ENFIN LA VÉRITÉ SUR LE FAUX SQUELETTE DES INVALIDES Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Memento Marengo » (2021), de Pascal Convert. Désarticulation et reconstitution à partir du scan 3D du squelette du cheval Marengo.

Enfin du vrai sur  ce faux squelette de cheval suspendu au-dessus du tombeau de Napoléon , sous le dôme des Invalides ! (image 01)

Et ceci grâce au remarquable travail d’investigation du journaliste d’art Philippe Dagen (un des meilleurs dans ce domaine sur la place de Paris) pour le compte du quotidien vespéral et progressiste Le Monde

Cet article , dont je vous joins la copie (image 02), dissipe enfin les questions, mystères et malentendus sur l’origine, le sens profond et la fonction de cette étrange suspension.

On y apprend en effet, que, pour le plasticien international auteur de l’œuvre, il s’agit  d’accomplir comme une sorte de rituel « pour ramener le cheval de la dernière défaite, vers la tombe de son cavalier », et de faire en sorte que «  la position du squelette évoque Pégase, cheval de l’envol et de la chute du demi-dieu Bellérophon, victime de la colère de Zeus »…Ben voyons Ginette ! (1)

On est heureux d’apprendre tout ça…

  • Le Monde 29 Avril 2021
  • Thierry Lentz - Marianne / Mai 2021

On pensait en effet comme des bêtats que nous sommes, à un truc pédo-satanique, ou à une imbécillité gratuite de carabins  vétérinaires, ou à une provocation indigéniste anti-exclavagiste, ou à une vengeance de Christophe Girard, ou à un retour des Actionnistes Viennois, ou à un dernier spasme des « Supports-surfaces » ou des « Art et langage », etc…

On se demandait aussi pourquoi on avait choisi de suspendre ce squelette, plutôt qu’un piano à queue, une motocyclette, une poubelle cuite de Molinéro, une bétonnière d’Hyber, un collier de perles d’Othoniel, un homard empaillé, un tas d’animaux morts d’Abdessemed ,  un pneu de tracteur ou tout autre bidule propulseur de questionnement métaphysique.

On apprend également que le choix des autres plasticiens ultra-contemporains ( pas de Claude Lévêque cependant, car exclus des listes pour les raisons qu’on sait) entourant ce squelette central , ont été choisis par Eric de Chassey, ami de Julie Gayet, organisateur de colloques internationaux, ex-directeur de la Villa Médicis et actuellement directeur de l’Institut national d’histoire de l’art…Excusez du peu !

Maintenant on comprend tout et surtout la dimension éminemment historique et transcendantale de cette chevaline affaire.

On constate également que le critique d’art Philippe Dagen, admirateur de Jeff Koons (voir image 03), ardent défenseur du contemporainisme en art avec son livre « La haine de l’art » (voir image 04) où il dénonce et fustige les réactionnaires qui n’aiment pas l’art contemporain… et ou il en profite pour balancer  un méchant « coup de pied de l’âne » à ceux-ci et spécialement à Thierry Lentz, (image 05) qui dirige la Fondation Napoléon et a lancé un pétition de protestation contre cette «  bouffonnerie qui n’amène rien NI sur le plan artistique, NI sur le plan historique »

La Pétition (ici)

Le texte de Thierry Lentz pour la pétition :

Pascal Convert, « artiste plasticien », s’apprête à suspendre au-dessus du tombeau de l’empereur des Français une reproduction en plastique du squelette de Marengo, le cheval de Napoléon. Que l’on soit ou non admiratif de Napoléon, cette « installation » est 1/ la traduction de l’hypocrite prise au sérieux d’une pseudo « oeuvre d’art » éphémère 2/ Le manque de respect dû à une sépulture, qui plus est d’un chef d’état. Cette bouffonnerie n’amène rien NI sur le plan artistique, NI sur le plan historique. Cette bêtise défigurera en plus le lieu qui, lui, est chargé d’histoire… et d’art.

Ici , le texte que j’avais précédemment écrit et publié sur cette profanation et la malfaisance consubtantielle à cet art dit contemporain, qui continue donc de plus belle, toujours plus inventive et surprenante  dans l’odieux, l’absurde, la provocation, le ridicule, la torsion du sens, la grossièreté, l’injure, l’abjection, le  morbide, le mépris du public, et cette arrogante et constante stupidité,  convaincue  de sa supériorité intellectuelle, de son bon droit et de sa perpétuelle impunité…avec la bénédiction de la critique alignée , des médias « progressistes » et de l’appareil d’État.

1 – BEN VOYONS GINETTE !

C’est la formule que je joins souvent en commentaire d’un texte tellement cuistre, crétin, sidérant d’imbitabitabilité et pitoyable  qu’il contraint en effet à l’acquiescement résigné, commisératoire , lâche et honteux…

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :