L’ŒUVRE LA PLUS ABOUTIE DE BUREN Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Daniel Buren devant ses nouvelles œuvres présentées à Luxembourg ( «Ah ! les belles Italiennes»  (Celeste, 954371, Lamborghini) et  «Ah ! les belles Italiennes» (Giallo, 138.535, Ferrari – Maserati) ) . (Photo: Sarkis Torossian). (Pour les travaux situés: Daniel Buren 2022, © DB & ADAGP Paris)

Notre  plus célèbre plasticien hexagonal à renommée internationale nous présente ici ce qui semble être son œuvre la plus aboutie après 50 ans de carrière et d’intenses recherches artistiques 

Ici, le choix courageux de la bande blanche entre deux jaunes au lieu de la bande jaune entre deux blanches fait implacablement  sens….Ici , c’est la minimalité qui fait la force du propos plastique et la cohérence de l’ interrogation existentielle sous-jacente.

Ici, nous sommes en présence d’une magistrale et délicate approche asymptotique au néant… avec le risque d’ y disparaître totalement… Et c’est bien là que la manœuvre est acrobatique…Car cette néantisation serait bien dommageable à  la recherche burénienne qui se doit de continuer avec la même détermination, la même rigueur minimaliste, la même sobriété, la même humilité et la même courageuse abnégation de soi même.


Vue de l’exposition «Ah! Les belles Italiennes» organisée par la galerie Faure Beaulieu à Luxembourg.  (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne), (© DB & ADAGP Paris)

Une abnégation qui alla jusqu’au douloureux reniement de soi-même, quand il déclara récemment que  «  la couleur, c’est de la pensée pure », alors qu’il se réclamait, à ses débuts d’anartiste revendiqué, d’un art dénué de toute émotion, de tout plaisir, de toute gaité, de toute odeur, de toute sensualité et donc de tout art et toute couleur …. D’un art de pensée pure parce que sans couleur… Ses bandes verticales participant alors du strict conceptuel insipide en  noir et de blanc… Trahison ensuite de ses propres convictions  lorsqu’il déclara , à l’occasion de son relookage des boites babibel de Vache qui rit, que « le fromage qui pue , c’est de la  pensée pure »… « Et mon cul, c’est du poulet ? » lui demanda alors la vache en rigolant.

Et maintenant, je vous laisse avec Buren lui-même,  dans un entretien d’anthologie où il explique, entre autres doctes consternantes considérations, ce qu’il y a de grandiose dans le presque rien et le plus débile que débile…, et pourquoi l’accroche de toutes ses « pièces » à la même hauteur, est essentiel pour leur compréhension par ceux qui les regardent.….

https://paperjam.lu/article/daniel-buren-et-carrosseries-i