MONSIEUR PERROTIN EST INQUIET…. MAIS, POUR BEAUCOUP D’ARTISTES , L’ESPOIR PRIME SUR LA CRAINTE…PAR NICOLE ESTEROLLE

Doigt Cattelan / Bourse de Milan

.

.

.

.

MONSIEUR PERROTIN EST INQUIET….
MAIS, POUR BEAUCOUP D’ARTISTES , L’ESPOIR PRIME SUR LA CRAINTE…PAR NICOLE ESTEROLLE

.

Voici le lien vers un texte où Monsieur Perrotin, l’international financial-galeriste français bien connu, exprime ses craintes quant à la survie du grand marché spéculatif mondial qui lui a tant profité, de ses grandes foires , de ses grandes galeries, de ses grands collectionneurs, de ses grands serviteurs d’Etat, etc.

.
.
Article Perrotin
.

Il s’apitoie sur le sort à venir des plus fragiles, car lui se pense assez solide pour surmonter les difficultés à venir.

Très peu d’apitoiement de sa part pour l’appareil institutionnel qui fera faillite dans la foulée, tant il est étroitement indexé au grand marché international et structurellement solidaire de la finance mondialisée et de l’économie globalisée de l’inepte. Que faire alors de la volaille culturelle institutionnelle ? que faire des milliers de « plasticiens maison » ?
Très peu d’apitoiement de sa part pour les centaines de galeries prospectives que l’action conjuguée des idéologies esthétiques marchandes et étatiques, ont disqualifiées et rayées de la carte en France.

Et Mr Perrotin d’ajouter dans le même mode compassionnel : « Nous aidons nos artistes à produire leurs rêves ,et il est essentiel de ne pas s’occuper que de ceux qui ont déjà beaucoup de succès mais aussi d’ensemencer et d’accompagner les plus fragiles »…
Ainsi ayant généreusement accompagné le plasticien Cattelan à produire ses rêves de banane scotchée, de pape foudroyé, d’enfants pendus dans un arbre, de chevaux suspendus au plafond, etc . ,se propose-t-il de soutenir des jeunes artistes inconnus mais plein d’avenir dans le même registre d’une invention plastique « de rêve »…

Quant à nous, notre « rêve » ou notre espoir seraient-donc que cette faillite possible de l’inepte artistique aussi bien marchand qu’institutionnel, puisse permettre la réhabilitation de 95% des créateurs actuels broyés par les appareils d’argent et de pouvoir, et la résurgence de cet art à visage humain, à contenu sensible, de proximité, partageable, créateur de lien social, ….que Mr Perrotin et ses comparses ont si bien su détruire.

.

.

.
.