Hesam ont partagé une philosophie de vie permettant une création mutuelle, inspirée par la compréhension et les compétences des autres et dont les pratiques individuelles interagissent avec leurs pratiques collaboratives…

STATUER. Les figures du socle ‒ Partie III / Galerie d’art Stewart Hall (CA)

Si l’histoire de l’art nous enseigne que le socle a été érigé pour mettre en valeur et légitimer des hommes et des objets, la modernité l’a quelque peu chambranlé. La Galerie d’art Stewart Hall est heureuse de présenter STATUER. Les figures du socle, troisième partie d’un cycle d’expositions initié par Emmanuel Galland portant sur le même thème : la persistance manifeste de l’objet-piédestal et de ses moult détournements au sein des pratiques actuelles en art. Le socle serait comme le poil à gratter dont on ne peut se défaire.

La Galerie Les filles du calvaire a le plaisir d’annoncer « L’histoire d’après » (FR)

Cette exposition présente le travail d’artistes dont les regards se sont portés sur ceux des autres. Nous irons d’un regard à l’autre, d’une histoire à une autre. Les premières, à caractère documentaire, sont convoquées par ces auteurs qui s’en nourrissent pour produire de nouveaux récits.

L’académicien champion du harcèlement pédago-sexuel, au bord de la démission, après son enfarinage. Suggestion de Nicole Esterolle

Extrait du texte du Monde « Mais certaines limites ont apparemment été dépassées récemment. Par exemple dans des publications Facebook d’une violence rare publiées en soutien au directeur enfariné par Alberto Sorbelli, artiste pour le moins scandaleux que Bustamante avait invité pour un colloque à l’école en juin 2016. Traitant les étudiants qui avaient levé ces lièvres de « médiocre petit soldat nazi-catto [sic] »

Nicole muséum, 4000 artistes étonnants et libres du monde entier se propose comme « arme de reconstruction massive »

« Un homme cultivé et libre ne peut pas ne pas connaître l’avant – garde non officielle, non labélisée « contemporain » par les actionnaires et les fonctionnaires » Aude de Kerros au sujet de Nicolemuseum.

La beauté, un geste politique avec Annie Le Brun / Suggestion Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Annie Le Brun, écrivain, poète, commissaire d’exposition, décrit « l’enlaidissement du monde » qui frappe selon elle notre société depuis l’avènement conjoint du capitalisme financier et d’un art contemporain obsédé par l’argent et affranchi de toute considération esthétique.

Chronique n° 78 de Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Vous avez dans cette video, une pure excrétion de l’appareil pédagogico-bureaucratico-financier français dédié à l’art dit contemporain…Vous pourrez y écouter un exemplaire enfumage humanitairo-récupérateur…Une terrifiante bouillasse idéologique dont le mode et la posture d’énonciation rappellent étrangement ceux des théocrates les plus radicalisés… On voit dans ce babillage ridicule que l’opportunisme grossier, l’impudence, la stupidité de fond, la morbidité, la démagogie, le cynisme sont de plus en plus qualifiants dans ce champ de ruines laissé par 40 ans de Ministère post-languien.

Michael Bastow – Unreliable Memory / Jean-Marie Oger (FR)

Dans « Unreliable Memory », Michael Bastow recrée des œuvres de jeunesse. Réalisés de mémoire, en l’absence de modèle dans son atelier, ces pastels font revivre des amis femmes ou artistes (Roland Topor) et des lieux chers au peintre (Melbourne, Londres, Paris).

Art contemporain et auto-cannibalisme par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Dans un musée huppé de la ville, un artiste vient de faire une performance qui consiste, comme vous le voyez sur la photo, à prélever un bout de chair dans le dos de deux personnes, à le faire frire et à leur faire manger …sous les applaudissements de l’intelligentia friquée lettonnienne…Dépassés les boudins de sang humain du fameux et exquis Journiac qui a une salle dédiée à sa mémoire à l’école des Beaux-arts de Nancy….

Carcassonne ciblée par l’Art contemporain By Christine Sourgins (Billet d’humeur)

Des cercles jaunes concentriques sur les remparts de Carcassonne… pour célébrer les vingt ans de leur inscription au patrimoine mondial par l’Unesco ! Peinturlurer la Cité d’un jaune chantier en forme de cible, n’est guère heureux vu les attentats ambiants. C’est le Centre des monuments nationaux (CMN) lui-même qui est à l’origine de cette intervention de l’artiste Felice Varini, mieux inspiré lorsqu’il transfigure de ses anamorphoses, des hangars industriels ou des lieux déshérités.

  • Artension (FR)

  • Dossier de l’art (FR)

  • DADA (FR)

  • Artpassions (CH)

  • L’Objet d’Art (FR)

  • Artpassions – Hors-série (CH)

  • Artension Hors-série (FR)

  • L’Objet d’Art – Hors-série (FR)

  • Nicole Esterolle (FR)