LES ACTEURS DU GÉNOCIDE ARTISTIQUE FRANÇAIS SONT TOUJOURS EN PLACE par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

5 exemplaires à 58 millions de dollars du Balloon Dog de Koons

.

.

.

Et vous les retrouverez, pour la plupart, paradant au sommet de leur triomphante impudence, pour le vernissage de l’expo Jeff Koons en novembre 2014, au Centre Pompidou : un grand théâtre des pires vanités de ce monde, qui continue de plus belle en 2020.

.

Ici les images de cette obscène parade :

.

Je vous joins aussi l’image du « Balloon Dog » de Koons à 58,4 millions de dollars (1), qui est l’emblème de ralliement de cette ahurissante tribu agrégeant pèle mêle , puissants financiers, grands conservateurs, artistes et galeries stars du financial –art, ténors de la critique d’art, ex-ministres de la culture, figures de la jet-set, etc…sans oublier, glissés parmi tous ceux-là, les archéo-intellos de gauche, ex-révolutionnaires des années 70, maoistes, trotskistes, stalinistes, burénistes, duchampistes, kampoutchéistes démocratiques, et j’en passe… tous éduqués d’abord aux revues « Nouvelle Critique » et « Tel quel » et puis ensuite à leur fille « Art Press », qui a su décérébrer des pans entiers de l’intelligentsia hexagonale, pour les mettre au service du grand capital, de la bureaucratie et de la haute « bourgeoisie », bref , de tout ce qui , au départ , ils avaient honni et combattu…Et pour en faire le gros de la volaille culturelle institutionnelle, constituée de redoutables duchampistes radicalisés au service d’une bureaucratie artistique d’Etat, éradiqueuse du sens, destructrice de la biodiversité artistique, tueuse des valeurs patrimoniales, exterminatrice par ringardisation de 95% des vrais créateurs de ce pays .

.
Une triplette de rêve : nos modestes artistes nationaux
Veillan et Buren entourant la super star mondiale.
.

Mais, si les acteurs des génocides maoistes en Chine, stalinistes en Russie et kampoutchéistes au Cambodge, ont été punis, leurs sous – produits français, restent encore impunément en place au royaume de l’art dit contemporain avec un totalitarisme intellectuel parfaitement intact et même renforcé avec le temps. (je vous joins une série d’images in situ de quelques grands acteurs de ce totalitarisme aussi arrogant que dévastateur)

On se demande bien sûr comment et par quelle mystérieuse dérogation pour raison culturelle d’Etat sans doute, cette invraisemblable, sinistre, délirante et barbare plaisanterie peut perdurer, parallèlement aux progrès de la science médicale et des sciences qu’on dit humaines…

…Et l’on se demande si la crise sanitaire, contribuera à assainir ce pathos généralisé de l’art.

1- Cet iconique « Balloon Dog » à 58,4 millions de dollars est une sculpture métallique de 3 mètres de haut déclinée en « cinq versions uniques » bleu, magenta, jaune, orange, rouge. À ce multiple authentique, font écho les multiples certifiés et griffés par le Maître, que produit à la chaîne un célèbre porcelainier français.

Le mini Balloon Dog domestique (26,7cm) existe en effet en 2300 exemplaires pour chacune des trois teintes différentes de sa déclinaison et se négocie entre 10 et 15 000 € l’un. Enfin, il existe une infinité de Balloon Dogs en résine (portant la mention « d’après Jeff koons ») que l’on peut s’offrir pour 400 € dans les gadgeteries.

Enfin la video du ridiculissime échange Blistène-Koons au sujet d’un ballon de basket sous-vitrine.

.
.
.

.
.