Le nicolemuseum.fr présente fred stonehouse (FR)

 

.

ENFIN UN MUSÉE D’ART MAL-PENSANT, NAUSÉABOND; QUI PUR LA SUEUR, POPULISTE , RÉACTIONNAIRE…SELON LES TARÉS CONSANGUINS DE L’ART INSTITUTIONNEL….À VISITER DONC EN URGENCE POUR UN PLAISIR VISUEL INTENSE. Un CÉLÊBRE philosophe multipolaire, ex-directeur de l’ENSBA-Paris, trouve même que c’est un ramassis d’art-brutistes et de pseudo-surréalistes…C’est dire le niveau de compétence des Directeurs des écoles d’art et des philosophes de ce pays…ET C’est dire L’INTÉRÊT de ce musée…

.

.

DE L’OBSCÉNITÉ DU DESSUS ET DE L’INVISIBILITÉ DU DESSOUS

Je constate que le nicolemuseum.fr, avec ses 5000 artistes, avec ses soixante visiteurs en moyenne par jour, avec des pointes à 200, est totalement ignoré de la part de la totalité des revues d’art, des chroniqueurs et critiques d’art, des historiens , des sociologues….alors que j’ en informe régulièrement 800 d’entre eux qui écrivent dans principaux médias français…Ceux-là mêmes qui n’hésitent pas à tartiner des kilomètres de colonnes au sujet de la banane de Perrotin ou autre grotesquerie « contemporaine » digne de leur attention.

Il apparaît donc que le domaine de l’art est coupé en deux, avec – Un « dessus » , partie « supérieure » ou de surface, faite d’une sorte de crème fouettée informe et sans aucune consistance interne, où l’hystérisation de la forme compense la vacuité de fond, – Un « dessous », partie cachée, comme invisibilisée et asphyxiée par l’expansion obscène et incontrôlable de la première. Cette partie souterraine, underground, honteuse et « inregardable » pour les acteurs de la partie « supérieure » , est extraordinairement riche et variée.

.

.

Et il est vrai, que si cette luxuriante et joyeuse partie « inférieure » parvenait à remonter à la surface, ( comme j’essaie d’y contribuer avec le nicolemuseum.fr entre autre), cela condamnerait inéluctablement cette crème fouettée superficielle, à une fatale et pitoyable rétractation sur son vide consubstantiel.

Et l’on comprend ainsi pourquoi la totalité des revues d’art, des chroniqueurs et critiques d’art, des historiens , des sociologues , plus ou moins socio-traitres, et complices obligés de leur système nourricier, ne veulent surtout parler de ce nicolemuseum et de cette gazette mal-pensante, nauséabonde, qui pue la sueur, populiste, réac et tutti quanti…

 

https://fredstonehouseart.com/

 

 

.