Caroline Veith – Vagabonde / GALERIE CLAIRE CORCIA (FR)

.
Caroline VEITH
« Wake up ! » 120 x 80 cm
.
.
.

.

Du 9 janvier au 15 février 2020

.

Vernissage
16.01.20
18h à 21h
.
.

.

L’IMMENSE MARQUETERIE DU RÉEL (EXTRAIT)

Caroline Veith, aujourd’hui, développe une manière tout à fait singulière de mettre en relation divers aspects du monde. Certaines œuvres, de petite taille en général, mettent en scène des rencontres entre deux ou trois personnages, d’autres, de plus grande taille, mettent en scène des personnages plus nombreux. Dans les deux cas, chacun est proche de l’autre et semble pourtant vivre dans un monde où il est seul.

Ici, tout passe par le papier, surtout lorsque, traversé de lumière en étant devenu papier-calque, il offre la possibilité de déployer des strates qui sinon resteraient invisibles. La puissance du papier tient à ce qu’il peut résister à tout, au temps long de l’histoire, comme au temps court et violent des gestes humains. Car le papier, on peut et on doit le gratter, le creuser, le plier, le tordre, le déplier, on doit tout faire afin de libérer le souffle dont il est le dépositaire. Le papier est le vêtement du rêve.

Un nouveau travail sur papier-calque donne à ses œuvres une ampleur inédite. Là, le plus souvent, pas de couleur, mais un réseau de lignes d’épaisseurs variées, d’encres différentes, signalant des fonctions diverses : former un visage, indiquer une direction, engendrer une fleur, découper une main, recouvrir un souvenir, dessiner un fragment de carte, extirper un détail de la mémoire, en noyer un autre dans une tache sombre, soulever un bras articulé, contraindre une force à se tenir tranquille, saturer l’espace, connecter une arme à un bout d’espoir, ouvrir une route, faire basculer une montagne, ensevelir la douleur.

À travers un jeu de surfaces « invisibles » sur lesquelles habitent les divers éléments qui composent l’œuvre, Caroline Veith fait de son trait le vecteur d’un trouble. C’est lui qui confère à sa création une puissance proprement magique.

.

Caroline VEITH
« Les jaunes » 21 x 29,7 cm
.
.

JEAN-LOUIS POITEVIN

ÉCRIVAIN,CRITIQUE D’ART

« Les dessins de Caroline Veith sont dans un entre-deux, en un lieu étrange où abstraction et figuration, art savant et expression populaire, street art et dessin sur le motif, sérieux et caricature, avant-garde et régression, perspective et planéité…se rencontrent et s’hybrident. Quelque peu moqueuse, l’artiste se pose en observatrice critique et amusée de notre humanité, de la jungle humaine. Elle procède en mettant en relation des aspects de notre monde qui n’auraient, sans elle, aucune chance de se rencontrer. Stratification, juxtaposition et interpénétration des formes sont les opérations élémentaires qui lui permettent de reconstruire un espace saturé dans lequel la proximité physique est synonyme d’isolement mental et psychique. Son trait se mue alors en scalpel acéré, disséquant nos habitudes, gestes et travers, suscitant chez le spectateur un trouble qui l’oblige à s’interroger sur son identité, sur ses comportements ». Texte de Louis Doucet

.

.

 

.
GALERIE CLAIRE CORCIA
323, rue Saint-Martin
75003
Paris
Tel : 09 52 06 65 88
.