LE TOMBEAU DE NAPOLÉON PROFANÉ À L’ART « CONTEMPORAIN » Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

L’artiste posturo-conceptualo-bidulaire bien connu, Pascal Convert,  – qui figure dans le top-cent des plasticiens majeurs français et qui fait lui aussi beaucoup dans le mémoriel – , mandaté par quelque obscure instance de l’appareil d’État, et soutenu par son fidèle ami le redoutable historien-philosophe de l’art Georges Didi Hubermann, a donc fait réaliser ce squelette de cheval en plastique pour agrémenter le tombeau de Napoléon au Musée des Armées des Invalides …mais aussi pour inciter les visiteurs à lever la tête et pour humaniser l’Empereur en mettant en valeur son cheval « Marengo »…Et pour réhabiliter peut-être dans la foulée celui que la wokosphère traite aujourd’hui d’infâme esclavagiste…

La malfaisance de l’art dit contemporain continue donc de plus belle, toujours plus haute , inventive et surprenante  dans l’absurde, la provocation, le ridicule, la torsion du sens, la grossièreté, l’injure, l’abjection, le  morbide, le mépris du public, et cette arrogante et constante stupidité,  convaincue  de sa supériorité intellectuelle, de son bon droit et de sa perpétuelle impunité.

Mais ce n’est pas tant tout ça qui est inquiétant, que l’existence et la persistance des logiques et mécanismes  à produire de telles  exactions artistiques, à les légitimer, à les imposer à tous au nom d’on ne sait quelle déraison d’État.

La question qui devrait donc se poser en urgence au législateur, s’il était courageux, lucide, responsable devant le peuple, et vraiment républicain,  serait donc celle-c-ci : Comment s’y prendre pour nettoyer, réformer, les  structures institutionnelles qui génèrent de telles ignominies publiques?. …Par où et avec qui, commencer ce colossal travail d’éradication de l’imbécillité auto-satisfaite qui incruste tous les rouages de l’appareil institutionnel ?

Musée de l’Armée

Hôtel national des Invalides
129, rue de Grenelle
75007 Paris
Tél: +33 (0)1 44 42 38 77

https://www.musee-armee.fr/