Jean-Pierre Attal vous reçoit chez lui à Paris / Galerie Olivier Waltman (FR)

Jean-Pierre Attal vous reçoit chez lui à Paris / Cliquez !

.

.

.

Empty architecture – Dubaï – Benidorm – Paris – 2010

L’esthétique de l’écriture graphique et colorimétrique de cette série apparaît au premier regard. L’on peut donc à juste titre trouver cela beau ou non, mais il est clair qu’il s’agit là d’un travail « décomplexé du concept », affranchi de cette impérieuse nécessité de la quête de sens.

La photographie fait donc plutôt appel ici à la perception qu’à une approche conceptuelle. Les immeubles y sont dépouillés, imprimant une présence sculpturale. On y plonge dans un alphabet constitué de signaux et de traces captés sur les structures, on y décrypte un langage artistique emprunt du réel.

Ces images documentent un instant d’architecture, elles proposent un inventaire de ces bâtiments en pleine construction qui offrent un état intermédiaire.* L’objet photographié dérive ainsi vers un alias plastique. D’une architecture vide, émerge « ex nihilo », une sculpture photographique.

.

Jean-Pierre-Attal-Empty-Architecture-n°1

.

Modélisation du stéréotype urbain – 2000-2001

C’est en 2000 que je commence à travailler sur une représentation de la société urbaine. J’imagine l’œuvre finale constituée d’une multitude de clichés. Les prises de vue me conduisent à isoler plusieurs moments d’une même scène urbaine, qui par montage numérique forment un seul tableau photographique grand format.

Ces paysages urbains invitent alors à une double lecture : de loin, une mosaïque humaine, de près, les mille et un détails des cellules qui la traversent, s’approchant ainsi de leurs histoires, uniques. Factices ou réelles, ces compositions mettent en scène des foules aléatoires.

Observées dans leurs déplacements quotidiens, les marées humaines se déversent en flots redondants et finissent par former un mirage, un « miroir d’aliénation ». Cette mise en perspective du réel plante ainsi le décor d’un arrêt sur image de la mégapole survoltée.

 

« Monographie des masses sociales » © 2001-2002

Cette série propose un constat, un carottage social de la strate urbaine. Je tente ici de décrypter la réalité en dévoilant ses multiples facettes et finalement questionne sur le rapport de ces individus à un paysage social.

Ces photographies donnent à voir le mobilier, les codes vestimentaires, les horaires, qui norment la vie et cernent chacun des acteurs de ce monde. Les tours saturées de salariés évoquent l’activité frénétique d’une fourmilière. L’homme se retrouve-il dans ces labyrinthes, infinis, quotidiens et imaginaires ?

.

Jean-Pierre-Attal-Paysage-Ethnographique-7

.

Social consulting vol.1 – 2004

Passer et repasser devant d’improbables habitations, la plupart en bordure immédiate du périphérique parisien, au cœur même du bruit et de la pollution, a fini par atteindre ma conscience. Il me devient soudain évident qu’il faut constater l’étendue des dégâts, sortir de la banalisation qui aliène notre appréciation des réalités.

C’est par une plastique visuelle paradoxale qui réunit des entités opposées, que je veux rappeler la profondeur du traumatisme social. Cette mise en parallèle radicale parodie une campagne de publicité. « social consulting » se lit donc comme une marque, le titre comme une accroche publicitaire. Rodé à ces codes et à ces signes plastiques, le spectateur ne perçoit le propos décalé qu’après un temps d’hésitation.* Ici, la prospérité côtoie la survie, comme si une sorte de fatalité économique l’imposait. Le « déficit structurel » passe d’économique à social. Ce court-circuit de la réalité mets en scène l’abîme qui sépare ces êtres égocentrés de ces décors témoignant d’une présence humaine désespérée.

.

Alvéoles – 2007-2015

Dans cette série j’ai voulu aller plus loin dans le travail d’archéologie sociale. De la strate urbaine, j’appréhende la réalité d’individus étroitement liés à l’architecture de la cité.

Réalisées de nuit, en transparence, ces images fouillent le monde du travail tertiaire à travers les ouvertures vitrées des tours de bureaux contemporains. Les « opens spaces » deviennent alors totalement accessibles et dévoilent les détails d’un univers qui habituellement nous échappent.

Dans le chaos architectural, c’est finalement la récurrence et l’obsédante répétition qui conduisent à l’évanouissement des êtres sous “X”.

.

Jean-Pierre-Attal-ADN-n°3

.

