VIVE LES MARIÉS !!! Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

1 – VIVE LES MARIÉS !!!

Aurélie Filipetti et Jeff Koons

(image jointe 01 )

Comme vous le voyez sur l’image, la culture française d’Etat convole en justes noces avec le grand marché financier international

Ils vivront heureux et feront beaucoup d’enfants à problémes!

Ils sont là avec leurs deux témoins : à gauche Mr Seban directeur du Centre Pompidou, à droite Mr Blistène, directeur du MNAM.

À cette époque, je crois que Mme Filipetti préparait un projet de loi pour protéger la liberté de création, suite aux lâches attentats qu’avaient subis le Vagin de la Reine de Kapoor et Plug Anal de Mc Carthy ( au sujet de ce dermier, voici un excellent texte de Jérôme Serri dans Causeur : https://www.causeur.fr/plug-anal-caricatures-mahomet-nation-186548

2 – KOONS ET NOS MINISTRES DE LA CULTURE

Voici des images qui prouvent qu’ils raffolent tous de son esthétique pâtissière…

mais qui prouvent surtout :

– la collusion  entre le spéculo-intellectuel ministériel  et le  spéculo-financier du grand marché international…. l’un et l’autre ravageurs de la biodiversité et de l’écosystème artistiques.

– la mise à disposition de l’appareil d’Etat, du dispositif muséal et de l’argent public au profit des réseaux privés de  valorisation de produits artistico-financiers sans valeur intrinsèque..

Images :

      Vive les mariés ! avec Filipetti

      avec Roselyne (actuelle ministre)

      avec Aillagon et Albanel

      avec Fleur Pellerin

     avec Hidalgo et Stéphane Girard son adjoint à la culture qui faillit être ministe (mais viré pour les raisons que l’on sait)

     avec Jack Lang, Aillagon et Albanel (et Pinault cela va de soi)

     Avec Jack Lang et Madame

      Avec Françoise Nyssen

3 -QU’EST-CE QUE L’ART CONCEPTUALO-BIDULAIRE ?

(images 9 et 10 )

BIDULAIRE ET SANITAIRE : c’est l’art « contemporain » du moment au Palais de Tokyo, avec (image sur le lien ci-après) une vingtaine de trolls et curatrolls « émergents sur la scène artistique internationale »…Gniark! Gniark !

https://levadrouilleururbain.wordpress.com/2020/11/08/bidulaire-et-sanitaire-par-nicole-esterolle-billet-dhumeur/


C’est une variété d’art très invasive
 et agressive, qui connaît depuis une trentaine d’années une expansion aussi inquiétante qu’incontrôlable et qui occupe aujourd’hui plus des trois quarts des collections publiques françaises dans la catégorie « art contemporain ». Cette espèce, dont vous voyez deux  éloquents spécimens sur les images jointes,  est d’autant plus invulnérable que sa vacuité constitutive et sa fragilité physique sont toujours enrobées d’ un terrifiant emballage discursif et de solides blindages en  caisse en bois pour leur conservation

Au Palais de Tokyo, cet art atteint  son paroxysme de bidularité processuellement discursive  avec cette expo intitulée « Anticorps » ,  qui fait donc opportunément lien avec la crise sanitaire et qui se prétend « la plus moderne de cette fin d’année »…elle est sous titrée « Avions-nous oublié à quel point nous sommes poreux-ses ? »..C’est dire sa dimension prophylactico-performative et bidularo-sanitaire.

Le Palais de Tokyo est le temple où se célèbre le duchampisme le plus radicalisé et le cérébro-bidulaire le plus effréné. C’est le haut – lieu de la psycho – pathologie artistique officielle, de la  grande bouffée délirante artcontemporainiste, du posturo- sociétalo-questionnatoire, le plus engagé, furieusement rebelle, antibourgeois, insoumis  et subversif, etc. C’est le lieu d’articulation  entre le subventionné et le financiarisé, de collusion  entre la bulle spéculo-intellectuelle institutionnelle et la bulle spéculo-financière marchande, l’une et l’autre ravageuses de la biodiversité et de l’écosystème artistiques.

Les textes délirants accompagnant les deux images d’œuvres typiquement bidulaires de A K  Burns , (images 9 et 10 )

1 –« Pitch Black Dry Sack »

Cette œuvre offre une contrepartie gestuelle du feu de la liberté dans Marianne Deludes the World. La cruche d’eau est vide et le bras est partiellement construit à partir de bois qui a subi le processus de pyrolyse et est devenu du charbon de bois. Ces éléments très basiques – l’eau et le feu – coïncident dans le charbon de bois, résultat du feu, mais aussi ce que nous utilisons pour purifier l’eau polluée pour la consommation humaine, tandis qu’un manque d’eau conduit à des saisons d’incendies de forêt endémiques.

