AUX ÉTOILES LE POIDS DE LA TERRE – Exposition de Juliette Agne / Galerie Confluence (FR)

AUX ÉTOILES LE POIDS DE LA TERRE

Du 27 mai au 24 juillet 2021
Vernissage le 27 mai 2021 à 18h
Rencontre avec l’artiste le 25 juin à 17h

À l’occasion d’un programme triennale de résidence intitulé « Territoire rêvé Bretagne », imaginé par l’association Art à l’Ouest, alliant photographie et récit, nous nous sommes rencontrées avec Juliette Agnel à Chartres de Bretagne, près de Rennes pour inventer cette série et une nouvelle. Ces travaux mettent en scène des lieux magiques et poétiques, bâtis sur nos imaginaires, et qui laissent, le temps, toujours, de revoir une image, d’entrer dans la pierre, de construire un monde. De cette résidence découle un livre, publié en mars 2021 aux éditions Contrejour et une exposition au Carré d’Arts de Chartres de Bretagne de mars à juin 2021 et à la Galerie Confluence à Nantes de mai à juillet 2021.

Le paysage est un support à la fiction. Comme les paesinas naissant du marbre laissent se dessiner des mondes possibles, les paysages des images de Juliette Agnel reconstruits entre jour et nuit, entre l’immensément grand et la banalité de la terre, nous perdent.

Le monde modelé à partir des images de Juliette Agnel arrive à pas feutrés. L e s o m b r e s d ’ a b o r d pointent et puis lentement le poids de l’espace, m a t i è r e c o m p a c t e , engluée dans la masse, frisson du temps : tout cet air qui construit les bruits et l e s d é p l a c e m e n t s . Déplacements, donc, oui, ces espaces appellent le mouvement. Une fois la sidération passée, on peut marcher dans ces images. Inscrire la marche dans cet entre-deux absolu qui s o n n e c o m m e u n e f r o n t i è r e . I n s c r i r e l a m a r c h e p o u r a s s o i r l’histoire.

À la manière de Jean Luc Godard qui, dans Lettre à Freddy Buache, dessine une ville en faisant voyager sa caméra entre des plans verts et bleus, Juliette Agnel nous laisse déambuler sur ces terres humides, la bouche pleine d’étoiles. Passer d’un plan à un autre, d’une échelle à l’autre un pas appelant sans cesse le prochain. Sa démarche repose sur une valse millénaire tournant toujours autour du même refrain : Comment la fiction s’empare du document ? À mesure que Juliette Agnel photographie l’univers de Chartres de Bretagne : les champs, les rues et les étoiles, en assombrissant les jours, en illuminant les nuits, nous arpentons ces pays imaginaires ancrant nos rêves sous les cailloux pour raconter ces espaces impossibles et donner aux étoiles le poids de la terre.

Biographie


Après des études d’arts plastiques et d’ethno-esthétique, Juliette Agnel passe de la peinture à la photographie. « J’ai cru pendant longtemps que j’allais faire du documentaire », explique-t-elle. C’est de cette première ambition que lui est resté le goût pour les voyages et la découverte. Mais, dit-elle encore : « les paysages étaient toujours pour moi à la fois traversés et imaginés, des supports de fiction ». Ainsi, Juliette Agnel a été en route pendant près de dix ans. Elle a traversé des territoires de l’Afrique, jusqu’à la Corée, de l’Islande à la Norvège. Son appareil photo et sa caméra se sont fait le réceptacle de contrées à explorer, de rencontres à faire. En 2017, elle participe au Prix découverte à Arles et à la FIAC avec sa série les Nocturnes.

Texte : Emilie HOUSSA

Galerie Confluence
45 rue de Richebourg
44000 Nantes FRANCE
+33 (0)9 52 77 23 14
www.galerie-confluence.fr


Ouvert du mercredi au samedi
de 15h à 19h et sur rendez-vous
entrée libre