Décès de l’artiste russe Ivan Lubennikov (1951-2021)

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition d’Ivan Lubennikov survenue ce dimanche 3 octobre en Russie.

Né en 1951 à Minsk, Ivan Lubennikov s’est imposé depuis 40 ans comme une figure incontournable de la scène artistique russe. Dans son œuvre empreinte d’hédonisme, il décrit avec une distanciation ironique et esthétisante son environnement immédiat, dans lequel la figure féminine tient une place primordiale, en cherchant à refléter les mutations de la société russe. Il a su créer un langage propre, combinant clair-obscur, épure formelle et extrême stylisation, comme une libre réinterprétation de la peinture russe et européenne.

Diplômé du département d’art monumental de l’Institut des Beaux-Arts Surikov de Moscou en 1978, il développe à partir des années 1980 une oeuvre d’atelier et participe également à plusieurs réalisations monumentales, détruites pour la plupart pendant les dernières années du régime soviétique. Sa contribution à la conception architecturale avant-gardiste du Musée Vladimir Maïakovski, inauguré en 1991, constitue l’une de ses plus grandes oeuvres de cette période.

  • Les champignons / 2015
  • À la santé des belles femmes / 2016
  • Adolescence d'Aphrodite / 2017
  • Les vacances / 1997

Dans les années 1990, en raison des difficultés économiques de la nouvelle Russie, Ivan Lubennikov privilégie son oeuvre picturale et commence à montrer son travail à l’étranger, notamment à la galerie Alain Blondel qui lui consacre plusieurs expositions personnelles. Ses peintures figurent dans de nombreuses collections privées et publiques comme la galerie Tretiakov, le Musée Russe, l’Académie Russe des Beaux-Arts, le Musée Peter Ludwig…

Dans les années 2000, il est chargé, avec ses étudiants de l’Institut Surikov, de la conception d’oeuvres monumentales pour trois stations de métro à Moscou. En 2009, il a réalisé le vitrail « Ryaba la Poule » installé à la station Madeleine à Paris, cadeau de la ville de Moscou en remerciement du don d’un ensemble d’Hector Guimard pour la station moscovite Kievskaïa ; cette oeuvre de 40 m² composée de 20 panneaux incrustés d’éléments verriers raconte l’histoire de la Russie à travers ses symboles.

En 2011, il publie un recueil de textes littéraires qui mêlent fiction et souvenirs.

A l’occasion de son 70ème anniversaire en mai dernier, le Musée Russe de Saint Petersbourg lui consacre une grande exposition personnelle. Certaines de ses oeuvres, issues de la collection Peter Ludwig, sont actuellement visibles au Martin Gropius Bau à Berlin dans l’exposition « The Cool and the Cold. Painting of the USA and the USSR 1960-1990 » qui réunit des peintures des deux axes du pouvoir politique mondial créés pendant la guerre froide.

Ivan Lubennikov laissera le souvenir d’un artiste aux multiples facettes, cultivé et populaire, grave et léger, profondément humain et généreux.

Nos pensées vont à sa famille.

Jean-Marie Oger

75 bis, avenue de Wagram

75017 Paris + 33 (0)1 40 54 93 88