QUAND LA  MAISON DES ARTISTES  EST INVITÉE À S’AUTO-ANÉANTIR par Rémy Aron (FR)

Une lettre ouverte  Rémy Aron, ancien Président de la MDA, de 2005 à 2018- Parue sur sa page facebook .

L’association dite « Maison des Artistes » co-gérait le système de sécurité sociale  pour les artistes plasticiens.

Ce système avait été acquis de haute lutte par les artistes eux-mêmes dans les  années 70. Ici Une historique des luttes menées par la MDA :

C’était une belle structure qui donnait aux artistes une protection sociale adaptée aux particularités d’un « métier » ou d’une « profession » pas comme les autres en cotisant au taux des travailleurs au régime général. 

Le gouvernement et son ministère de la culture  s’emploient aujourd’hui à supprimer ce « particularisme » et à faire entrer les artistes dans un régime de sécu, qui sera bientôt celui des travailleurs indépendants. (sans que l’on sache très bien quels sont les services ou les instances bureaucratiques à la manœuvre).

C’était une pente glissante contre laquelle on a toujours essayé de résister… 

L’opération dite « d’apport partiel actif de la Maison des Artistes au profit de l’Association des Artiste-Auteurs »  est donc une régression évidente, que les membres de l’association sont invités à approuver lors de l’Assemblée Générale qui aura lieu les 24 février à Paris.

Cette opération gouvernementale peut être considérées comme le parachèvement d’un interventionnisme étatique de plusieurs décennies et d’un travail systématique de ringardisation , d’occultation et de paupérisation de 90 % des plasticiens de ce pays, et de la destruction de la moitié des galeries prospectives, au profit des galeries subventionnées.

Cela va générer  de toutes les façons, un régime auteur, où le poids du secteur économique des artistes « visuels » sera, dans la gouvernance de ce régime, dérisoire par rapport à celui de l’édition et de  la musique. 

Comble de l’ironie : En lot de consolation , le gouvernement déclarera «  d’utilité publique », une association, qui sera désormais et grâce à lui,  d’une  parfaite inutilité…puisque dépouillée de tous pouvoirs, y compris consultatifs et de tous les avantages qu’elle pouvait donner à ses membres surtout pour défendre les taux de cotisation. Il ne restera plus désormais,  dans son périmètre d’actions,  qu’une liste bien réduite de services aux artistes…

Et pourtant, cette demande d’approbation auprès des artistes risque de passer comme une lettre à la poste, tant ceux-ci sont, fatigués, désespérés, désolidarisés, par quarante ans de persécution, d’humiliation et de totalitarisme idéologique ministériel.

Il me semble donc souhaitable que les membres de la MDA prennent conscience de l’importance des  enjeux de cette Assemblée Générale pour la survie de l’association…et, au-delà, pour la survie de l’art et des artistes de ce pays.

Cette AG est le dernier moment de « résistance », mais surtout pour formuler des  propositions reconstructives .

À  quelque chose malheur est bon, dit-on… et cette « mise en inutilité » de la MDA, peut être une divine occurence pour celle-ci de se concevoir et de se formuler  une vraie, nouvelle, nécessaire  et urgente utilité ou raison d’être.

La MDA peut ainsi devenir ce lieu ou instance ouverte de réflexion et de propositions qui nous manquait… en dialogue avec les politiques, pour envisager des réformes structurelles à tous les niveaux de l’institutionnalité, qui permettraient à celle-ci de s’extraire  de son entre-soi, de s’ouvrir à la diversité de la création actuelle, de réhabiliter la parole de tous les artistes, de contribuer à la restauration de ce que l’on pourrait appeler un éco-système naturel de l’art où l’interventionnisme de l’Etat serait minimum.

Nous devons profiter de cette AG pour nous organiser en force de consultation et de propositions!

Voici ce  que  mes 13 années de présidence de la MDA (de 2005 à 2018), m’autorisent, je l’espère, à dire…ou à suggérer.

Plus d’infos sur cette Assemblée Générale

LA GAZETTE DE NICOLE N° 46

Artistes présentés :
Karahut , Julia Liliard, Maria Guilbert ,  Ka Ti , Peter Kľúčik, Mohamad Ariyaei , Michel Rouquette, Maina Kernalegenn, Pete Codling , Damian Lechoszest , Sandra Martagex, Shawn G. Pacheco