POURQUOI TANT DE TAS EN ART « CONTEMPORAIN » ? par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Cette plasticienne française d’origine andalouse, ex-professeur en ENSBA , reconnue nationalement (On a vu une de ses œuvres faire trempette au beau milieu d’un bassin du Château de Versailles) est LA spécialiste mondiale de la sculpture en poubelles cramées ou ramollies au chalumeau…

LE GRAND SHOW DES FELLATEURS DU RIEN – Du nihilisme de l’art dit « contemporain » / LE NOUVEAU LIVRE DE NICOLE ESTEROLLE (FR)

Ce livre est un témoignage montrant  que nulle part ailleurs qu’en ce territoire de l’art dit contemporain on avait été aussi loin dans la régurgitation du sens, dans l’inepte comme coquetterie intellectuelle , dans la transgression des lois, dans la déconstruction des repères, le « cassages des codes », etc...

UNE RÉALISATION EXEMPLAIRE : À SAINT – ÉTIENNE, LA BZA, BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS PRÉSENTE CENT ARTISTES DANS 30 LIEUX À TRAVERS LA VILLE ET SES ALENTOURS (FR)

Cette manifestation , implique quantité d’acteurs locaux : Galeries d’art, ateliers d’artistes, médiathèques, centres sociaux, espaces culturels, culturels, musées, salles des mairies dans les villages alentours, etc.

LE FIAA AU MANS : UN LIEU D’ART PIONNIER POUR LA RECONSTRUCTION DU SENS EN ART PAR NICOLE ESTEROLLE (Critique)

Au Mans, capitale de la Sarthe, à 200 km de Paris, vient d’apparaître le FIAA, Fonds international d’Art Actuel, dispositif idéal, exemplaire et précurseur de centaines de lieux du même type qui pourront bientôt apparaître dans toutes les grandes et moyennes villes de France, pour constituer un salutaire alternative à quarante ans d’un dirigisme ministériel...

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :