LE CNAP : UN SCANDALE BIENTÔT QUARANTENAIRE PAR NICOLE ESTEROLLE ( Billet d’humeur)

Emilie PITOISET

.

.

LE CNAP : UN SCANDALE BIENTÔT QUARANTENAIRE

PAR NICOLE ESTEROLLE

 

Le CNAP ou Centre National des Arts Plastiques est, en complément des FRAC ou Fonds régionaux d’Art Contemporain, une invention du couple Lang-Mollard au début des années 80. 

Notre attention est attirée aujourd’hui, vers ce CNAP, car il entreprend d’acquérir « exceptionnellement » pour 600 000 euros, d’œuvres auprès des financial art galeries , touchées par la crise sanitaire, afin de soutenir celles-ci…comme si elles n’avaient pas amplement déjà bénéficié depuis des décennies de l’argent public à travers les achats des FRAC et du CNAP notamment.

Cette pitoyable action caritative avec cette misérable aumône de 600 000 €( dérisoire par rapport aux montagnes d’argent brassées par ces galeries), montre que l’Etat a encore une fois tout faux, n’a rien compris et continue dans son internationalâtrie obsessionnelle ,

– alors qu’il serait plus utile, juste et productif de consacrer cet argent à la reconstruction du maillage territorial formé par les centaines des galeries prospectives, de proximité, disparues à cause justement de la priorité sa bureaucratie a donnée aux seuls marchands d’art de haute contemporanéité financiaro-spéculative.

– Alors qu’il serait urgent de se préoccuper maintenant des 95% d’artistes libres , officiellement condamnés à l’invisibilté parce que non conformes à l’idéologie esthétique institutionnelle

 

Voici le lien vers cette opération de soutien envers ces malheureux galeristes internationaux qui ont pourtant déjà profité outrageusement de la manne d’Etat :

https://www.cnap.fr/acquisition-commande/commission-dacquisition-exceptionnelle

 

Voici le lien vers le texte que j’ai récemment écrit sur le sujet du désarroi de ces galeries de placement financier :

https://levadrouilleururbain.wordpress.com/2020/05/07/elles-nont-plus-la-banane-les-financial-art-galeries-francaises-implorent-laide-de-letat-par-nicole-esterolle/

.

.

.

Camille BLATRIX /José Pedro / Brenard Bouche

Tatiana TROUVE / don de l’Artiste

AFIF / Laure PROUVOST / N. Obadia

CALERO Sol / Jean Charles DE QUILLACQ

Marcel Alix / Cécile NOGUES

 

 

CNAC et FRAC sont des appendicules de l’appareil d’Etat,

Qui, avec le temps sont devenus de monstrueuses boursouflures totalement scandaleuses par leur coût exorbitant, par leur déconnexion des réalités de la création actuelle, par la vacuité effarante de leur contenu artistique et par leur mode de fonctionnement totalement hallucinant de favoritisme, d’entre-soi, de copinage, de conflits d’intérêts et de collusion avec les intérêts privés de galeristes dits « internationaux ».

 

Les terrifiantes acquisitions du CNAP pour l’année 2019

Voici le lien qui vous permettra de découvrir les acquisitions du CNAP pour l’année 2019, totalisant 406 œuvres, de 59 artistes, pour un montant de 1 184 790 €…Soit une moyenne de 3000 euros environ la pièce, pour des œuvres en majorité du type de celles dont je vous joins les images. Très peu d’artistes (dont Fadia Hadad) qui ne soient pas conformes à la norme conceptualo-bidulaire en règle dans l’entre-soi institutionnel. 

https://www.cnap.fr/acquisition-commande/dernieres-acquisitions/arts-plastiques/acquisitions-et-commandes-arts-1

Quelques menues questions à se poser Concernant le fonctionnement de ce CNAP :

– Quelle instance collégiale supérieure, désigne les membres de droit de cette sous-instance d’évaluation appelée « Collège des Arts Plastiques ?

– Qui désigne les personnalités « désignées en raison de leur compétence » ? Qui évalue cette compétence et qui possède la compétence pour cette évaluation ?

– Pourquoi les galeries de type Obadia, Lambert ou Alix, semblent-elles prioritaires pour ce qui est des acquisitions en galeries ?

– Concernant les achats directe aux artistes : qu’est-ce qui détermine le choix d’untel plutôt que d’un autre ? Liens parentaux ? Rencontres aléatoires ? Plans cul ? Soutien charitable ?

– J’ai eu le témoignage d’un critique d’art très connu ayant pendant très peu de temps fait partie de ces instances d’achat, qui m’a parlé d’un effarant n’importe quoi, n’importe comment…Est-vrai ?

– N’y aurait-il pas la possibilité d’un audit de la cour des Comptes ou d’un cabinet indépendant, sur les dépenses et le mode de fonctionnement de ce CNAP ?

 

Le Collège des Arts Plastiques

Il est, pour la période 2018-2021, composé de :

Membres de droit :La directrice du Centre national des arts plastiques, ou son représentant, Présidente de la commission ou son représentant – Le directeur général de la création artistique ou son représentant – Le directeur général des patrimoines ou son représentant – Le directeur du Musée national d’art moderne, MNAM/CCI, Centre Pompidou, ou son représentant – Le chef de l’inspection de la création artistique ou son représentant – Un responsable de collection du Centre national des arts plastiques désigné par la directrice de l’établissement.

Personnalités désignées en raison de leur compétence

Sébastian Bergne, artiste designer – Pierre Doze, journaliste, critique d’art spécialiste du design, enseignant à la Haute école des arts du Rhin (HEAR) Mulhouse – Strasbourg et à l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL) – Anne Faucheret, historienne et critique d’art ; curator à la Kunsthalle Wien. – Dominique Forest, conservatrice en chef au musée des arts décoratifs de Paris, en renouvellement de son mandat – Pascale Mussard, vice-présidente de la fondation d’entreprise Hermès, présidente de la Villa Noailles – Pierre Ponant, historien et critique du design graphique, curateur indépendant, professeur à l’École d’enseignement supérieur d’art de Bordeaux -Emanuele Quinz, historien de l’art, maître de conférences à l’Université Paris 8 et enseignant-chercheur à l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs- Ionna Vautrin, artiste designer (signalons la présence ici de Anne Faucheret,, fervente admiratrice du travail de Saadame Afif…)

.

.

.