« Intra muros » © 2008

Lorsque l’on parle de « lotissement pavillonnaire », la plupart des gens mettent immédiatement une image sur ce terme. J’ai donc eu envie de poser ma vision sur cet inconscient collectif, explorant ainsi un nouvel archétype de fourmilière.* Ce travail a été réalisé aux limites extrêmes de la mégapole parisienne. Cette frontière sans cesse en évolution est colonisée par un habitat d’une absurdité inquiétante.* Ces unités de vie trop bien rangées se ressemblent pour mieux se rassurer. Elles débordent de répétition et en niant toute différence, provoquent un sentiment angoissant de vide. Difficile ici de parler de centre ville, l’absence de tout commerce et de tout espace collectif donne la sensation de se perdre dans un dédale illimité.

« intra muros », où comment le désir du chacun chez-soi établit un modèle urbain désincarné.

 

Point de vue

UNE SURFACE DE RÉPARATION TERTIAIRE

Au cœur des villes, la façade d’un de ces ensembles de bureau du centre économique nous apparaît souvent, surtout la nuit, comme la page d’un grimoire encore indéchiffrable dont nous aurions perdu non pas les clefs mais la proximité. Car la ville contemporaine tient les hommes de plus en plus à distance de ses fonctionnements et de ses instances. Le plasticien Jean-Pierre Attal s’est donné les moyens photographiques pour réduire ou tenter d’anéantir ces distances en réactivant une intimité en trompe l’œil.

Son corpus d’espaces urbains, dans leur apparence diurne, a redonné une nouvelle présence aux lieux de circulation et de transit des foules citadines. Passages piétonniers, rues, boulevards, métros et tours subissent le traitement numérique de la mise en tableau. Ils retrouvent ainsi une physicalité qu’ils avaient perdue dans leur banalisation, étant devenus ces «non-lieux» dont parle le sociologue Marc Augé. Jean-Pierre Attal le revendique : «Cette mise en perspective du réel plante le décor d’un arrêt sur image de la mégapole survoltée.»

Si la dimension opérationnelle de ces surfaces de bureau, de ces lieux de l’économie tertiaire, reste difficilement lisible, c’est parce que l’image du travail en demeure principalement non iconique. En reconstruisant l’espace de ces échanges dans une mise à plat ou dans une remise en volume simulée, l’auteur nous propose une transcription rythmique de cette partition sociale. En cela il prolonge numériquement et en coloriste européen une tradition ouverte par le photographe américain Ray K. Metzker dont le travail était déjà en résonance avec les improvisations jazzistiques de son époque comme avec l’abstraction géométrique développée en peinture. Dans le cas de notre artiste, on ne peut pas se référer à l’exercice du collage ni du montage, termes aujourd’hui galvaudés. On préférera évoquer le clonage, celui des cellules des transfuges salariés : là où le pouvoir vante l’individualisation des tâches, ne se laisse à lire en vérité que l’uniformisation des attitudes.

L’inscription de Jean-Pierre Attal dans notre époque se rattache aux transcodages qu’il aime opérer à partir de scènes de la vie urbaine, et qu’on voit apparaître dans sa «modélisation du stéréotype urbain». Ce sont notamment ses images de foules dans leur transcription en un code-barres, symbole d’une humanité en voie de marchandisation. Quand s’y ajoute, comme un surcroît de sens, la grille du code génétique sur le modèle ADN, l’artiste enrichit d’autant notre approche de l’œuvre.

Celle-ci nécessitant une lecture progressive déroulante, Jean-Pierre Attal choisit le format de ses tirages suffisamment grand pour que le spectateur soit obligé de chorégraphier sa découverte de l’espace scénique du travail, qu’il entre en dialogue avec la danse figée du personnel en charge du spectacle de l’emploi. C’est dans ce déplacement, dans la démultiplication des lectures, que réside le caractère le plus novateur d’une telle œuvre. Cette vertu étant déjà celle des frises, il en actualise la conception et la réception aussi bien sur son site internet, lequel propose ses séries en travelling latéraux ou verticaux, que dans la scénographie sérielle de ses expositions.

Dans cette archéologie sociale, il démythifie d’abord les lieux de la coprésence sociétale de l’exercice du pouvoir. À la recherche de « monographies des masses sociales » il transcrit ensuite la concomitance des échanges économiques et des corps à leur service, ces corps auxquels est redonné un espace fictionnel de convivialité et qui trouvent ainsi, en ces «alvéoles», les lieux où exercer leur singularité, sinon leur identité.

Christian Gattinon

Critique d’art, professeur à l’Ecole Supérieure de la Photographie d’Arles et co-directeur artistique des Semaines Européennes de l’Image.

.

.

Galerie Olivier Waltman Paris | London | Miami

74 Rue Mazarine,

75006 Paris, France

+33 (1) 43 54 76 14

www.galeriewaltman.com

.
.

.