2 – « She was warned »

(Elle a été prévenue) Dans cette réinvention dystopique d’Artémis d’Éphèse, les seins de la figure sont rendus comme des bouteilles de Gatorade grossièrement moulées. Contrairement au lait maternel ou à l’eau, qui fournissaient la nourriture de base, Gatorade – la première boisson pour sportifs, inventée en 1965 – se vante d’être amélioré. Construit avec des matériaux industriels, She Was Warned est à la fois figuratif et architectural, une coquille d’elle-même, presque épuisée

Plus d’infos sur l’artiste :

https://akburns.net/

Voici la présentation de cette expo « Anticorps » par l’ « équipe  curatoriale » du Palais de Tokyo :

« Distanciation sociale et expression corporelle? Une question que s’est posée l’équipe curatoriale du Palais de Tokyo à travers une expo ultramoderne explorant les notions de corps, de maladie ou encore d’intimité.

L’expérience du confinement et l’adoption de la distanciation physique et sociale, à l’échelle mondiale, nous font reconsidérer l’hermétisme de nos corps. Avions-nous oublié à quel point nous sommes poreux-ses ?

L’exposition Anticorps, conçue par l’équipe curatoriale du Palais de Tokyo, propose de donner la parole à la scène artistique française et internationale autour de 20 artistes qui, avec des oeuvres récentes et nouvelles, prennent le pouls de notre capacité à faire corps ensemble et à repenser notre façon d’habiter le monde »….Ben voyons Ginette !

Les plasticiens: A.K. Burns, Xinyi Cheng, Kate Cooper, Pauline Curnier Jardin, Kevin Desbouis, Forensic Architecture, Lola Gonzàlez, Emily Jones, Florence Jung, Özgür Kar, Len Lye, Nile Koetting, Tarek Lakhrissi, Carolyn Lazard, Tala Madani, Josèfa Ntjam, Dominique Petitgand, Ghita Skali, Koki Tanaka, Achraf Touloub

L’équipe curatoriale : Daria de Beauvais, Adélaïde Blanc, Cédric Fauq, Yoann Gourmel, Vittoria Matarrese, François Piron, Hugo Vitrani

Plus d’infos sur l’expo :

https://www.timeout.fr/…/anticorps-lexpo-ultramoderne…

https://www.palaisdetokyo.com/fr/evenement/anticorps

4 – FATALE GNIARKOSE AU  CENTRE D’ART « CONTEMPORAIN » DE POUGUES -LES -EAUX !

Culture – Le département envisage de se séparer du centre d’art contemporain de Pougues-les-Eaux

Sa dernière directrice, « en arrêt maladie depuis plus d’un an », est partie par rupture conventionnelle en septembre dernier, et n’a pas été remplacée…. D’une trentaine d’employés on est passé à deux…plus aucun public…

Jean-Louis Balleret, vice-président du conseil départemental délégué à la culture, liste « un centre en déclin », des problèmes de direction, un « manque de rayonnement », etc.

Et pourtant, c’était un centre irradiant à fond l’art contemporain comme on aime, tel cette « conférence performée sur l’amour de la saucisse » donnée par un des artistes en résidence en 2015, et que je relatais avec le texte ci-dessous, dans mon livre (épuisé) « La boufonnerie de l’art contemporain » -2017

« Elle aime la saucisse et la « conférence performée »

A Pougues les Eaux, il y a un établissement thermal et le casino qui va avec, mais il y a aussi le Centre d’Art Contemporain  qui accueille en cure de trois mois de jeunes artistes en mal d’émergence sur la scène artistique internationale. Ces futures stars du marché mondial doivent intervenir dans les écoles alentour en contre partie de leur frais de résidence…Ainsi, les élèves du Collége Cassin ont-ils pu, avec la jeune artiste S. B. «  s’interroger sur le statut d’une œuvre d’art et sur la place de l’artiste dans la société » … « Ils ont ensuite choisi un objet personnel support de travail de l’artiste. Allongée sur un matelas S. B.  leur a proposé une conférence performée sur le thème de « j’aime la saucisse »…

Bon, je ne sais pas quelles sont les vertus thérapeutiques de l’eau de Pougues, et si par hasard, pétillante ou non,  elle serait indiquée pour guérir de la crétinerie …mais je pense que, quoi il en soit,  il serait bon que tous les individus de la chaine des décisions ayant abouti à cette « conférence performée sur l’amour de la saucisse » soient condamnés à en boire trois litre par jour pendant trois mois…et interdits de saucisse pendant le même temps…Gniark ! Gniark !