Une leçon de street art : comment un mouvement est passé du graffiti au monde de l’art par Art critique

Œuvres de Basquiat à la maison d’enchères Sotheby’s. Flickr Commons.

.

.

Une leçon de street art : comment un mouvement est passé du graffiti

au monde de l’art par Art critique

.

Partie III : Le street art aujourd’hui

.

OBJECTIF DE CETTE LEÇON : 

Le street art est un mouvement relativement nouveau qui devient de plus en plus présent dans le monde de l’art. Dans cette leçon, nous allons explorer l’histoire du graffiti, qui est à l’origine du street art, puis nous verrons comment le street art est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Regarder l’histoire du graffiti est essentiel pour comprendre les nuances entre le graffiti et le street art et pour comprendre les avantages et les inconvénients du street art en tant que mouvement et comment les artistes catégorisés comme artistes urbains ont soit adopté le mouvement, soit y ont répondu. À la fin de la leçon, les élèves devraient avoir une meilleure compréhension de la façon dont le graffiti a ouvert la voie au street art. Ils devraient aussi être capables de réfléchir de façon critique sur une œuvre d’art pour déterminer si elle se rapproche plus du graffiti ou du street art.

Cette leçon s’adresse de préférence aux élèves de collège ou de lycée. Ici, nous avons présenté le sujet comme une leçon d’histoire de l’art, mais il pourrait facilement être adapté en une leçon d’arts plastiques.

Dans la troisième et dernière partie de cette leçon, nous verrons ce que le street art est devenu aujourd’hui par rapport au marché de l’art et comment le street art a été reçu au sein de la communauté artistique. Nous discuterons également de certains problèmes liés au street art. Bien entendu, ces questions peuvent être adaptées à votre leçon et les points qui suivent ne sont en aucun cas exhaustifs.

Avant de commencer la partie III de cette leçon, consultez la partie I et la partie II.

.

PARTIE III : LE STREET ART AUJOURD’HUI

1) Commencez par un récapitulatif des deux dernières leçons. Maintenant que les élèves sont mieux informés sur le graffiti et le street art, vous pouvez démarrer une discussion avec quelques questions, telles que :

Comment votre perception de ce que sont le street art et le graffiti ont-elles changé ? Cette perception a-t-elle changé de façon négative ou positive ? Pouvez-vous expliquer comment ? Avez-vous commencé à remarquer les graffitis et le street art dans plus d’endroits ? Sur Internet ? À la télévision ? Comment pensez-vous que le street art est reçu sur le marché de l’art ? Quels problèmes voyez-vous avec le street art en tant que genre ?

2) Les définitions à garder à l’esprit :

Marché secondaire de l’art : la revente des œuvres d’art. Souvent, la personne qui vend l’œuvre a peu de contact avec l’artiste.

3) Le street art sur le marché de l’art, dans les musées et les galeries. Cette section explorera comment le street art s’est retrouvé au premier plan du marché de l’art et s’est fait connaître auprès des galeries et des musées.

Le street art a parcouru un long chemin depuis qu’il est né du graffiti. Il est sans doute devenu la forme de graffiti la plus acceptée et, ces dernières années, il est devenu l’une des formes d’art les plus recherchées. Dans un rapport récent, Jean-Michel Basquiat, Banksy, KAWS et Keith Haring font partie des artistes les plus en vue lorsqu’il s’agit de résultats de ventes aux enchères. En 2019, Basquiat a rapporté la somme faramineuse de 93,8 millions de dollars et KAWS n’a été devancé que de peu, rapportant 90,3 millions de dollars de ventes. Leur succès est presque au coude à coude sur le marché secondaire. Haring et Banksy ont réalisé chacun un chiffre d’affaires d’environ 25 millions de dollars. Le succès de ces artistes et de nombreux autres montrent qu’à l’heure actuelle, les collectionneurs cherchent à élargir et à compléter leurs collections.

.

Keith Haring, Untitled (The Grace House Mural), detail view at Grace House, ca. 1983–84.

Est. $3 million–$5 million. Photo by Tom Powel Imaging. Courtesy Bonhams.

.

(À gauche) Les resultats annuels d’enchères des oeuvres de Banksy, Haring et Kaws

(À droite) Kaws – Untitled (SM1) (2000) – $176,500, SBI Art Auction Tokyo, 3-12-2018 © Kaws

 

.
Plus tôt cette année, une installation peinte par Keith Haring dans un centre pour jeunes de la ville de New York a été extraite du bâtiment, pour être vendue par l’église qui en était propriétaire. La fresque, qui mesurait plus de 25 mètres de long et s’étendait sur plus de 10 grandes dalles, comprenait certaines des figures emblématiques de Haring et a été vendue aux enchères pour plus de 3,8 millions de dollars. Les entrées pour une exposition d’œuvres de Basquiat, qui comprenait un certain nombre d’œuvres rarement vues, se sont vendues en quelques heures et il a fallu prolonger l’exposition pour répondre à la demande. En outre, il existe d’innombrables articles en ligne qui conseillent les collectionneurs potentiels sur la façon de collectionner le street art et sur ce qu’il faut rechercher lors de l’achat d’une œuvre de street art.

 

Suite de l’article (ici)

.
.
.
.
Le Louvre à Abu Dhabi, Art Basel à Miami, les tulipes de Jeff Koons à Paris sont autant de manifestations de l’art contemporain comme outil d’influence. Marqueur de puissance, l’art mesure le degré d’émancipation d’un pays, son pouvoir d’attraction et sa place dans le monde. Très largement dominée par les Etats-Unis et, plus largement, le monde occidental depuis le milieu du XXème siècle, la scène artistique s’ouvre peu à peu à de nouvelles puissances, notamment la Chine aux ambitions mondiales déclarées. Etudiant le rôle des différents acteurs, artistes, collectionneurs et musées, Aude de Kerros analyse l’évolution des liens entre arts plastiques et géopolitique, en questionnant notamment la domination du soft power américain et occidental.
.
.
Date de parution 03/10/2019
.
Editeur Eyrolles
Format Grand Format
Présentation Broché Nb. de pages 264
pages Poids 0.43 Kg
Dimensions 15,5 cm × 24,0 cm × 1,4 cm
.
.
.
.
Achat (ici)