UN FONDS DE SOLIDARITÉ ANTOINE DE GALBERT POUR LES ARTISTES

.
.
.
.

Antoine de Galbert, galeriste, collectionneur, mécène, fondateur de la Maison Rouge, a été , au cours de ces trois dernières décennies, comme un phare dans le paysage artistique français, un acteur central de la préservation du sens et du contenu en art, dans une période de « déconstruction » générale des repères et des valeurs, d’irrespect de la biodiversité artistique, de destruction des systèmes de reconnaissance, d’hystérisation de la forme, d’éradication du contenu , menées par l’ubuesque appareil institutionnel en étroite collusion avec le grand marché spéculatif.

Oui, Antoine de Galbert aime l’art et les artistes vraiment. Non pas pour la forme, mais pour leur qualité intrinsèque, pour leur nécessité interne, pour la mystérieuse vérité qu’ils recèlent et révèlent. Et c’est pour cela qu’il a décidé « de passer à l’action concrète » comme on le voit dans sa lettre aux artistes, que je vous joins ci-après.

Il a pris conscience que cette crise sanitaire, qui pourrait parachever les ravages de 40 ans d’action ministérielle de ringardisation, de disqualification et de paupérisation de 95% des artistes de ce pays, pourrait au contraire être une occasion d’arrêter ce processus diabolique et d’entamer une positive et salutaire réflexion sur la situation des créateurs en France, sur celle des vrais amateurs d’art, sur celle du marché à visage humain. Il précise bien qu’il ne s’agira pas pour la fondation « d’aider directement des personnes privées », mais d’aider les associations et collectifs d’artistes à s’organiser…(Tout le contraire de ce que fait le FRAC aquitaine par exemple en ce moment en donnant des bourses à des artistes choisis pour leur conformité à l’esthétique d’Etat, et tout le contraire à ce qu’ a fait le ministère depuis 40 ans en méprisant justement ces collectifs d’artistes.)

Cette action d’Antoine de Galbert peut être très riche d’enseignements sur ce que pourrait être une alternative salvatrice à l’absurdité et à la stupidité du système actuel menaçant la survie des artistes …Système inepte qui s’inscrit dans la folle dérive économico-financière mondiale qui menace la survie de l’humanité.

 

La lettre d’Antoine de Galbert :

Chers amis, Les mois à venir vont être très difficiles sur un plan général, et particulièrement pour le monde des arts plastiques. J’ai donc décidé de reporter les actions courantes de la fondation pour créer temporairement un fonds de soutien qui pourra aider plus directement des artistes.

Leur situation est complexe et variable. On peut estimer que 90% d’entre eux n’ont pas de galeries et peu de collectionneurs. Beaucoup vivaient d’ailleurs déjà dans un certain confinement avant l’épidémie. Les autres, les têtes d’affiches qui collaborent avec des galeries ou des institutions, vont aussi mais de manière différente, souffrir de l’actualité, car ils rencontreront des difficultés pour assumer les charges incompressibles liées à l’importance de leurs activités respectives.

Tous vont être dans des situations très délicates. Personne ne connait encore l’ampleur des dégâts que cette crise va causer. Le marché de l’art, comme en 1991, ne s’en remettra pas immédiatement.

Il ne revient pas à la fondation d’aider directement des personnes privées. En revanche, il me semble indispensable de soutenir le plus possible d’associations culturelles ou de collectifs d’artistes, plus compétentes et mieux informées que nous sur les besoins réels de leurs proches et plus aptes à décider des actions à mener.

Je vous remercie d’informer ces structures de la création de ce fonds de solidarité. Je ferai de mon mieux pour répondre à leurs besoins. Pendant toute la durée du confinement vous pouvez m’écrire directement antoine@fondationantoinedegalbert.org.

Amitiés à tous,

Antoine de Galbert

Important / La fondation étant reconnue d’utilité publique, les mécènes qui le souhaitent peuvent nous envoyer des dons. Un certificat de défiscalisation vous sera bien sûr envoyé et vous serez personnellement informés de notre travail. Nos bureaux étant fermés, merci de contacter : camillemaufay@fondationantoinedegalbert.org

.

.
.
.