L’ART « CONTEMPORAIN » SQUATTE AUSSI LE PIRE DE  NOTRE PATRIMOINE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

À Bordeaux, il ne s’agit plus de squatter une ravissante chapelle bretonne ou un somptueux château de la Loire, mais une hideuse base sous-marine en béton humide et noire et à l’architecture on ne peut plus nazie …Comme si l’art « contemporain » se mettait là à l’abri d’une sorte de menace venant du ciel.

Alors l’exposition s’appellera « Hypernuit » et, comme le dit Claire Amyer, la pigiste envoyée spéciale du Monde : « Les œuvres oscillent entre obscurité et luminosité, histoire officielle et récits personnels »…Ben voyons Ginette !

On nous dit par ailleurs que : « L’exposition Hypernuit se déploie tel une ligne d’horizon qui rappelle notre capacité à outrepasser le réel quand celui-ci ne suffit pas. Elle rend palpable cette phrase tirée de l’œuvre de Marianne Mispelaëre : « Quelque chose commence à craquer sous nos yeux »…Et que cette exposition investit à la fois comme une « boîte noire » et une caisse de résonances révélatrice de mémoires oubliées ou occultées. » Arrête  Ginette , c’est trop…On n’en peut plus !

Remarque importante: Un interprète sera présent pour traduire les prises de parole en langue des signes françaises.


Vache / Anne-Charlotte

Verte installation / Arnaud Dezoteux

Filet / Chantal Rague

Performance / Denis Adams

Pieds déclassement / Hélènne Berin

Installation damier / Julie Béna

Chambre intérieure / Pascal Conver

Ping Pong trajet / Richard Faugue

Voiture Epsilon / Richard Baquié

Cabinet de curiosité (tête) / Rose-Marie Trockel

Installation mannequin / Sam Basu

Voici la liste des artistes exposés, choisis parmi la crème des émergés sur la scène internationale, et des émergents tout frais formatés  en écoles des Beaux Arts et pas encore cornaqués par quelque financial-gallerie hexagonale de type Kamel Mennour..

Je ne vous dirai pas le coût colossal de cette funeste  coproduction FRAC-CAPC,  en argent public venant des collectivités locales et nationales…et du citoyen qui n’y pettra pas les pieds…On note toutefois que « le lieu fait l’objet d’une réflexion de la nouvelle municipalité écologiste depuis son arrivée en 2020 »….Qui réfléchit déjà sur le caractère antidémocratique, inhumain, polluant à tous égards, toxique, non durable et destructeur de l’écosystème culturel ,  de l’art dit contemporain en général.

Je vous ai choisi les œuvres de quelques artistes pris au hasard de la liste, pour que vous visualisiez bien déjà bien, avant de vous y aventurer, ce que sera cette lumineuse exposition subaquatique ,  aussi obscure qu’humide…

Caroline Achaintre , Dennis Adams , Marie Angeletti , John Baldessari , Richard Baquié , Sam Basu , Nina Beier , Julie Béna , Hélène Bertin , Kerstin Brätsch & Debo Eilers , Shirley Bruno , Maurizio Cattelan , Gaëlle Choisne , Pascal Convert , Arnaud Dezoteux , Antoine Dorotte , Richard Fauguet , Anne-Charlotte Finel , Pierre Huyghe , Charlie H. Jeffery , Anne-Marie Jugnet , Özgür Kar , Rainier Lericolais , Mark Lewis , Paul Maheke , Benoît Maire , Angelika Markul , Randa Maroufi , Mario Merz , Vincent Meessen , Amina Menia , Nicolas Milhé , Marianne Mispelaëre , Niamh O’Malley , Cécile Paris , Diego Perrone , Jack Pierson , Naufus Ramirez-Figueroa , Chantal Raguet , Yvonne Rainer , Vandy Rattana , Navin Rawanchaikul et Rirkrit Tiravanija , Lili Reynaud Dewar , Sarkis , Samara Scott , Reena Spaulings , Thu-Van Tran , Rosemarie Trockel , Heimo Zobernig.