La color, j’adooorrre !!! par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

Quand la  cuistrerie conceptuelle se remet à la couleur.

« La couleur, c’est de la pensée pure ! » Daniel Buren

Ontologiquement, le duchampo-bidularisme artistique officiel, est conceptuel ,  immatériel, aseptisé, anesthésique, décérébré, insipide, inodore et incolore,… Il ne fait en principe pas dans le sensible, ni dans la poésie, la gaité et la couleur…Et c’est bien cette carence constitutive qui lui a permis en quarante ans de règne sans partage,  de développer une gigantesque logorrhée sans objet, aussi  imbitable que pédante …mais  qui a remplacé avantageusement ce contenu sensible et véritablement artistique tant honni des fonctionnaires et des spéculateurs de tous poils.

Alors, c’est quoi ce retour d’affection cérébrale pour la couleur ?

Que se passe-t-il aujourd’hui pour qu’on puisse notamment entendre dire par Daniel Buren : « La couleur est la seule chose qui soit intrinsèquement impossible à décrire, c’est de la pensée pure » … J’utilise la couleur en ayant conscience qu’il s’agit d’un élément fondamental des arts visuels. C’est l’un des rares éléments que les artistes peuvent aborder et toucher C’est impossible de la transcrire ni en musique, ni en parole, ni en philosophie, en rien ! C’est brut ! … Les couleurs sont probablement l’une des choses les plus intrigantes et importantes de l’art visuel »….Ouarf ! T’entends ça Ginette ?  Il y va très fort dans le reniement de soi et la fellation du rien, notre ex-anartiste des années 70 ! Tout cela est aussi d’une crépitante imbécillité autocongratulative en même temps que d’une sophistication et préciosité intellectuelles à foutre illico des orgasmes mentaux au moindre culturolâtre post –languien (J’ai oui dire  d’ une qui en avait, juste en regardant d’un seul œil des petits carrés incolores de Toroni…alors maintenant qu’ils sont en couleur – image jointe- , je vous dis pas le pied qu’elle se prend la rombière collectionneuse!)

Que se passe-t-il aujourd’hui pour qu’on puisse re-notamment entendre dire.

Madame  Lavigne (Emma) , la « Lara Croft »  de l’art contemporain, qui est tombée, disait-elle récemment à Claire Chazal, dans le bouillon de l’art dit contemporain à l’âge de 5 ans , en écoutant un quatuor  de Stockhausen pour trois casseroles et un hélicoptère , puis devenue à cause de cela, directrice du Pompidou-Metz (27 visiteurs par jour) et maintenant directrice du Palais de Tokyo, haut-lieu de l’innovation posturo-conceptualo-bidulaire en liaison directe avec les réseaux artistico-financiers internationaux : « La couleur est un sujet fondamental de l’Histoire de l’art et crucial dans l’émergence de la modernité« …Re -ouarf !  tu as réentendu ça, Ginette !

La couleur, c’est moderne !

Et notre Lara Croft d’ajouter :

« L’aventure de la couleur, est une immersion sensorielle à travers un parcours qui propose comme thématique celle de la couleur et son évolution dans la modernité, mais qui explore aussi toutes ses facettes, sa force spirituelle, émotive, et aussi sa capacité à abstraire des idées plus conceptuelles. »…Ben voyons Gaston !

Voilà ! … Avec tout ça, vous avez un aperçu de l’insondable, indécrottable, indéboulonnable , fracassante, invraisemblable, sidérante, coûteuse, dévastatrice, crétinerie de la pensée artistique d’Etat…fruit de quarante années de consanguinité dégénérative post – languienne en milieu institutionnel fermé.

01 – Et voici une image de Claude Rutault (de la galerie Perrotin),  le plus grand coloriste français du 21 ème siècle , qui fait des monochromes de la couleur du mur où ils sont accrochés.

02 – Et voici une image de Niel Toroni, à la Foire de Bâle, de la mise en couleur et sur triangles de ses petits carrés.

03 – Et voici une flamboyante polychromie plafonnière in situ à Miami Beach, de notre Buren national (Praemium Imperiale 2008 au Japon) de la galerie Kamel Mennour (qui a plein de soucis en ce moment avec Lévêque ).

Sinon, voici l’entretien avec Emma Lavigne qui vaut son pesant de cacahuètes transgéniques :

https://www.franceculture.fr/emissions/le-reveil-culturel/emma-lavigne-la-couleur-est-un-sujet-fondamental-de-lhistoire-de-lart-et-crucial-dans-lemergence-de