Sarah Tritz et 29 invité.e.s J’aime le rose pâle et les femmes ingrates / La Manufacture des Œillets (FR)

Vous savez que c’est ce qui se passe continuellement : on juge que c’est laid — c’est ainsi qu’on me juge depuis vingt ans. Et on a parfaitement raison, parce que c’est laid. Pour ma part, je pense que c’est beaucoup plus intéressant quand cela paraît laid, parce qu’on y voit l’élément de la lutte.

Gertrude Stein, « Comment l’écrit s’écrit » in Lectures en Amérique (1935), Paris, Christian Bourgois, Coll. Titres, 2011, p. 211. Continuer de lire Sarah Tritz et 29 invité.e.s J’aime le rose pâle et les femmes ingrates / La Manufacture des Œillets (FR)

Georges Rousse – aquarelles et photographies / Galerie Catherine Putman (FR)

Artiste international et voyageur infatigable, Georges Rousse a travaillé ces deux dernières années à Lima au Pérou, à Kochi en Inde, à Shodoshima, une île de la mer intérieure du Japon pour un projet réalisé dans le cadre de la triennale de Setouchi 2019, à Lisbonne au Portugal et en France. Continuer de lire Georges Rousse – aquarelles et photographies / Galerie Catherine Putman (FR)

colloque Entendre l’image | Entendre l’image. Sons, bruits et murmures dans l’art de l’époque moderne (IT)

Envisager la représentation du point de vue de la sonorité semble relever du paradoxe, tant elle est considérée, historiquement et théoriquement, attachée au seul visible. Leon Battista Alberti, dans son livre fondateur pour la théorie de la représentation, affirme que « ce qui ne relève pas de la vue ne concerne en rien le peintre ». La vision est le sens qui permet à l’artiste d’accomplir l’imitation de la nature et celui que le spectateur sollicite pour son appréciation… Continuer de lire colloque Entendre l’image | Entendre l’image. Sons, bruits et murmures dans l’art de l’époque moderne (IT)

Musée des Abattoirs de Toulouse historiquement incorrect Par Los Olvidados – La Dépêche du Midi (billet d’humeur)

Alors que le Musée des Abattoirs de Toulouse ne désemplit pas pour l’exposition « Picasso et l’exil », les familles des principaux artistes espagnols ayant vécu et réalisé leurs œuvres à Toulouse affichent leur mécontentement pour cette expositions qui les a volontairement oublié. L’artiste peintre et sculpteur Michel Batlle, fils d’exilé en est scandalisé. Continuer de lire Musée des Abattoirs de Toulouse historiquement incorrect Par Los Olvidados – La Dépêche du Midi (billet d’humeur)

Festival d’Avignon 2019 : la culture ministérielle remplace l’art / Avant-Propos Nicole Esterolle (billet d’humeur)

Pauvres Jean Vilar et Jeanne Laurent ! S’ils voyaient ce qu’est devenue l’idée qu’ils avaient de la démocratisation de la culture, et s’ils voyaient ce qu’on a fait de leur Festival d’Avignon…Pauvre Jean Fraissex ! S’il voyait ce qu’on a fait de son idée de fonds régional d’art contemporain, telle qu’il l’avait mise en oeuvre dans son Limousin natal… Continuer de lire Festival d’Avignon 2019 : la culture ministérielle remplace l’art / Avant-Propos Nicole Esterolle (billet d’humeur)

THÉATRE OU ART CONTEMPORAIN MINISTERIELS : MÊME PROCESSUS DÉCONSTRUCTIF SUBVENTIONNÉ par Jean-Pierre Pelaez (Billet d’humeur)

Mais elle est aussi culturelle, puisque, n’ayant aucune valeur artistique, c’est la subvention ministérielle qui va la consacrer, dans ces lieux clos de gens très savants où, disait Molière, « nul n’a de l’esprit hors nous et nos amis ». Continuer de lire THÉATRE OU ART CONTEMPORAIN MINISTERIELS : MÊME PROCESSUS DÉCONSTRUCTIF SUBVENTIONNÉ par Jean-Pierre Pelaez (Billet d’humeur)

ACTIN solo show Mustapha Azeroual / Galerie Binome (FR)

