Nouvelle Collaboration-Stéphane Belzère / Galerie Jean-Marie Oger (FR)

Visuel : Cercopithecus aethiops sabaeus – 1916-38 ︎, 1931-741 ︎, 2001, huile sur toile, 250 x 70 cm.

Jusqu’au 27 août 2023

Jean-Marie Oger est très heureux d’annoncer sa collaboration avec l’artiste franco-suisse Stéphane Belzère. 

Né en 1963, fils des peintres Jürg Kreienbühl et Suzanne Lopata, Stéphane Belzère fait ses études à l’École des Beaux-Arts de Paris. Après des premières œuvres influencées par le réalisme de ses parents, il débute en 1995 une série de peintures, « Les Bocaux anatomiques », qui marque une évolution importante dans son travail. Dans la salle des « Pièces Molles » du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, près de la grande galerie de l’Évolution où son père avait travaillé quelques années auparavant, il peint directement des cerveaux et des organes d’animaux conservés dans des bocaux de formol. Ce motif devenu obsessionnel, source d’attraction et de répulsion, offre une possibilité de dialogue entre les chairs et la matière de la peinture, magnifiée par les couleurs et la transparence du liquide. Il poursuit cette thématique de la chair, non sans humour, dans ses « Tableaux-saucisses » notamment, à partir de sa propre collection d’aliments en conserve. 

Une observation minutieuse des sédiments déposés au fond des bocaux de préparation anatomique est à l’origine des « Tableaux longs » ; les strates de matières délitées, agrandies par l’effet grossissant des verres, évoquent indifféremment des paysages glaciaires et intérieurs, des mondes réels et imaginaires, entre figuration et abstraction.

Lauréat en 2003 du concours pour la réalisation des vitraux de la cathédrale de Rodez, il conçoit un ensemble figuratif et narratif achevé quatre ans plus tard, en collaboration avec les ateliers Duchemin. Afin de traduire le mystère de la vie et son perpétuel renouvellement, il combine l’iconographie religieuse avec des images tirées de la biologie et des formes issues de ses bocaux anatomiques. 

Son travail révèle un monde étrangement réel qui unit l’informe et la forme, l’organique et la chair, l’intérieur et l’extérieur. Chacune de ses séries trouve sa source dans une œuvre antérieure et tisse un fil invisible entre ses sujets qui s’approfondissent à mesure : la conservation des chairs, la production alimentaire, la représentation du corps, le cerveau et la mémoire… À partir d’une description minutieuse de la réalité, si exacte qu’elle en devient parfois abstraite, Stéphane Belzère cherche à voir à travers le visible, comme par transparence, la vie des formes et les formes de la vie.

Le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg (MAMCS) lui consacre actuellement une exposition, intitulée « Mondes Flottants« . Invité par la directrice Estelle Pietrzyk à investir une salle du premier étage du musée, le peintre engage un dialogue avec près de deux cents « flûtes » (bocaux de mammifères, reptiles, amphibiens, poissons ou invertébrés) du Musée Zoologique de Strasbourg, présentées en regard de ses peintures et de ses variations, y compris les paysages, et d’une installation conçue spécialement pour Strasbourg – « Les Mains des Anges » – œuvre participative et évolutive dans laquelle Stéphane Belzère « met en bocal » le moulage d’une main, en pleine complicité avec les jeunes visiteurs du musée. 

Stéphane Belzère – Mondes Flottants

Jusqu’au 27 août 2023

MAMCS

1 place Hans Jean Arp 

67000 Strasbourg

www.musees.strasbourg.eu

Stéphane Belzère – « Mondes Flottants »

3 décembre 2021 – 27 août 2023

Jean-Marie Oger

75 bis, avenue de Wagram

75017 Paris

+ 33 (0)1 40 54 93 88

www.jmoger.com