GRENOBLE TOUJOURS À LA POINTE DU CONTEMPORAIN EN TOUT par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Grosse polémique locale et nationale au sujet de l’action de dénonciation menée  par un groupe d’élèves et de profs de Sciences- Po – Grenoble, livrant ainsi à la fureur décapitante des fichés S  du coin, un professeur d’allemand pour ses propos jugés islamophobes par ce même groupe d’archi-wokes progressistes..

Tout ceci en articulation avec  cette vertu qui caractérise la ville de  Grenoble d’être depuis longtemps à la pointe de tous les progressismes , qu’ils soient scientifiques, artistiques et politiques… les trois s’y dynamisant mutuellement.

Ainsi le fameux plasticien Philippe Parreno, bien connu pour ses installations avec centaines de sacs-poubelles gonflés à l’hélium et collés au plafond d’immenses salles d’expo, affirmait-il il y a quelques années que l’art contemporain était né à Grenoble,  dans les bistrots de la ville où les profs de l’école des Beaux-Arts avaient pris l’habitude de professer… « du chaos ambiant, avait jailli la lumière » ajoutait-il.

Ainsi le fameux Magasin des Horizons , « centre d’arts et de cultures ,  structure publique hybride, qui s’auto-définit comme un lieu permaculturel, une plate-forme de réflexion, un lieu d’échanges, accessible à tout·e·s…. dans une logique pluridisciplinaire, et qui  invite des passeurs d’idées, des artistes, des militant·e·s, des thérapeutes et philosophes indiscipliné·e·s,… à stimuler et encourager une pensée propre aux enjeux de notre époque… et qui incite à rêver le monde plutôt qu’à le subir. » …n’en a-t-il pas , malgré ces mirifiques ambitions,  eu la peau de deux directeurs.e.s consécutifs.ves. Le premier, Yves Aupetitalot, pour profonde dépression nerveuse après des accusations de harcèlement moral, …. La deuxième Béatrice Josse pour burn-out et licenciement au bout de 15 mois de congé maladie…Et pourtant cette dernière, redoutable fémino-écolo-kampoutchéa démocratique, qui avait terrorisé tout l’est artistique de la France lorsqu’elle dirigeait le FRAC Lorraine,  était-elle  une vraie dure à cuire.

Ainsi le Magasin, n’ayant plus d’horizons après le départ de Mme Josse, est-il devenu provisoirement – comble de l’avant-gardisme sociétalo-artistique – « La superette »,  après l’annexion du lieu par une tribu de street-artistes punk à chiens low-brow écolo-insoumis locaux à vélos….Aussi crains- je le pire pour la destinée de la fraichement nommée Cécile Kopp à la tête de cet établissement de pointe en matière d’art expérimental contemporain.

Mais qu’à cela ne tienne, il est fort probable que Grenoble restera cette ville audacieusement écolo-verdoyante et art-contemporainiste que l’on connaît, avec à sa tête Monsieur Eric Piolle, que certains réacs mal-pensants appellent « Piolle-Pot le kmer vert »

Tout cela pour dire aussi qu’il existe de puis longtemps une sorte de connivence idéologique entre le wokisme politique et le contemporainisme artistique, tel que cela se manifeste caricaturalement à Grenoble , et  dont il serait temps de se préoccuper.

5 réflexions sur “GRENOBLE TOUJOURS À LA POINTE DU CONTEMPORAIN EN TOUT par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

  1. Delphine Germain
    Je ne suis pas certaine que la prose excessive de Nicole Esterolle soit l’alpha et l’oméga de ce qu’il est possible de questionner pour défendre l’art.
    · Partager · 11 h

    Sylvain Boucher
    Auteur
    Delphine Germain « Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.  » Nietzsche.
    · Partager · 3 h

    Delphine Germain
    Sylvain Boucher Vous parlez de Nicole, femme de forte conviction ?
    · Partager · 2 h

    Sylvain Boucher
    Auteur
    Delphine Germain Ne prenez pas les limites de votre esprit pour celles des autres en détournant la citation.
    · Partager · 2 h

    Delphine Germain
    Sylvain Boucher Les limites de mon esprit semble vous préoccuper. Cela s’appelle des mots d’esprit, dans le style ironique, selon Freud . Vous ne semblez le saisir, ni y goûter. Votre citation tombe comme un cheveux sur la soupe. Vous vous faites pla… Voir plus
    · Partager · 2 h · Modifié

    Sylvain Boucher
    Auteur
    Delphine Germain L’effet Dunning-Kruger, (surconfiance) est un biais cognitif selon lequel les moins qualifiés dans un domaine surestiment leur compétence. Toutes vos interventions se réduisent à un procès d’intention sans aucun argument valable.
    · Partager · 21 min

    Sylvain Boucher
    Auteur
    Nous vivons aujourd’hui l’acmé de ce que Nietzsche avait prévu en Europe : le monde de la bien-pensance, de la « moraline » et de son faux humanisme larmoyant.
    · Partager · 19 min

    Sylvain Boucher
    Auteur
    Delphine Germain Vos arguments svp ?

    J’aime

  2. Un professeur au département de psychiatrie de l’université McGill, constate que la culture de la censure, des Safe-spaces et de la surprotection ont conduit au fait que  » les gens sont plus psychologiquement instables et malades ». Je me suis arrimé à l’idéologie de Mme Germain, afin de prendre le pourtour de celle-ci, hélas elle n’a aucun argument, juste de l’indignation menée avec une superficialité sans repère.
    N’est-ce pas produire un raisonnement que de vouloir bannir les raisonnements surfaits ?

    J’aime

  3. Attendu que la libre circulation de l’information constitue l’une des plus importantes garanties de la liberté et de la démocratie;

    Attendu que la liberté de presse découle des libertés fondamentales de pensée, de parole, d’expression et d’opinion reconnues dans divers documents d’ordre juridique, aux plans national et international, et que nul ne peut dicter aux médias d’information le contenu de l’information;

    Attendu que la liberté de presse exige que les médias d’information et les journalistes jouissent d’une liberté éditoriale et donc que les choix relatifs au contenu, à la forme, ainsi qu’au moment de publication ou de diffusion de l’information relèvent de la prérogative des médias d’information et des journalistes sans le contrôle excessif d’un tiers.

    Les Wokes n’ont pas à dicter le contenu, le ton et la forme.

    Conseil de presse

    J’aime

  4. « Je ne suis pas certaine que la prose excessive de Nicole Esterolle soit l’alpha et l’oméga… » On parle ici d’un raisonnement binaire, difficile de développer sur un jugement de valeur. Vouloir ossifier ses propos en dogme avec une intervention aussi superficielle relève du néant intellectuel. Cette commissaire à l’idéologie woke devrait se scolariser.

    J’aime

  5. Telle une intrigue prétexte soutenue par sa remontée d’orgueil pathétique Mme Germain, prend votre citation de Nietzsche (sans rapport avec le fond du débat) la décontextualise pour la diriger contre Mme Esterolle, avec un raisonnement qui consiste à donner pour preuve ce qu’elle cherche à prouver (Argument ad hominem). Son intervention nous permet de prendre la pleine mesure de sa névrose fixionelle issue d’une idéologie puritaine Woke. Je succombe à l’irrationnel de cette intervention.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.