C’EST BEAU, C’EST GRAND , L’ART D’ÉTAT ! Par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

.
Inside Out – Au Panthéon !
.

…Surtout dans le registre art « contemporain »… et encore plus dans le sous-registre street-art ou art de saloper les murs de la ville et polluer gravement l’environnement physique et mental des populations laborieuses. Et, dans ce sous-registre, il y a le grand, le gigantesque , le méga-international dénommé modestement JR, qui avait , souvenons-nous, en mars 2014, collé des milliers de photos d’anonymes sur le sol et la coupole du Panthéon, sous les applaudissements de toute la culturocratie parisienne.

Ce « photograffeur, » comme il se dit, cumule toutes les vertus : un gigantisme formel à la mesure d’une indigence de fond à vous couper le souffle ; un démagogisme d’une lourdeur comme on en fait peu ; un engagement de type humanitaire qui lui permet de financiariser au maximum les produits dérivés de son « œuvre » à travers notamment la méga-financial galerie du grand humaniste comme on sait Perrotin ; un décolonialisme indigéniste des plus radicaux, qu’il partage avec son pote cinéaste Ladj Li , primé au Festival de Cannes pour son film « Les Misérables », mais encombré par une présomption de complicité dans une folle équipée nocturne ou il s’agissait de brûler tout vif un méchant parent qui avait forniqué avec une cousine ou une belle-sœur à lui déjà mariée, et pour sauver l’honneur familial.

.

.
.

Voilà donc, l’injure majeure que l’Etat français, sous le Ministère de Fleur Pellerin, a autorisé de faire à ce monument national dont la façade porte cette mention : « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante »

Pourquoi des anonymes au Panthéon ? Et bien, nous dit l’artiste , tout simplement parce que « peut-être que dans ces visages se cachent les grands hommes de demain. » …Ben voyons Ginette ! ….l’argument est d’une colossale autant qu’inquiétante crétinerie, mais le plus angoissant est que la formule soit validée par nos fonctionnaires de la Culture et du Patrimoine…C’est dire le degré du délabrement cérébral qui les a qualifiés dans leur fonction.

Ainsi se réjouit Philippe Bélaval, le président du Centre des monuments nationaux (CMN). : « C’est une formidable impression d’allégresse et de force » qui se dégage de l’installation de JR… Ajoutant tout de même qu’il « ne souhaitait pas qu’il y ait de photos sur la bâche de chantier qui recouvre le dôme » , car il estime qu’ici, « il y a une dimension républicaine qui s’impose. De la même manière que vous ne mettriez pas de la publicité sur la tombe de vos parents dans un cimetière, on n’allait pas en mettre sur le monument qui accueille celles des grands hommes et femmes »….On croit rêver…Ben oui, faut tout de même pas exagérer dans ce détournement d’un monument hautement symbolique au profit du misérable grand marché spéculatif de l’art international.

Mais qu’à cela ne tienne , on attend pour très bientôt, avec la bénédiction des mêmes, de la Mairie de Paris, du Ministère de la Culture et du Centre des Monuments Nationaux, (et d’une espèce rare de faucons crécerelles qui auront fini leur couvaison) le méga emballage de l’Arc de Triomphe , par l’illustrissime Christo en hommage au Soldat Inconnu…

Et dans la même catégorie injure au Patrimoine public, voici, après le coup de la banane de Cattelan, le même Perrotin produisant cette expo de Daniel Arsham qui martyrise des sculptures antiques ou Renaissance mythiques, prises par l’artiste dans les collections des musées nationaux parisiens.

.
.
.