ACTIN est la troi­sième expo­si­tion person­nelle de Musta­pha Azeroual à la Gale­rie Binome. Pour­sui­vant ses recherches sur les formes de lumière en photo­gra­phie, l’ar­tiste dévoile un corpus d’œuvres où la couleur, présente comme jamais dans son travail, joue comme un nouveau révé­la­teur (photo­grammes à la gomme bichro­ma­tée poly­chrome). Invi­sible par essence, la source du medium s’in­carne aussi en volume (sculp­tures en céra­mique et en bronze) et s’anime en mouve­ment perpé­tuel (œuvre sur lenti­cu­laire). Avec ACTIN, expo­si­tion inti­me­ment liée à sa rési­dence au Maroc ces deux dernières années, Musta­pha Azeroual engage une révo­lu­tion du photo­gra­phique au sens étymo­lo­gique du terme du retour sur soi. Et dans cette conci­lia­tion des domaines art et science, il nous trans­met son expé­rience de la photo­gra­phie comme science du Sensible. Continuer de lire ACTIN solo show Mustapha Azeroual / Galerie Binome (FR)

Lenny Rébéré – Infras / Galerie Isabelle Gounod (FR)

C’est un rituel auquel Lenny Rébéré s’astreint quotidiennement en rentrant de son atelier : il cherche, sélectionne et archive les images qui lui arrivent au gré de ses requêtes, parmi les quelques deux cent millions de clichés publiés chaque jour sur Internet. Ces images décontextualisées, désirées par l’artiste pour les formes qui les composent, viennent ponctuer ses œuvres, s’emmêlant les unes aux autres pour former des paysages brumeux. Continuer de lire Lenny Rébéré – Infras / Galerie Isabelle Gounod (FR)

Pourquoi ? accompagner de notre signature la lettre de Rémy Aron au Parlement? Par Aude de Kerros (Billet d’humeur)

De cette dissidence paradoxale dans une France cool, le Ministère de la culture ignore tout. Nathalie Heinich, sociologue qui a eu de nombreuses commandes d’enquêtes du Ministère de la Culture pour étudier le milieu de l’art, s’est toujours étonnée que l’on ne lui demande jamais d’enquêter sur la dissidence, sur la critique cultivée de « l’Art contemporain », alors qu’on lui demandait d’étudier de près les comportements de rejet du public anonyme, des expositions et manifestations de l’AC patronnées par l’Etat. Rejet qui ne pouvait être à leurs yeux que bêtement et ignoblement « populiste ». Continuer de lire Pourquoi ? accompagner de notre signature la lettre de Rémy Aron au Parlement? Par Aude de Kerros (Billet d’humeur)

SAINTE CULTURE 1959-2019 – Olivier Urman, suggestion Nicole Esterolle / (billet d’humeur)

Olivier Urman a déposé ce vendredi 1 février 2019 une nouvelle sculpture monumentale (après celle du palais de Tokyo) au milieu des colonnes de Buren, dans la cour du ministère de la culture, plus exactement dans le musée national. Continuer de lire SAINTE CULTURE 1959-2019 – Olivier Urman, suggestion Nicole Esterolle / (billet d’humeur)

Février marque la rentrée montréalaise de Cas Public / AGORA DE LA DANSE (CA)

Six danseurs troquent leurs chaussons de danse pour une pantoufle de verre dans cette nouvelle création qui rend hommage aux qualités de cœur et d’esprit permettant de surmonter les épreuves, de se surpasser et de s’accomplir. Continuer de lire Février marque la rentrée montréalaise de Cas Public / AGORA DE LA DANSE (CA)

Mise au point ! – Militantisme imposé par Boucher & Lecland (Billet d’humeur)

Vous avez été nombreux à nous signaler les débordements idéologiques et narcissiques de certains individus inféodés par les impératifs de la vie ordinaire. Sur un ton de cégépien, ils tiennent un discours intellectuellement déficient, dans un français discutable sans aucun développement et souvent hors sujet. Continuer de lire Mise au point ! – Militantisme imposé par Boucher & Lecland (Billet d’humeur)

Jérémie Lenoir – DUST / Galerie Guillaume (FR)

Depuis plus de dix ans, Jérémie Lenoir observe l’évolution du paysage. Ce qui l’intéresse, c’est justement ce qu’on ne peut lire ou comprendre en observant simplement un paysage. Selon lui, « il n’existe pas de Vérité du paysage. Continuer de lire Jérémie Lenoir – DUST / Galerie Guillaume (FR)

Aux assises du CIPAC, les agents de l’art d’Etat vont « structurer et consolider la filière » par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Le CIPAC est la Fédération des « professionnels de l’art contemporain », et c’est là, bien sûr, que s’agrègent tous les affidés, patentés, assistés, curatorisés, subventionnés, professionnalisés, professorisés, endoctrinés, radicalisés, de DRAC, de FRAC de MAC et de Ministère , tous perfusés à l’argent public sans lequel ils n’existeraient pas. Continuer de lire Aux assises du CIPAC, les agents de l’art d’Etat vont « structurer et consolider la filière » par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)