Un grand clash par Eric Zemmour face à Yves Michaud par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Un débat de fond…qui ne va pas vraiment au fond, mais éminemment intéressant tout de même , parce qu’il ose amorcer une réflexion sur ce problème de l’AC , et ouvre une brèche dans l’omerta à ce sujet.

Deux débateurs liés par une certaine connivence et pour cela qualifiés l’un et l’autre de « réactionnaires » par les tenants de l’art gaucho-conceptulo-bidulaire dit « contemporain ».

Deux renégats de la culture bien-pensante, à qui l’on doit reconnaître un certain courage pour leur inventivité et leur  disponibilité cérébrale.

  • L’homme politique, Zemmour,  dénonçant sans ambages les méfaits et la nature toxique de l’art dit contemporain… Ce qui est une première dans le genre, quand tous les autres politiques de tous bords restent muets sur le sujet alors qu’ils n’en pensent pas moins.
  • L’homme d’appareil Michaud, ex-directeur de l’ENSBA Paris (haut lieu de le contemporanéité en art), dénonçant les turpitudes du milieu institutionnel qui l’a nourri (et a produit certains artistes qu’il soutient encore, alors qu’ils sont exemplaires de ce « contemporain » dans ce qu’il a de plus délirant.

Pour le premier, le propos est clair, cash et cohérent

Pour le second, il y a beaucoup de « en même temps », de ceci et son contraire, et de contradictions,  que son « adversaire » se fait un plaisir de pointer..

Mais qu’à cela ne tienne… ne pinaillons pas pour l’instant , car ce débat vient à point nommé,  et le document audio qu’il a généré est une première importante en matière de déblocage de la parole et de fragilisation  de ce « mur de Berlin » qui protège encore le totalitarisme hors d’âge d’un ’art qui se dit pourtant « contemporain ».

Abonnez-vous

2 réflexions sur “Un grand clash par Eric Zemmour face à Yves Michaud par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

  1. Virginie Dduhamel

    Il y a une chose qui n’est jamais dite : d’abord on ne peut pas mettre tout l’art du XXème siècle dans le même sabot, l’expressionnisme de Soutine n’est pas l’expressionnisme de Matisse, et Picasso est un constructiviste, déjà quand on comprend ça on comprend les différents types d’esthétisme, mais surtout, l’art contemporain quant à lui, n’est pas la continuité d’un travail de peintre mais il s’inscrit directement dans la logique surréaliste qui est une logique nihiliste, dans la logique surréaliste le néant peut être un geste et une réflexion artistique, le problème c’est que seule cette voie, qui ne présente pas un intérêt réel, à été exploitée et mise en avant par des gens qui ont vendu à des politiques qui n’y connaissent rien, une posture artistique plus qu’un travail.
    Et on se retrouve aujourd’hui avec des choses inintéressantes qu’on nous vend comme étant de l’art avec un grand A, l’hégémonie du surréalisme a anéanti l’art et les artistes.

    J’aime

  2. Virginie Dduhamel

    Le surréalisme a tué l’art.
    Pourtant, il n’était pas voué à perdurer, Duchamp avait même précisé que le jour où les installations deviendraient un art reconnu par l’état, alors cette forme d’art serait tout aussi bourgeoise que les oeuvres dont ils se moquaient au début du XXème siècle.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.