GRANDE DÉBANDADE DANS L’ ART DIT CONTEMPORAIN Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

On ose enfin s’interroger sur la nature de cet art qui s’est approprié le qualificatif « contemporain » , sur ses origines, sur sa légitimité, sur sa logique de fonctionnement, sur son bilan, sans recevoir des bordées d’injures et être taxé de nauséabond populiste, fasciste, par quelque puissant critique d’art aligné, …

De quoi l’art contemporain est-il le nom? – Le « big reset » a déjà eu lieu en 1917! Par Frédéric Andreu-Véricel (Billet d’humeur)

Lorsque nous employons le mot « miel », nous n’employons pas le mot « sucre ». À moins de considérer que le miel sécrété par les abeilles soit la même chose qu’un carré de sucre de l’industrie sucrière, on ne peut pas dire qu’un de ces « artefacts » soit de l’art.

ENFIN LA VÉRITÉ SUR LE FAUX SQUELETTE DES INVALIDES Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

On apprend également que le choix des autres plasticiens ultra-contemporains ( pas de Claude Lévêque cependant, car exclus des listes pour les raisons qu’on sait) entourant ce squelette central , ont été choisis par Eric de Chassey, ami de Julie Gayet, organisateur de colloques internationaux, ex-directeur de la Villa Médicis...

Les guerres culturelles par Christine Sourgins (Billet d’humeur)

La grandeur et l’énergie de Pollock riment avec modernité. Ironie du sort, les peintres américains promus sont de gauche (comme leurs soutiens critiques Greenberg, Rosenberg) et, Maccarthysme oblige, soupçonnés de communisme or, à l’étranger, c’est eux que le CIA met en avant pour détourner les gauches européennes du communisme.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :