VOTRE NICOLEMUSEUM SENT LE FROMAGE QUI PUE ! Par Nicole Esterolle (FR)

C‘est le plus beau compliment qu’on ait pu me faire au sujet de mon musée…( merci Pierre Gentes de la géniale Galerie 75 à Rouen)

Un hommage aussi à chacun des 5000 visiteurs mensuels qui aime cette odeur…et aux 1500 lecteurs quotidiens du Vadrouilleur Urbain.

  • Lee jinju
  • Teresa pa Gowska
  • Jan Jan Eyck
  • Ingo Lindmeier
  • Don Eduardo
  • Damian Lechoszest

Oui , en effet, ça y sent le non-pasteurisé, le non aseptisé, le non-dématérialisé, le non-conceptualisé, le non-internationalisé, le Québec libéré, …ça sent le vivant qui a du sens et du contenu…ça sent le non-contemporain en quelque sorte…

Alors, bien évidemment, ça ne plait pas aux art-contemporainistes institutionnels et autres distingués spéculateurs sur le néant inodore, insipide  et incolore … qui disent que cet art – là est populiste, bouseux, tripal, local, barbare, rural, sauvage, ringard, pétainiste, nauséabond et réactionnaire… et qu’il faut tout faire pour le cacher et le disqualifier…Tant pis pour eux !

Ignorez-les, ces sociopathes pervers narcissiques,  et allez vous donner du plaisir olfactif de bon aloi en allant revisiter le nicolemuseum.fr

Voici les images jointes de quelques « fromages qui puent » joyeusement odorants, qui vont bientôt y figurer pour les fêtes de Noël….

http://nicolemuseum.fr

Oeuvre : Petr Kavan