QUAND LA COUR DES COMPTES TANCE LE MINISTÈRE DE LA CULTURE Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Oeuvre : © Laetitia Hildebrand

Voici le lien qui vous permettra de lire le récent rapport de la Cour des Comptes sur le fonctionnement du Ministère de la Culture.

https://www.ccomptes.fr/fr/documents/58111

Cette analyse très technocratique est un gros paquet de mots aussi étouffe-chrétien qu’une pâtisserie ottomane ou qu’un article de Dagen. 

On n’y comprend pas grand chose, mais ce qu’il en ressort, c’est que le Ministère pourrait mieux faire… Dans quel but ? Ça n’est pas précisé…

Moi, je pense que plus le Ministère est déficient, mieux c’est…Et, plutôt que d’essayer vainement de l’améliorer,  il serait bien mieux de le supprimer et de ne garder que son versant Patrimoine.

Le supprimer, oui…

– compte-tenu des ravages que l’interventionnisme d’Etat a pu commettre depuis quarante ans dans le champ des la création artistique.- et qu’il faudra des années à réparer. (un aspect des choses qui échappe forcément à la grille de lecture et aux critères d’évaluation de la Cour des Comptes)

– Compte-tenu des Buren, Hyber, Lavier, Mosset, Rutault, Veillan, et autres enflures, purs produits ou artefacts sans contenu vraiment artistique d’un appareil institutionnel décérébré livré à lui-même…et que l’écosystème naturel de l’art, une fois restauré, aura bien du mal à résorber et oublier.

KIKIKOMORI ET DÉFLAGRATIONS VISUELLES

À la seule vue de cette image de l’artiste les pieds entravés dans les tréteaux soutenant une grande toile quasiment vide, on subodore l’embrouillitude posturale et la complexitude rhétorique.

On voit que l’article du Monde est signé Philippe Dagen, l’un des plus flamboyants   critiques d’art sur la place de Paris, qui avait , il y a une quinzaine d’années écrit le live « La haine de l’art » pour dénoncer les réacs anti-art contemporain…et l’on s’attend au pire

Le pire, on l’a en effet, avec ce texte emberlificoté, sans objet ni contours bien définis, où il est question de kikikomori, de déflagrations visuelles, de la galerie Kamel Mennour, de photos pornos, de l’écrivain Yukio Mishima, des produits de beauté Sisley, d’une plasticienne diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2020, et de l’aveu de cette même plasticienne qu’elle « déteste savoir à l’avance ce qu’elle va faire »….T’as raison Ginette : c’est ça la vraie créativitude !

https://www.lemonde.fr/culture/article/2022/01/10/les-attractions-japonaises-de-la-plasticienne-ymane-chabi-gara_6108840_3246.html

LA GAZETTE DE NICOLE N° 46

Artistes présentés :
Karahut , Julia Liliard, Maria Guilbert ,  Ka Ti , Peter Kľúčik, Mohamad Ariyaei , Michel Rouquette, Maina Kernalegenn, Pete Codling , Damian Lechoszest , Sandra Martagex, Shawn G. Pacheco